summertime sadness

53 8 35

Texte inspiré de beaucoup trop de choses mais notamment de Summertime Sadness de Lana Del Rey.

Elle fait claquer la bulle de son chewing-gum. Une explosion dans le crépuscule silencieux. Elle a beaucoup trop chaud. Sa robe rouge légère lui colle à la peau. Ses cuisses collent, ses bras collent. Elle sent la transpiration qui coule dans son dos, dans le sillon qu'est sa colonne vertébrale. Elle grogne de mécontentement.

Elle a mal à la tête, elle voudrait dormir. Pourtant elle est là, en train de fixer le coucher du soleil au dessus de la mer, sur la falaise. Elle est partie aussi vite qu'elle a pu dès qu'elle les entendus commencer à crier. Elle a grimpée sur son vélo et a roulé, roulé, roulé. Fuir c'est tout ce qu'elle voulait. Elle s'est arrêtée quand elle fut face à la mer. Le fracas des vagues contre les rochers la berce. Il ressemble au fracas de ses pensées.

Elle aimerait hurler. Fort. Très fort. Complètement lâcher prise. Pourtant elle reste silencieuse. Elle ne dit jamais rien. Elle n'aime pas les cris. C'est pour cela qu'elle fuit dès que le ton monte. C'est-à-dire de plus en plus en souvent. Elle souffle. Une bulle se forme. Elle était censée s'amuser ce soir. Elle avait revêtue sa jolie robe couleur vin rouge. Elle s'était bien maquillée et coiffée et voilà qu'elle se retrouve là. Seule. Sur cette falaise à regarder la mer. Elle les déteste.

« Si tu veux sauter je te conseille de le faire dès que tu as entendu une vague congner le rocher. »

Elle sursaute. Penchée en avant, fixant l'horizon, c'est vrai qu'on pourrait penser qu'elle veut sauter. Ce n'est pas une si mauvaise idée. Elle mentirait si elle disait ne pas y avoir pensé. Sa bulle de gomme à mâcher éclate.

« Tu es joliment habillée pour une fille qui veut mourir.. tu fais bien les choses.

- Je ne veux pas mourir.

- Oh j'ai pensé. C'est ici que je venais quand je réfléchissais à si je voulais quitter ce monde. La mer m'aidait à trier mes pensées. »

Il doit avoir un ou deux ans de plus qu'elle, pas plus. Il fume une cigarette.  Il souffle la fumée, elle regonfle son chewing-gum. Il lui adresse un fin sourire. Elle le lui rend. Il porte une chemise beaucoup trop ouverte et beaucoup trop transparente ainsi qu'un jean serré beaucoup trop chaud pour cette période estivale. Ses yeux sont d'un noir si profond qu'elle peine à distinguer la pupille. Il a un peu de barbe, une petite fossette au menton.  Ses cheveux sont d'un blond presque blé. Il est beau. Cependant la cicatrice qui passe à l'extrémité de son œil droit pourrait laisser penser le contraire. Épaisse et rose, elle contraste avec sa peau bronzée. Elle fait ressortir tout son charme. Et malgré que son sourire soit un des plus triste qu'elle n'aie jamais vu, elle le trouve beau. Étrangement et indéniablement beau.

Elle sourit en retour. Elle sait que ça fait ressortir la fossette qu'elle a sur sa joue gauche, tout en haut sur sa pommette. Elle sait aussi que ça fait plier le coin de ses yeux. Il lui donne envie de sourire. Alors elle le fait.

« Si tu n'es pas là pour mourir, que fais-tu ici ?

- J'avais besoin de partir. Ils se disputaient encore.

- « Ils » ?

- Mes parents. Je suis désolée, je ne sais pas pourquoi je te raconte ça.

- Hé, t'inquiète c'est moi qui t'ai demandé.

- Et toi qu'est-ce que tu fais là ? Toi aussi tu es trop bien habillé pour mourir.

- Je voulais juste voir la mer.

- J'aime beaucoup la mer.

- Moi aussi. Ça me fait penser à mon père.

- Tu.. tu t'entends bien avec ton père ?

Noyons-nous Sous Les MotsLisez cette histoire GRATUITEMENT !