Chapitre 4 : David

1.6K 101 58

Bonjour à tous et à toutes !

Aujourd'hui c'est la journée internationale de la bisexualité <3 Ça m'a fait tout drôle de réaliser que la JIB aujourd'hui se passait en même temps que la JIB dans mon histoire :P Je n'aurais pas pu rêver meilleur timing !

Dans ce chapitre 4, vous retrouvez David et il va donc à la marche de la JIB avec Léo :)

Bonne lecture !

***

— David —

23 septembre.

Aujourd'hui, c'est la Journée Internationale de la Bisexualité. La JIB. Comme depuis maintenant plusieurs années, il y a Marche. Chez HoMag, nous avons évoqué la possibilité de participer en tant qu'association, mais nous nous sommes vite rendus compte que nous étions trop peu nombreux pour espérer constituer un groupe décent. Entre les absents et ceux qui voulaient marcher avec d'autres associations, on aurait eu l'air cons à quatre pour porter la banderole. Il a donc été décidé que HoMag signe le communiqué de presse et appelle à marcher, mais que chacun s'intègre où il voulait dans le cortège. C'est plus simple pour tout le monde.

Avec Léo, nous avons décidés de marcher ensemble, comme toujours. Il a eu l'intelligence de me donner rendez-vous sur le quai du métro et non à l'extérieur. On se retrouve facilement avant de remonter à la surface. C'est cool de voir qu'il y a plus de monde que l'an dernier. Le point de rendez-vous grouille de militants et de gens du milieu. Je reconnais plusieurs têtes, dont d'anciens d'HoMag ; on se salue de loin. Sûr, ça reste l'une des plus petites Marches de l'année, mais c'est déjà ça. Je repère facilement les différentes associations partenaires : Bi'cause, l'Inter-LGBT, le Centre, le MAG, SOS Homophobie et d'autres. Chacune a sorti sa banderole, ses t-shirts et drapeaux.

Je prends naturellement la main de Léo. Il est mignon, avec ses drapeaux bi sur les joues et son drapeau attaché comme une cape. Il porte une couronne de fleurs roses, une de celles qu'on avait utilisées à la dernière Pride. Pour ma part, je me suis contenté d'accrocher un badge rainbow et un autre avec le logo de HoMag sur ma veste en jean.

Quand je pense que quand j'ai trainé mon meilleur ami chez HoMag, il était hétéro. Du moins, j'en étais persuadé et il ne m'avait jamais laissé penser autre chose. Il s'était lui-même attribué une étiquette « allié », étiquette qu'il a traîné jusqu'à la dernière JIB. Il a fait son coming-out en débarquant avec un drapeau bi pour la Marche. J'avoue que je lui ai fait la gueule pendant des jours. J'en revenais pas qu'il ne m'en ait pas parlé avant. Je veux dire : on est potes depuis le lycée ! S'il y avait bien une personne qui aurait dû être au courant en avant-première, c'était moi. Depuis, je lui ai pardonné. Mais quand même, être ici avec lui ravive des souvenirs désagréables.

— Hé ? Ça va ? me demande Léo, ayant remarqué mon léger malaise.

— Ouais. Ça me rappelait juste la dernière fois.

Il plisse les yeux, m'observe un instant avant de s'approcher sans prévenir. Je me retrouve enlacé, prisonnier d'un câlin. Je déteste quand il fait ça, et pourtant je ne le repousserai pour rien au monde. Comme toujours, ça me fait un truc au ventre et dans la gorge. Parfois, je me demande s'il fait exprès de multiplier les contacts physiques. Il n'est pas comme ça avec les autres. C'est vrai qu'on a une relation particulière. Ça fait cinq ans qu'on se connaît, cinq ans qu'on se dit tout et qu'on est toujours fourrés ensemble. Je veux dire, il m'a même suivi dans une association LGBT quand il était encore hétéro.

— Je me suis excusé des milliers de fois, me rappelle-t-il alors qu'il se décolle enfin de moi. Ça t'a pas suffi ?

— Si, c'est juste que ça fait bizarre.

Tant qu'il le FaudraLisez cette histoire GRATUITEMENT !