Chapitre 2

66 6 26
                                                  


Scar ouvrit la porte de son immeuble et entra dans le hall. Aussitôt, elle se figea, le nez froncé. Une abominable odeur de chien mouillé régnait dans l'entrée et la prit à la gorge. Pourtant, elle était sûre de ne jamais avoir vu de chien dans les parages. Prise d'un étrange pressentiment, la jeune fille se dirigea vers la porte de son appartement, au rez-de-chaussée, et frappa. Des aboiements lui parvinrent alors, de l'autre côté de la cloison, ponctués par les jurons de Noah.

- Qu'est-ce que c'est encore que ça ... murmura Scar.

La porte finit par s'ouvrir et Noah apparut devant elle, l'air furieux, ses cheveux noirs et mi-longs en bataille.

- Bon sang, je vais tuer ce chien ! pesta-t-il.

- Quel chien ? Depuis quand on en a un ? demanda Scar avec inquiétude.

Noah s'écarta et désigna d'un geste rageur l'intérieur de l'appartement.

- Ce chien ! Gulliver !

En entendant ce nom, Scar ouvrit des yeux épouvantés et ne put retenir un cri d'horreur.

- Non ! Pas Gulliver !

Quelques années plus tôt, un peu après que Scar eût rencontré le jeune homme, elle était allée chez lui afin de fêter ses dix-huit ans. La fête battait son plein, et au beau milieu de la soirée, Noah avait réalisé que son chien avait disparu. Malgré toutes les recherches qu'il avait faites avec sa famille, il n'avait pu retrouver l'animal. Pour se consoler, sa mère avait alors acheté un nouveau chien, un shih tzu désormais connu sous le nom de Gulliver.

Scar n'avait jamais vraiment aimé les chiens, mais la première fois qu'elle avait rencontré Gulliver, elle avait su qu'elle ne pourrait que le détester. L'odeur qu'il dégageait était suffocante, un mélange de mauvaise haleine matinale et de toilettes publiques abandonnées. Son museau était aplati comme s'il avait foncé dans un mur en courant, et sa gueule était constamment encerclée par de longs poils jaunis et dégoulinants de bave. Ses yeux, qui paraissaient recouverts d'une étrange membrane blanchâtre, regardaient toujours dans deux directions différentes, ce qui lui donnait un air extrêmement bête.

Assis au milieu du salon, Gulliver pencha sa tête sur le côté et laissa pendre sa langue d'où gouttait de la salive. Scar secoua énergiquement la tête.

- Non, non, ce n'est pas possible ! Tes parents n'ont pas osé l'emmener ? Ils savent que je hais ce chien !

- Ce ne sont pas eux qui l'ont emmené, répliqua Noah. Il est venu tout seul. J'ai appelé ma mère, apparemment, il s'est sauvé hier après-midi.

Scar écarquilla les yeux.

- Sérieusement ? Et il est arrivé jusqu'ici ?

Elle dévisagea Gulliver, qui la regardait avec stupidité.

- Comment c'est possible ?

Noah haussa les épaules. Il nageait en pleine incompréhension.

- Très bonne question. Ce que je me demande surtout, c'est comment il a trouvé notre appartement. Il était sous la fenêtre du salon et il aboyait comme un fou.

- C'est vraiment trop bizarre, souffla Scar sans quitter le chien des yeux.

Elle entra dans l'appartement malgré la puanteur qui y régnait et referma la porte derrière elle.

- Tes parents arrivent quand ? demanda-t-elle.

Noah la regarda sans comprendre.

- Comment ça, mes parents ?

A - In nomine Patris [TERMINÉ]Là où vivent les histoires. Découvrez maintenant