1. Devant l'objectif

4.9K 223 17
                                    

🌹 V I C T O R I À🌹

Mon cœur palpitait si fort dans sa cage thoracique que j'avais l'impression qu'il pouvait s'y décrocher et dégringoler dans mon estomac complètement vide. C'était l'une des conséquences au fait que je sois partie sur un coup de tête dans un road tripe avec en poche uniquement mes pauvres économies. Un comble pour une fille issue d'une famille richissime. Mon père était biologiste et avait développé sa propre entreprise pharmaceutique. Quant à ma mère, elle se fatiguait nuit et jour à prendre soin des patients du Cook hospital center au détriment de ses enfants.

J'inspirais profondément cet air chaud et humide chargé d'une odeur d'essence et de suie. Malgré les apparences, j'aimais particulièrement ces effluves âcres. Les ribambelles de voitures de collections qui s'étalaient devant moi me fascinaient à tel point que j'en oubliais presque mon retour imminent à Cook et ma rentrée universitaire. Dire que j'appréhendais de rentrer était un euphémisme. Mon cœur se serrait à chaque fois que je m'imaginais à un repas de famille ou à mon poste ingrat de vendeuse. Seules mes études d'art me réconfortaient. Ça et les kilomètres de shots que j'allais m'enfiler avec mon meilleur ami Adam. Adam était gay, viril et tatoué. Le genre de molosse qu'on ne voudrait pas chercher, sauf peut être pour l'attirer dans son lit. C'est ce que j'ai essayé de faire avant de me rendre compte qu'il fantasmait sur les mêmes acteurs que moi lorsque l'on regardait des films d'action ensemble. Le jour où il me l'a annoncé a aussi été celui du commencement de notre amitié. Quelque part, il me faisait penser à moi plus jeune : une personne solitaire qui se cache dans une cage trop étroite pour lui. Il lui manque encore le courage de se montrer tel qu'il est.

Il m'a fallut des années pour sortir de ma coquille et exploser le moule dans lequel mes parents m'avaient mis. Si je les avais écouté je ne serais pas là, à une expositions de voitures et de motos d'antiquité mais à un autre mission humanitaire qui redorerait ma réputation de fille dévouée à la bonne cause. Au fond, je soutiens ce genre de cause, du moins jusqu'à ce que ma mère fasse passer ces voyages comme des lignes supplémentaires à mon CV.

Comme pour me narguer le DJ de l'événement lance Back on Black de AC DC.

PAROLES !!!

Malgré l'appréhension qui me rongeait a l'idée de rentrer chez moi, je bougeais la tête en rythme tout en dévorant les vieilles voitures des yeux.

La mienne était ma plus grande fierté. Ma Chevrolet Biscayne coupé noire datait de 1962. Quand je l'avais acheté elle était en piteux états et les réparations que j'ai dus y apporter m'avaient coûté plus chère que la voiture elle même.

Pour m'offrir ce petit bijou, j'ai vendu tout ce que je possédais dans mon ancienne chambre chez mes parents. Juste avant de les quitter pour un appartement minuscule plus proche de ma fac de seconde zone.

La princesse a fuit son trône et sa reine. Je vis peut être comme une pauvre aujourd'hui, mais je roule dans un carrosse.

Devant moi, une mustang de l'époque d'un vert renversant me donnait envie de dégainer mon arme : un canon EOS 5D Mark IV, ma seconde passion.

Tout en photographiant ces merveilles je me remémorais ce dernier mois. Trente jours incroyables à sillonner l'Amérique dans la Chevrolet, munie de mon appareil photo. Des vacances de rêves qui se terminaient bien trop tôt...

Un œil fermé l'autre concentré, je scrutais les fêtards qui trinquaient autour des reliques. La plupart étaient couverts de cuir, d'autres avaient l'air de parfait touristes. Non loin de là, au stand des motocycles, des bikers étaient accoudés, avachis ou à califourchon sur leur bécanes. Un moyen de transport que j'avais côtoyé, mais pas adopté. Même si la vitesse et la fluidité qu'elle procurait lors de la conduite étaient agréable, il me manquait le confort et la jouissance que je n'avais que dans une voiture.

HARD Perfection - Saison 2Là où vivent les histoires. Découvrez maintenant