16

29 4 2

- Je les ai ! Crie l'investigatrice.

Mon visage se détend à l'entente de cette annonce salvatrice, j'imagine que la même chose se produit pour mon ami. Immédiatement, notre imbibée de service saisit les précieuses avec une aisance comparable à mes capacités d'endurance.

- Tu veux de l'aide ? Demande impatiemment Boris.

- Essaie, je t'en prie.

Il rentre et tourne le sésame dans la serrure, sans plus de succès.

- Ta mère a dû fermer de l'intérieur et laisser le trousseau sur la porte.

- La technologie a parfois du bon. Si seulement ma porte ressemblait à celle du collabiochor de Damien...

- Ce n'est pas le cas.

- Appelle ta mère. Ordonne Boris.

- Espérons qu'elle ne s'énervera pas. Articule t-elle.

- Sinon j'avais pensé qu'on pourrait dormir dans ta cabane.

- Je pense qu'Alexandra préfère être réveillée avant l'aube plutôt que laisser sa fille dans le froid ! S'énerve Boris.

Ni Pauline ni moi ne répondons et elle prend son polytrophone, compose le numéro de sa mère. Après plusieurs sonneries, elle raccroche et souffle de déception.

- On va dormir dans la cabane ? Je propose.

Le silence est ma seule réponse mais mes ami.e.s s'ébranlent sans délai en la direction de la petite hutte de bois.

A l'intérieur, l'humidité et la fraîcheur heurtent toujours nos corps, pourtant, nous sommes au sec. Obstruée par la mince porte de bois, la neige alitée à même le sol ne peut nous atteindre. Dans tout le désordre et après une fouille mouvementée mais rapide, nous dégotons quatre plaids et deux paires de vieux chaussons : l'une va à celle qui a les pieds glacés, l'autre est donnée alternativement à Boris puis à moi. La cabane sert de toute évidence de débarras.

Emmitouflé.e.s dans nos grandes étoffes de laines ou petites et fines couvertures, nos yeux se ferment très facilement mais le marchand de sable se montre uniquement pour témoigner de son hostilité.

Héliosexuel [TERMINÉE]Lisez cette histoire GRATUITEMENT !