35

52 13 38

— Et si on le laissait partir ?

La voix douce de Miranda fit tourner tous les regards vers elle. Rob la toisa, sans comprendre pourquoi elle disait cela. Il se leva et commença à faire les cent pas.

— Rob, calme toi, reprit la jeune femme. Je ne veux pas minimiser la gravité de son geste mais... nous serons mieux sans lui non ?

— Et tout ce qu'il va nous prendre ? Tu y penses ? Franchement, il viendrait nous voir en nous disant qu'il veut se barrer, on lui filerait une voiture, de la bouffe et il pourrait partir, avec ma bénédiction même, mais là... il nous prend pour des abrutis. Il monte une grande partie de la communauté contre nous, et il nous vole...

— J'avoue que je ne comprends pas pourquoi il fait ça, murmura Jo.

— Parce qu'il veut l'ascendant, répondit Gabe. Depuis la découverte des fosses communes il y a deux ans il a tout essayé pour prendre la tête du village. Mais à chaque fois, tout le monde continuait à écouter Orry et Rob. Là, il avait la solution pour gagner et les... destituer.

— Mais pourquoi partir puisqu'il a gagné ?

— Parce qu'il a comprit qu'on avait raison, ajouta Rob. Et il veut sauver sa peau, la communauté il s'en fout.

— Putain j'en peux plus, souffla Gabe, se passant les mains sur le visage.

Les jeunes gens se regardèrent sans savoir quoi dire. Gabe était dans une situation que personne ne lui enviait. Ses parents et lui s'étaient considérablement éloignés depuis les derniers mois, mais les semaines qui venaient de se terminer avaient été épuisantes pour lui.

— D'accord, je comprends que ce ne soit pas facile pour toi, reprit Rob. Tu... si tu veux, on le laisse partir sans faire de vague. On essaie juste de faire en sorte qu'il ne prenne pas toute l'essence. De toute façon, Miranda a raison... on sera mieux sans lui. Je suis désolé Gabe.

— Ne le sois pas, c'est comme ça, c'est de sa faute à lui.

Gabe était résigné et triste, mais une chose était sûre pour lui, il ne partirait pas. Il était hors de question qu'il abandonne la vie qu'il s'était construite au sein de la communauté.

— Donc on fait comme ça ? Demanda Jo.

— Oui, on le chope au moment où il veut partir et... on essaie de gérer, répondit Rob.

— Je crois qu'on est tous d'accord pour laisser Orry en dehors de ça ? Ajouta Maggie en souriant.

La joie apparut sur les visages et dans les yeux des amis.

— Je crois que oui, on est tous d'accord, reprit Rob. Je vais être tonton cette nuit.

— Oui, et ce petit bout n'arrive pas forcément au bon moment, rit Maggie.

— Tu l'as dit, il aurait pu attendre quelques heures quand même, renchéri Jo de manière ironique.

— Qui se porte volontaire pour aller aux nouvelles ? demanda Miranda.

Ils se cherchèrent tous des yeux mais personne n'avait visiblement envie de se rendre chez Orry et Jane pour se tenir au courant de l'avancée du travail. Rob grimaça.

— Pas moi, merci. Un accouchement, ça m'a suffit, annonça-t-il.

— Pareil, s'exclama Jo.

— Hey... objecta Maggie en le frappant doucement sur l'épaule. Mais ça ne va pas de dire ça ? Je suis là hein.

Tous se mirent à rire de bon cœur, ce qui détendit considérablement l'atmosphère. Les jeunes gens en avaient tellement besoin qu'ils se laissèrent aller un moment à la bonne humeur avant que Miranda et Gabe décident d'aller prendre des nouvelles de Jane.

Le chant des oiseauxLà où vivent les histoires. Découvrez maintenant