SAMUEL (19) - DIX-SEPT, QUATRE MOIS ET ONZE JOURS

Depuis le début
                                              

— Qu'est-ce qui s'est passé ? l'interroge Ruby.

— L'ascenseur s'est mis à descendre. On a eu peur qu'un des gardes monte donc on a changé d'étages, explique-t-il en essuyant la mince couche de sueur qui recouvre son front.

— Tu veux dire que les gardes sont à notre recherche ? m'exclamé-je.

— Calmos, mon gars. Je ne suis pas con. J'ai vérifié. L'ascenseur s'est arrêté au premier et n'a pas bougé depuis. Sans doute un chercheur resté tard pour terminer une expérience. Pas de quoi s'alarmer. Pour votre problème, j'en ai discuté avec notre barjo préféré et d'après lui, les employés s'identifient avec leur nom suivi de la première lettre de leur prénom.

— Et pour le mot de passe ? le questionne Ruby.

— Une série de huit chiffres.

Je soupire.

— Soit des milliers de possibilités. Tu n'aurais pas une idée du mot de passe qu'aurait pu choisir ta sœur ? En espérant que celui-ci ne soit pas généré aléatoirement.

Frank secoue la tête.

-Non, Beccie n'a aucune mémoire des chiffres. À l'école, elle était obligée d'inventer des moyens mnémotechniques pour retenir les dates. Et elle est trop parano pour avoir noté son code personnel quelque part. Non, elle a forcément choisi un nombre en rapport avec sa vie. Par hasard, essaye le 12/05/1997, c'est sa date de naissance. .

— Tu crois vraiment que ta sœur est assez bête pour utiliser sa date de naissance, fis-je, dubitatif.

— Tu n'as qu'à essayer autre chose si tu te crois tellement plus intelligent que moi, réplique Frank.

— Du calme, les gars. On est tous sur les nerfs, alors évitons d'en rajouter, tempère Ruby. Essayons la date de naissance. Après tout, elle ne serait pas la première à commettre cette erreur.

Je me force à respirer calmement et tape le code. La réponse de l'ordinateur ne se fait pas attendre. « Code erroné. Deux essais restants » affiche-t-il impitoyable. Je retiens de justesse un « je l'avais bien dit ». Ruby a raison. La situation est merdique au possible, mais nous disputer n'arrangera rien. " Encore quelques minutes et tout sera terminé" me répété-je avant de relancer d'un ton le plus neutre possible.

— Une autre idée ?

Frank se gratte la tête.

— Le 05/06/2023, le jour où elle est devenue directrice de Genetech.

— Non plus. Dernière chance. Tu es sûr de la date ?

— Ouais, c'était la veille de mes onze ans. Autant vous dire que mon anniversaire est passé complètement au second plan.

« Pauvre choux », pensé-je très fort, mais je parviens à me maîtriser et à éviter de le dire à voix haute

— Une autre idée, redemandé-je à la place.

— Attends, je réfléchis. Non, elle n'a quand même pas choisi ça... quoique... Ce serait bien son genre... Essaye le 12/06/2020 pour voir.

— Tu es sûr ? C'est le dernier essai. Si tu te plantes, c'est foutu. On aura plus qu'à remballer et a se tirer d'ici au plus vite ? lui rappelé-je.

— Comment veux-tu que je sois sûr ? Ma sœur et moi sommes presque des inconnus. J'avais trois ans quand elle est partie faire ses études et comme vous avez pu le constater nous ne sommes pas restés très proches. Incompatibilité de caractère. J'ignore quasiment tous de sa vie. Elle a pu mettre la date où elle a rencontré son premier petit copain à la fac. Malheureusement, je ne la connais pas. Je ne sais même pas si ce type existe. Pour ce que j'en sais, ma sœur pourrait être encore vierge.

Le pays des enfants parfaits ( En cours de réécriture)Là où vivent les histoires. Découvrez maintenant