Chapitre 1 : Mauvaise journée

572 26 60
                                    

Lilyn marchait sans vraiment de but, la tête basse et le regard dans le vide.

- Une fois de plus, dit-elle à voix basse.

Elle tenait dans sa main le papier que son chef de garde l'avait chargée de donner à Eweleïn et sur lequel était inscrit le résultat de son évaluation trimestrielle. Une de ses évaluations les mieux réussies, couverte de petites cases cochées pour ses compétences acquises et devant les réponses qu' elle avait donné. Il avait même apposé sa signature raffinée au bas de la page, d'une encre bleue nuit coûtant certainement une fortune.

La jeune fille s'arrêta au milieu du couloir et froissa la feuille entre ses doigts crispés sans même s'en rendre compte. Elle la déplia pour la relire une dixième fois, les lèvres serrées. Pourtant, elle avait reçu une appréciation neutre et professionnelle, un « Bien » en écriture penchée, élégante.

- Une fois de plus, répéta t-elle un peu plus fort.

Elle se tut, effrayée à l'idée que quelqu'un ne l'entende. Mais ses pensées dérivèrent bien vite : une fois de plus, elle avait tenté de retenir l'attention de l'illustre Ezarel en essayant de rendre une évaluation parfaite. Et une fois de plus, cela n'avait servi à rien.

Elle avait espéré un petit compliment, une appréciation, une légère mimique lui signifiant qu'il était content d'elle. Au lieu de cela, il avait approuvé sa potion de soudure des os du bout des lèvres qu'elle avait étudié toute la nuit et hoché la tête avec désintérêt aux réponses détaillées qu'elle avait donné au questionnaire. Questionnaire qu'il lui avait rendu sans même lui lancer un regard à la fin de l'entretien.

La jeune fille serra les lèvres et froissa le papier encore plus. Elle qui avait été si fébrile toute la matinée, à la fois heureuse et terrifiée de passer ne serait-ce que quelques minutes seule avec lui ! Sa récompense pour plusieurs mois d'un travail irréprochable était ce papier. Papier qui ne lui apportait rien de concret mise à part une vague promesse de se voir attribuer encore de nouvelles tâches, pas beaucoup plus originales ni prestigieuses que celles qu'elle avait déjà, depuis maintenant quatre ans qu'elle était dans l'Absynthe !

La colère de Lilyn retomba aussi brusquement qu'elle était apparue pour laisser place à la lassitude qui ne la quittait pratiquement plus depuis des mois. Elle poussa un soupir à fendre l'âme et se dirigea vers le réfectoire en traînant les pieds. À cette heure-ci, elle aurait dû être la bibliothèque pour y étudier l'alchimie en vue de missions prochaines et son espoir vain de se faire remarquer d'Ezarel autrement qu'avec des mots qu'elle était incapable de prononcer. Mais à quoi bon ? Plutôt que de se creuser l'esprit pour un chef de garde ingrat -et pas si sexy que ça, finalement !- elle avait plutôt envie d'avaler une tarte entière et être seule au monde. Lilyn serra les poings, les yeux rivés vers son elfe imaginaire. Sa potion était parfaite et ses réponses justes ! Que pouvait-elle faire de plus pour retenir l'attention du grand Ezarel, comme elle s'efforçait de le faire lors de son épreuve d'admission où il avait sourit pour de vrai, rien qu'à elle ? L'avait-il oubliée si vite ?

La petite faélienne fut brusquement interrompue dans son auto-apitoiement en heurtant un elfe qui n'avait rien d'imaginaire. Elle tomba sur les fesses sans la moindre grâce avec un petit cri de surprise, laissant échapper sa feuille de réponses.

- Oh, je suis vraiment désolée ! Tu n'es pas blessée ?...

Lilyn releva la tête, saluant en rougissant l'infirmière en chef qui l'avait prise sous son aile à son entrée dans la garde, Eweleïn. La jeune femme se pencha en avant et l'aida doucement à se relever avant de se saisir de son papier pour le lui rendre, penaude. La petite absynthe, un peu vacillante, s'épousseta pour se redonner une contenance en observant avec envie sa silhouette gracile, ses longues oreilles pointues et son sourire bienveillant. En plus d'être jolie, l'elfe était brillante et très gentille... mais heureusement, elle ne pouvait pas lire dans les pensées, l'Oracle soit loué.

Ezarel - L'autre visage de LilynLà où vivent les histoires. Découvrez maintenant