Chapitre Quatre

2.3K 279 84

- Ah ! Mon frère, une femme aisément d'un mari peut bien surprendre l'âme.

- Non, non.

- Laissez-moi vite, en m'éloignant d'ici, leur ôter tout sujet de m'attaquer ainsi.

- Non, vous demeurerez... Je sais plus quoi.

- Bon sang Gabriel t'as rien comme texte et tu sais même pas ça ?!

Je lâche un long soupir alors qu'il pose son livre sur le grand bureau de la chambre en grimaçant. Ça va bientôt faire une heure qu'on tente de réciter ce texte de la pièce de théâtre de Molière, Tartuffe. Une vraie horreur avec Gabriel. Celui-ci n'est même pas capable de faire l'effort d'apprendre son texte.

- Si on avait eu un livre du genre c
Cinquante Nuances de Grey, peut-être que j'aurais pu faire l'effort. 

Je le regarde, l'expression de mon visage ayant complètement disparu. Il m'épuise, il m'épuise sincèrement. Pourquoi c'est avec lui que je me retrouve pour ce devoir là ? J'aurais préféré qu'on réponde à des questions plutôt que de faire du théâtre.

- Bon laisse tomber pour ce soir. Finis-je par dire en balançant le livre sur mon lit.

Gabriel semble content puisqu'un sourire apparaît sur le coin de ses lèvres. Je lève les yeux au ciel alors que je me dirige vers mon sac de cours, histoire de m'avancer dans quelques devoirs. Une fois que j'ai ce qu'il me faut, je m'installe en tailleur sur mon lit puis je commence à travailler tranquillement, ignorant totalement Gabriel qui s'amuse de son coté sur son portable.

Mais bien-sûr, quand nous avons Gabriel Stanford comme camarade de chambre, il n'est jamais possible de se concentrer bien longtemps, surtout quand la musique de son fichu jeu résonne dans toute la pièce ce qui a le don de m'agacer. Je le soupçonne même de le faire exprès.

- Tu connais le mode silencieux ? Dis-je d'un coup en tournant la tête vers lui.

Il lève ses yeux vers moi pour me lancer un regard innocent. Ça marche pas avec moi ça, surtout qu'il le fait exprès.

- Non ?

- Je voudrais travailler, met le en silencieux.

- Retente ta chance.

- Quoi ?

- Redis le moi d'une autre manière.

Il m'offre un grand sourire bien ironique alors que je serre mon stylo qui se trouve dans ma main. Je lui lancerais bien dans la tête tiens.

- S'il te plait. Dis-je avec nonchalance.

- S'il te plait quoi ?

- S'il te plait Gabriel ?

- S'il te plait Gabriel Stanford le garçon le plus beau et intelligent du lycée Saint Victor De Lacroix.

- T'es sérieux là ?

Il hoche fièrement la tête alors qu'il augmente le son de son jeu juste pour m'énerver encore plus.

- Va te faire foutre.

- Oh.

Nos regards s'affrontent à présent, enfin du moins ils s'affrontaient jusqu'à ce que je me prenne un oreiller en pleine figure. 

Alors que celui-ci tombe au pied de mon lit, je prends une grande inspiration tandis que j'entends Gabriel éclater de rire, probablement à cause de la tête que je tire. 

- Tu viens de signer ton arrêt de mort.

Il n'a même pas le temps de dire un seul mot que je me lève précipitamment de mon lit, son oreiller en main. Je ne perds pas une seule seconde pour me jeter sur lui et ainsi lui enfoncer dans la tête ce qu'il m'a envoyé quelques secondes auparavant. 

La règle d'Or du cliché [BxB]Lisez cette histoire GRATUITEMENT !