Chapitre 15

40 4 0

Samedi 1er juillet 2017

Éternel lève tôt, je me réveillai avant Nath', ce samedi-là. J'étais bien installé, bercé d'une chaleur agréable que je n'aurais voulu abandonner pour rien au monde. Seulement, j'avais des choses à faire, des priorités qui ne pouvaient attendre. Ce fut donc à regret que je me défis des bras de mon partenaire qui dormait du sommeil du juste. Je savais qu'il en avait besoin, il était important que je ne le dérange pas.

Je parvins à m'éclipser de la chambre aussi discrètement qu'une ombre, et gagnai le placard du vestibule pour en tirer des vêtements propres – pour moi mais aussi pour Nath', lorsqu'il se réveillerait. Je décidai ensuite d'aller prendre une bonne douche. J'avais transpiré, cette nuit. Qui plus est, tout mon corps me lançait. Mes muscles, qui n'avaient plus été soumis à tant d'efforts depuis longtemps, me tiraient légèrement. J'imaginais que me réveiller sous le jet me ferait un bien fou.

Je ne m'étais pas trompé. Au sortir de la salle de bain, j'étais un tout nouvel homme. Il ne manquait plus qu'un bon café et tout serait parfait. Chose que je convenus de faire au plus tôt.

Je me dirigeai donc vers la cuisine lorsque mon regard s'arrêta sur mon téléphone, posé sur la table basse du salon. J'avais convenu de passer un certain appel le plus tôt possible, mais cette perspective ne m'enchantait guère, car je savais qu'une longue conversation s'ensuivrait et qu'elle ne plairait ni à moi, ni à mon interlocuteur. Il allait pourtant falloir en passer par là, je devais mettre un terme à tout ça.

Poussant un long soupir, je me rendis quand même derrière le comptoir de la kitchenette pour préparer mon petit-déjeuner. Ce qui ne dura que cinq petites minutes, tout au plus. Passé ce délai, je pus me servir et aller m'installer dans le canapé.

Une fois posé, je sirotai une gorgée du liquide amer puis m'emparai de mon portable. Je le déverrouillai et m'apprêtai à chercher dans la liste de mes contacts le numéro qui m'intéressait quand un souvenir me revint en mémoire. Ce n'était qu'un petit détail mais, là, j'eus soudain envie de m'en occuper en tout premier lieu. Je reportai donc ma première idée pour faire plutôt un tour dans le dossier photos qu'il contenait.

Je ne pris pas de temps à trouver le cliché que je cherchais : le dernier portrait de Virginie. Je me fis la réflexion que cela faisait un moment, maintenant, que je n'avais plus pensé à elle. Ceci étant, ma surprise ne fut complète qu'en découvrant que, par un coup de baguette magique, je ne la trouvais plus si jolie qu'autrefois. Désormais, à mes yeux, elle était devenue banale, quelconque. Une fille parmi tant d'autres ?

L'idée m'arracha un léger sourire tandis que mon doigt l'effaçait définitivement de mon appareil.

— Adieu, Virginie. Cette fois, j'en ai bel et bien fini avec toi !

Ce constat me fit un bien fou. Libre. J'étais libre ! Mon esprit s'était absout de ses chaînes. Je pouvais de nouveau respirer. Et aimer ! Aimer Nath' à la folie, sans plus la menace d'un spectre pour venir tenir mon bonheur.

Cette heureuse pensée me permit d'en revenir à mes moutons. Je trouvai mon numéro et pris une profonde inspiration avant d'enclencher la demande d'appel. Je crus pouvoir dire que les secondes qui suivirent avant qu'on ne décroche, furent parmi les plus longues de mon existence. Mon palpitant battait à tout rompre dans ma poitrine. En dépit de la sérénité procurée par l'effacement de la photo, j'étais tendu au possible.

Soudain, mon interlocuteur décrocha. Sa voix me fit presque sursauter.

Maël ? Quelle surprise de recevoir ton appel de si bon matin. Que puis-je pour toi ?

À fleur de peau (M/M - Boy's Love)Lisez cette histoire GRATUITEMENT !