4

3 1 0
                                    

Sergio laissa son petit ami retourner à la cuisine mettre les petits fours au chaud, il proposa a Esther un verre de punch maison, et la confia à de ses amis qui discutaient à bâtons rompus. Elle, un peu timide, n'osa pas s'imposer tout de suite dans la conversation, et du regard fit un tour de cette assemblée de visages inconnus. Perdue, elle n'avait pas prévu de se retrouver là. Heureusement elle ne s'était pas encore mise en pyjama. Pour une fois elle portait un tailleur d'étudiante, coquet.

Le salon rempli de convives, la fête battait son plein, un pied de nez à ces soirées entre couples qui vivaient un moment de bonheur. Tous n'étaient pas là pour rencontrer l'âme sœur. Pour la plupart ils se connaissaient, se fréquentaient régulièrement, amis, collègues de travail ou simples connaissances. Certains d'entre eux avaient déjà couché ensemble, les unes avec les autres ou le contraire, une forme de danse. Esther n'imaginait pas trouver au milieu d'eux son prince charmant, sa moitié.

Un homme lui ouvrit en la questionnant abruptement : « Vous êtes célibataire ? » Surprise et penaude, elle répondit que oui, impossible de dire le contraire. « Alors entrez ! » lui fit-il dans un large sourire, tout en s'écartant du chambranle de la porte couleur acajou. Hésitante, elle bredouilla « Mais euh... en fait je viens parce que je n'ai plus d'électricité chez moi, je suis à l'étage en dessous. » « Eh bien entrez donc festoyer avec nous. Vous trouverez bien ici une âme charitable pour vous aider à l'heure de rentrer chez vous. »

La prenant par l'épaule il la poussa gentiment à l'intérieur du trois pièces cuisine en la rassurant. Elle entra dans le petit appartement.

« Merci, je me présente, Esther, dit-elle en tendant la main ravie. »

« Sergio ! » vociféra le garçon pour être entendu dans le salon bien rempli. Un autre homme de son âge, la trentaine, débarqua. « Ta voisine du dessous, Esther, Sergio, Sergio, Esther, moi je m'appelle Dan, nous sommes le seul couple autorisé pour cette soirée de célibataires, allez-y c'est par là. Mais avant tout je vous fais la bise. »

« Enchantée » dit-elle surprise. Sergio prit la parole :

« Ne t'inquiète pas ce n'est pas non plus une soirée lesbiennes et folles. » « Je ne m'inquiétais pas » répondit-elle, cependant soulagée.

En cette soirée du 14 février, personne chez les petits vieux, ils avaient dû sortir manger quelque part dans un de ces restaurants aux somptueux dîners.

Esther chercha à tâtons dans le noir comment rétablir le courant. Son emménagement était récent. Elle ne connaissait pas bien l'agencement de son étage. La lampe des toilettes a probablement provoqué un cours jus, la cage d'escalier lui a toujours paru mal bâtie, mais étant donné le prix du logement elle s'était surtout attachée au confort intérieur plutôt qu'à l'entourage. Agacée, un souffle sonore s'enfuit de sa bouche, en terme de galère, elle trouvait avoir suffisamment donné.

Lumière.

Eric et EstherLà où vivent les histoires. Découvrez maintenant