8

656 111 141







Nous avons fini nos boissons depuis une éternité mais cela ne nous a pas gênés. Nous avons continué de parler. La discussion est passée d'un sujet à un autre avec fluidité, naturel. Sa famille. La mienne. Le cinéma. Son travail. Ma passion pour le Handball. La musique. Mes chiens. Sa peur de la vitesse.

Je n'ai pas vu le temps s'écouler. Bien entendu, il continue sa drague mais elle est plus subtile. Il est devenu un peu plus tactile aussi à mesure que les minutes passaient. Me toucher le bras. Remettre une mèche de mes cheveux en arrière. Caresser légèrement du bout des doigts les miens. Mais tout ça me plaît. Beaucoup.

- Pédale ! s'écrie un gars à quelques mètres de nous.

Instinctivement, je tourne la tête vers l'individu et me redresse de toute ma hauteur.

- On est pas des pédales au PSG ! lui répond un autre. Contrairement à vous !

Les deux se rapprochent l'un de l'autre et je n'ai aucun doute avec le fait qu'ils soient bien alcoolisés.

- J'aime pas cette expression, me souffle-t-il.

- Qui peut l'aimer à part les homophobes ? rétorqué-je en ne quittant pas les deux mecs des yeux.

- Ta... ta famille est au courant ?

Le ton d'Harry a changé. Il n'est plus enjoué, sûr de lui. Je reporte mon attention sur lui et le trouve les yeux baissés sur son verre vide alors que les doigts de sa main droite dessinent des formes invisibles sur la table.

- De quoi ?

- De... Ton orientation sexuelle...

- Ah ! m'exclamé-je, étonné qu'il me pose cette question. Euh... Oui. Mes sœurs ont été les premières au courant. Puis quand j'ai commencé à sortir avec Calvin, j'ai dit simplement à ma mère que j'avais un homme dans ma vie.

- Sans... Sans faire de vrai coming out ?

Je hausse l'épaule. Je n'ai jamais compris le principe de devoir en faire un. Ma sœur n'en a pas fait avant de sortir avec Tommy.

- C'était peut-être ça mon coming out. Mais en vérité, je n'ai jamais été élevé avec l'idée que je devais avoir une fille dans ma vie. Ma mère ne m'a jamais demandé si j'avais une amoureuse à l'école. Elle a toujours... je ne sais pas...

Je cherche mes mots, ne sachant pas vraiment comment expliquer ma situation.

- Elle a toujours fait en sorte de nous laisser libre de nos choix.

Harry rit mais je sens bien que ce n'est pas un rire joyeux, comme lorsqu'il se moquait gentiment de moi plus tôt dans la soirée.

- Tu as de la chance. La mienne... La mienne passe son temps à vouloir me marier avec les filles de ses amies.

- Tu ne lui as pas dit ? je m'étonne, malgré moi.

- Non...

Il relève enfin les yeux vers moi et m'explique.

- Je suis bisexuel et je me suis toujours dit que... A quoi ça sert de lui dire ça si un jour, je me marie avec une femme finalement ?

- Pour qu'elle sache qui tu es vraiment peut-être ?

- Je ne veux pas... La perdre.

Je me permets alors de lui prendre la main pour lui montrer mon soutien. Je pourrais lui faire un grand discours sur l'acceptation de soi, de l'amour maternel, de la nécessité de dire la vérité aux personnes de qui nous sont les plus proches.

Hand(s) to MyselfWhere stories live. Discover now