RUBY (31) - 26 FEVRIER 2042

19 2 0
                                          


— Ça va ? je demande à Samuel alors que nous nous éloignons du refuge.

Il tourne la tête vers moi et me sourit. Il a beaucoup changé depuis notre rencontre. Il semble plus assuré, plus confiant... Plus... adulte.

— À merveille, me répond-il. Pour la première fois de ma vie, j'ai l'impression d'être pile là où je devrais être.

Une fois sortis des souterrains, nous hélons un taxi. Trois d'entre eux nous dépassent sans se donner la peine de ralentir. Nous commençons à désespérer quand le quatrième consent enfin à s'arrêter. Devant l'air méfiant du conducteur, Samuel extrait une poignée de billets de sa poche.

— Vous pourrez garder la monnaie, lui dit-il en lui fourrant d'autorité l'argent dans la main.

Cet argument achève de convaincre le chauffeur qui accepte de nous transporter jusqu'aux locaux de Genetech, non sans maugréer que nous allions lui dégueulasser sa bagnole avec nos fringues poussiéreuses. Vu l'odeur de pizza et de tabac froid qui imprègne les sièges, j'émets quelques doutes sur la sincérité de ses reproches.

Nous finissons quand même par arriver à destination : un immeuble ultramoderne en plein cœur de Manhattan. Frank nous attend sur le parvis, adossé à une immense statue représentant la double hélice qui constitue les molécules d'ADN. Seth aussi est là. Il se tient un peu en retrait, l'air agité, jetant des regards angoissés autour de lui comme s'il craignait de se faire attaquer. J'espère qu'il va pas craquer. Nous avons discuté longuement pour savoir si nous devions l'emmener ou pas. Samuel a voté contre, bien sûr. Il s'agit de son ami, il s'inquiète pour lui, c'est normal. Mais Seth voulait venir, et puis, aussi peu fiable qu'il puisse être nous avons besoin de lui et de sa merveilleuse mémoire.

— Vous en avez mis du temps ! Qu'est-ce que vous foutiez ? nous accueille Frank quand nous arrivons à sa hauteur.

— Figure-toi que ce n'est pas la porte à côté, lui rétorque Samuel qui s'est refermé en voyant le fils Goodfellar.

Je soupire. Je ne nourris plus vraiment d'espoir sur le fait que ces deux-là parviennent à s'entendre un jour, mais s'ils pouvaient essayer de se supporter encore une nuit, cela m'arrangerait bien. Après, je ne les obligerais plus jamais à se fréquenter. Promis, juré !

— C'est donc là que tous a commencé, murmuré-je en contemplant l'immense bloc de verre et de béton qui nous écrase de toute sa hauteur.

— Et là que tout finira, ajoute Frank en chargeant son sac sur son épaule. Vous êtes prêt ? Cette salope ne perd rien pour attendre. On verra bien si elle fait encore la maline quand le monde entier connaîtra son vrai visage.

Samuel me lance un de ces fameux regards qui signifie : « Moi, je ne lui fais pas confiance à ce mec ». Et pour une fois, je partage son avis. Frank agit pour les mauvaises raisons. Seules la colère et la jalousie le motivent. Cela le rend dangereusement imprévisible. Devant cette forteresse des temps modernes que nous nous apprêtons à prendre d'assaut, je commence à me demander si cette opération est une bonne idée. J'ai l'impression de m'être embarqué dans quelque chose qui me dépasse. Je ne contrôle plus rien et cela ne me plaît pas. Mais nous sommes allés trop loin pour reculer. Pas question d'abandonner si près du but.

— C'est parti, lancé-je à mon tour en emboîtant le pas à Frank.

— Puisqu'il le faut, acquiesce Samuel. Tu viens Seth ?

Celui-ci hoche la tête sans cesser de regarder à gauche et à droite à la recherche d'un danger potentiel. Je soupire en songeant que notre fine équipe va s'attaquer à l'un des groupes les plus puissants du monde.

Le pays des enfants parfaits ( En cours de réécriture)Là où vivent les histoires. Découvrez maintenant