Chapitre 15

Depuis le début

- Qu'est ce que tu fiches ici ? balbutiai-je, essayant de masquer la panique grandissante qui avait pris possession de moi.

Avant de me répondre, il prit soin de fermer à clé derrière lui. Le bruit du verrou me fit tressaillir. Me faisant à nouveau face, il m'invita naturellement à passer dans le salon, comme s'il était chez lui.

- Assieds-toi, Roxy. Nous devons discuter.

- Pour ma part, je n'ai rien à te dire ! Je pensais avoir été claire à New York : je ne veux plus de toi dans ma vie !

Mon ton incisif le fit rire. Il me désigna le canapé d'un signe de tête. Ignorant de quoi il était capable et ce qu'il avait en tête, j'obéissais et pris place loin de lui. Adrian s'assit dans un des fauteuils, face à moi.

- Roxanne, j'ai bien compris ton petit numéro aux obsèques. Tu t'es caché derrière ton grand baraqué mais sois honnête, tu me gardes toujours dans un coin de ta tête.

J'ouvris de grands yeux et voyant l'incrédulité se peindre sur mon visage, Adrian poursuivit.

- Quand ton « fiancé » m'a frappé, j'ai bien vu dans ton regard que tu avais toujours des sentiments pour moi. J'ai compris, à la façon qu'il avait de te serrer contre lui, quand tu me parlais, que tu n'étais pas libre de répondre à mes messages, accepter mon rendez-vous et m'exprimer ton amour. J'ai longuement réfléchi Roxy pour trouver une solution et un matin, je me suis dit « hey mais pourquoi ne pas aller la retrouver en Irlande ? ». Tu trouves cela romantique, n'est ce pas ? J'étais sur que, passés la surprise et le trouble, tu serais heureuse de me revoir.

« Ce mec est complètement cinglé » pensai-je. Je devais frapper fort pour lui faire entendre raison. Mais l'homme qui me fixait et attendait une réponse de ma part relevait désormais de la cause perdue.

- Qu'est ce qui ne tourne pas rond chez toi, ma parole ! Adrian, en quelle langue faut-il que je m'exprime ? Je ne t'aime plus ! Si j'étais toi, je partirai rapidement car Jamie ne va pas tarder et...

Il partit dans un fou rire qui me coupa dans mon élan. Tétanisée, je me demandai comment l'homme que j'avais aimé quelques temps plus tôt avait pu devenir le fou furieux qui me riez à présent au nez dans ma propre maison.

- Ton Jamie ne viendra pas. J'ai pris soin de me renseigner avant d'agir. Tu me connais, je pense toujours à tout !

- Qu'est ce que tu veux dire par là ?

Adrian me sourit, tout en soutenant mon regard. Son mutisme me rendait complètement folle.

- Dis moi ce que tu as fait !

- Ne t'énerve pas comme ça, voyons. Je n'ai rien fait à l'Irlandais. J'ai juste surveillé ses allées et venues, histoire de ne pas le croiser. Et il a été à la hauteur de mes attentes en sortant déjeuner avec le grand blond et sa copine juste avant mon entrée. Par contre, ton ami Nate est vraiment très sympathique ! Je me demande s'il n'a pas un léger crush pour toi.

- Tu es allé chez Devil's event ?

Ma voix s'étrangla et je finis par m'étouffer. J'allais me lever pour prendre un peu d'eau quand Adrian me devança. Il attrapa un verre sur l'évier, le remplit et me le tendit. Mes mains tremblaient et je dus boire lentement pour ne pas en renverser partout. Adrian se réinstalla à sa place et poursuivit, comme si de rien n'était.

- Je disais donc que je me suis rendu sur ton lieu de travail oui. Très bel endroit pour travailler, loin du faste new-yorkais je dois l'admettre. Tu n'as jamais vraiment été très branchée strasses et paillettes contrairement aux autres dindes de ton équipe. Mais là n'est pas le sujet. Je suis donc monté dans les bureaux et j'ai interrompu la première personne que j'ai croisé. Et je suis tombé sur ton collègue irlandais. Vraiment un bon gars, ce Nate. Je me suis présenté comme étant un ami américain de passage à Dublin pour te voir car n'ayant pas pu assister aux obsèques de ton cher grand-père, je voulais absolument te présenter mes condoléances et savoir comment tu allais.

An irish love (En Réécriture )Lisez cette histoire GRATUITEMENT !