Chapter twelve

827 47 7
                                    




Mon temps de pause s'achève, il fallait que je retourne travailler. Je suis payée pour ça quand même. Je craignais cette journée, surtout que je travaille constamment en présence de Stuart. Je retourne donc dans la salle commune pour donner les médicaments aux patients qui venaient seulement de se lever. Ici, les patients ont le droit de dormir jusqu'à midi, nous n'avons pas le droit de réveiller surtout ceux atteint de schizophrénie par peur qu'ils déclenchent des crises plus violentes. Seul ceux installés provisoirement attendant un jugement doivent se lever à 6h, comme Léonardo. Ils sont contraint de faire des travaux d'intérêts générales en plus des autres activités de l'asile. Aujourd'hui Léonardo a un rendez-vous avec son avocat afin de préparer son jugement dans les mois à venir. Je l'accompagne alors jusqu'à la salle de réunion.

Ce rendez-vous est important pour toi? Dis-je.

Il y en aura d'autres et on ne juge pas tout de suite. Dit-il sur le ton de la rigolade. Nous arrivons dans une salle où l'avocat était installé.

Bonjour M.Di Caprio, madame. Dit-il en resserrant sa cravate. Léonardo ne repondit que par un simple mouvement de tête tandis que je sère la main de ce certain Mesieur Fouquets. On m'invita a rester dans la pièce de rendez vous seule avec Léonardo et l'avocat. Les surveillants étaient conviés à rester devant la porte pour des questions de confidentialités.

Je vais pas passez par quatre chemins... Vous encourez la peine maximale actuellement. Après avoir longuement réfléchi à votre dossier j'ai trouvé deux issues possibles pour vous. La première, vous faire passez pour fou, ainsi vous resterez ici et les avantages qui vont avec. Sorties, activités, protection et quelques moments de liberté. Alors qu'en pensez vous? Dit-il.

Je ne crèverais pas dans cet asile, c'est quoi la deuxième issue? Dit Léonardo en soupirant.

La deuxième et de simplement trouvez les raisons du pourquoi du comment avez vous commis ces actes. Enfance difficile, maladie, violences... Et peux être que le juge fera preuve de clémence et vous accordera qu'une trentaine d'années de prison. Ajoute l'avocat.

Je ne suis pas fou, tout ce que j'ai fait je l'ai fait en âme et conscience. Dit-il.

Écoutez, vous ne m'aidez pas. Vous allez tout droit pour la prison a vie à cette vitesse! Dit l'avocat.

Votre putain de boulot c'est de me sortir de là donc faites votre job. Dit Léonardo en se levant violemment et en quittant la pièce. Je quitte la salle derrière lui en saluant l'avocat avant de le mennoter pour le ramenez à sa cellule.

Quel incompetent cet avocat de mes couilles! Vivement que l'on m'en présente un autre! Dit-il encore enervé.

Léonardo... L'avocat a raison, tu ne pourras jamais t'en tirer sans aucunes sanctions... Dis-je.

Entre l'asile et la prison c'est exactement la même bouffe, les même lits et pratiquement les même individus. C'est comme choisir entre la peste et le choléra. Dit-il.

Si tu restes ici on pourra continuer a ce voir. Dis-je.

J'ai pas envie de te voir ici, j'aimerais faire des trucs comme tous les couples normaux, aller au cinéma, manger des hamburgers et faire l'amour dans une voiture sur un parking désert. Dit-il.

Sérieusement Léonardo faire l'amour dans une voiture sur un parking désert ? Aucun couple "normaux" font ce genre de choses. Tu as vus ça où? Dis-je en rigolant.

Danger PublicLà où vivent les histoires. Découvrez maintenant