Chapitre 1 : Prudence

Depuis le début


Ce n'est qu'une réunion d'information, pas une réunion de travail. Je ne m'engage sur rien en y assistant. Je peux tout à fait y aller, écouter et repartir. Personne ne me connaît, je n'ai rien à perdre. Si ça se passe mal, je ne reverrai jamais ces gens.

Je ne peux pas baisser les bras maintenant. J'ai passé la matinée à me préparer et tout l'été à écumer Internet à la recherche de l'association LGBT idéale. Entre les clubs sportifs, les associations de « convivialité », les collectifs politiques, les féministes extrémistes, la lutte contre le SIDA... J'ai procédé de façon logique, par élimination. J'ai éliminé les associations 100% masculines ou trans, celles où les photos Facebook révélaient une moyenne d'âge au-dessus de 40 ans.

Un journal associatif, je n'ai rien trouvé de mieux. En mixité, entre 20 et 30 ans sur les photos, avec peu d'événements de type soirée/stand de prévention/interventions dans les écoles. Et surtout, le journal m'a plu. La ligne éditoriale est très vaste, les rubriques changent chaque année, sans doute en fonction des rédacteurs. J'ai lu les numéros de ces deux dernières années, il y a régulièrement des articles intéressants. Je me disais que je pourrais avoir une chronique littéraire ou une rubrique beauté.


C'est mon arrêt. Plus le temps de réfléchir. Mon téléphone dans la main, je me relève et me dépêche de descendre du bus. Je me repère très vite, je suis déjà venue hier pour tester le chemin. Il était exclu de me perdre et d'arriver en retard pour la première réunion. Je retrouve l'immeuble facilement.

Je vérifie une dernière fois ma tenue dans le reflet de la vitrine d'un magasin de chaussures. Je n'ai pas ma robe coincée dans ma culotte, c'est déjà ça. Un coup d'œil à mon maquillage, je n'ai pas de rouge-à-lèvres sur les dents. Tout va bien.

Le cœur battant, je cherche le courage d'appuyer sur l'interphone. En attentant, je fais semblant de taper un SMS au cas où quelqu'un m'observerait. Je me dis que peut-être, un membre de l'association va arriver et ouvrir la porte, comme ça je n'aurais pas besoin de sonner.

Je n'attends pas longtemps avant de voir apparaître un garçon aux cheveux rose pastel au bout de la rue. J'admets me fier à mes stéréotypes, mais il s'arrête bien à mon niveau. C'est un jeune homme asiatique, avec un teint chaud, des yeux marrons. Sa décoloration doit être récente car je ne vois pas l'ombre d'une racine. Il porte un t-shirt gris trop large pour sa silhouette élancée et un jean slim. Alors qu'il se poste près de moi, je constate qu'il me dépasse largement en taille, pourtant je suis grande et je porte des talons. Il ne semble pas me tenir rigueur de le dévisager puisqu'il me sourit.

— Tu viens pour la réunion d'HoMag ?

Je hoche la tête, en rangeant mon téléphone dans mon sac à main.

— Super, ça fait plaisir d'avoir de nouvelles têtes. Moi, c'est Min-Jae.

Je ne suis pas certaine d'avoir bien saisi son prénom, néanmoins je fais comme si de rien n'était.

— Prudence, je réponds alors que le garçon tape le code pour ouvrir la porte.

— C'est mignon comme prénom.

S'il le dit. Tant qu'il ne me demande pas si je suis du genre « prudente », je veux bien accepter tous les commentaires. En tout cas, cette première rencontre aura eu le mérite de me déstresser un peu.

Beaucoup plus sereine que quelques minutes auparavant, je lui emboîte le pas dans le hall d'entrée. L'immeuble n'est pas en très bon état, la peinture est écaillée et le sol n'a pas été nettoyé depuis bien longtemps. J'espère que les locaux de l'association seront mieux entretenus.

Tant qu'il le FaudraLisez cette histoire GRATUITEMENT !