Vingtième Chapitre - Réécrit

8.1K 615 138

J'inspire longuement, et lorsque Jake descend agilement de l'arbre, je ne daigne pas le regarder, les yeux rivés devant moi. Cette prise de conscience me donne le tournis, et je sens comme un poids sur mon cœur. C'est angoissant. La gorge nouée, je reprends mes esprits et me redresse sur la branche.

— Tu comptes descendre un jour ? me lance Jake.

Je baisse les yeux vers lui, peinant à l'apercevoir. Je secoue la tête, voulant chasser les pensées assaillantes qui m'empêchent de réfléchir.

— J'arrive.

Je souffle longuement. Je me concentre, et me tourne puis saute sur la branche sous mes pieds. Je m'arrête une seconde puis recommence, avec prudence. Je me répète que ce n'est que l'inverse de ce que j'ai parfaitement réussi à faire il y a quelques minutes, et m'en sors plutôt bien. Je manque de tomber une seule fois, lâchant un petit cri, mais continue en accélérant pour ne pas avoir le temps d'avoir peur, et atterris sur le sol, les pieds joints.

J'époussette mon pantalon, et me retrouve face à Jake. Quand je croise son regard, je sens mes tempes battre, et je m'insulte intérieurement. Super, maintenant que je m'en suis rendue compte, je ne pourrai plus le regarder dans les yeux sans paniquer ?

Sur le chemin du retour, aucun de nous ne parle, jusqu'à ce que j'entende un petit ricanement. Je lance un regard interloqué à Jake.

— T'es en état de courir ? sourit-il.

Je lui réponds positivement, en plissant les yeux.

— Pourquoi ?

— Eh bien, je t'avais promis une course, non ?

Je rigole. Il s'en souvient.

— Alors c'est parti, réponds-je.

Il affiche un immense sourire, que je ne peux m'empêcher de lui rendre. Il commence déjà à presser le pas, et je fais de même, jusqu'à ce qu'il donne le signal de départ. Je cours le plus vite possible, slalomant entre les arbres, parvenant à rester à son niveau, mais sans le dépasser. Il me devance largement pendant les derniers mètres qui nous séparent de l'orée de la forêt. Dans un calme absolu, Jake s'arrête quelques secondes avant moi, malgré mes efforts. Quand je le rejoins, il m'accueille d'un air théâtral, visiblement fier de m'avoir montré sa vitesse surnaturelle.

— Ça va, tu te débrouilles, se moque-t-il en se remettant déjà en marche.

Essoufflée, je lève les yeux au ciel.

— J'ai deux semaines d'expérience, me justifié-je.

Il sourit alors que nous pénétrons dans la ville. Alors, Jake reprend la parole.

— Tu commences à t'habituer, pas vrai ?

Je lève les yeux vers lui, et son regard chaleureux me force à sourire légèrement.

— Je crois, oui. Ça fait du bien.

Il hoche la tête, et je poursuis, plongée dans une émotion particulière.

— Quand j'étais petite et que ma télépathie est apparue, j'ai dû m'y faire seule, je crois que c'était plus dur.

— Tu ne t'es jamais sentie seule ?

Je suis surprise par sa question, et lui glisse un regard.

— Je ne me suis jamais pas sentie seule, tu veux dire, soufflé-je. J'ai vite pris conscience que personne ne me comprendrait. (j'esquisse un sourire) Au début, comme j'avais du mal à me contrôler et que ça me faisait flipper, j'avais écrit sur un ruban « Tu es normale. Ce n'est pas parce que personne n'est comme toi que tu dois avoir peur. », et je l'avais toujours sur moi au cas où.

Différente - T1Là où vivent les histoires. Découvrez maintenant