SAMUEL (20) - DIX-SEPT ANS, QUATRE MOIS ET ONZE JOURS

24 3 2
                                                  

Je me réveille avec une migraine épouvantable. À vrai dire, ce n'est pas juste ma tête, mais tout mon corps qui me met au supplice. L'esprit encore brumeux, je promène mon regard dans ce salon qui me semble étrangement familier. Où suis-je ? Et surtout, comment est-ce que je suis arrivé là ? J'étais dans la rue avec Ruby, nous fuyions les lieux de l'explosion... Ruby ! Je ne l'ai pas vu ! Pourvu que... Je me relève sur un coude, malgré la douleur qui irradie de chaque fibre de mon être. Un homme se précipite auprès de moi et me force à me réadosser aux coussins.

— Doucement mon garçon, tu as frôlé la mort de près cette nuit. Si j'étais toi, je n'essayerais pas de me lever tout de suite.

Je cligne des yeux. Je le connais, j'en suis sûr, mais impossible de remettre un nom sur ce visage.

— Où suis-je ? Demandé-je d'une voix éraillée. Qui êtes-vous ? Où est Ruby ?

Avant que l'inconnu n'ait le temps de répondre, une tornade rousse me tombe dessus, m'enveloppant de son parfum.

— Tu es réveillé ! J'ai eu si peur, s'écrie-t-elle en me serrant dans ses bras.

Je lui rends son étreinte. Malgré la douleur, cela fait du bien de la sentir si proche, si vivante. À côté de nous, l'homme sourit.

— Doucement, rappelle-toi que notre jeune ami est blessé.

"De quoi il se mêle celui-là", pensé-je tandis Ruby s'écarte, l'air penaude.

— Ça va ? Je ne t'ai pas fait mal ?

Je secoue la tête. J'endurerais mille tourments pour qu'elle revienne se blottir contre moi.

— Comment te sens-tu ? Me questionne à son tour l'inconnu.

Maintenant que mes idées se sont un peu éclaircies, je me rappelle de lui. Il se trouvait à mes côtés tout à l'heure, quand je me suis réveillé, du moins, je crois qu'il s'agissait de lui. Mes souvenirs sont tellement brumeux. Difficile de distinguer le rêve de la réalité.

— J'ai soif, je réponds avec l'impression que chaque mot m'arrache la gorge.

— Je vais te chercher de l'eau, s'exclame Ruby en bondissant du canapé.

Elle s'éloigne, me laissant seul avec notre hôte.

— Nous nous sommes déjà présentés, mais comme tu sembles n'en garder aucun souvenir, je recommence. Je m'appelle Julian. J'enseigne l'art au lycée que fréquente... que fréquentais Ruby.

— Moi, c'est Samuel, me présenté-je à mon tour.

— Je sais.

Le silence retombe jusqu'à ce que Ruby revienne peu avec un grand verre d'eau. Je le vide d'un trait. Que ça fait du bien, j'ai l'impression de ne pas avoir bu depuis des jours.

— Je vais t'en chercher un autre, s'exclame Ruby en récupérant le récipient.

— Ce n'est pas... commencé-je.

Trop tard. Elle est déjà partie.

— Elle s'en veut pour ce qui t'est arrivé, m'explique le dénommé Julian en la suivant des yeux.

Je lui lance un regard, surpris... Et un peu agacé. Ce qu'il y a entre Ruby et moi ne concerne que nous.

— Pourquoi ? Ce n'est pas sa faute. J'étais conscient des risques quand je me suis embarqué là-dedans.

— Je crois que Ruby culpabilise pour beaucoup de choses dont elle n'est pas responsable.

Cela m'irrite que cet homme la connaisse aussi bien, mais je ne peux pas lui donner tort. Ruby s'en est voulu toute sa vie. Les derniers événements n'ont pas dû arranger les choses.

Le pays des enfants parfaits ( En cours de réécriture)Là où vivent les histoires. Découvrez maintenant