Chapitre VI - Partie 4

10 0 0

Lorsque Gaerald reprit ses esprits, la première chose qu'il vit fut Irau penchée sur lui. Il se redressa lentement :

"Tout va bien Gaerald ?

- Oui... Merci Irau, dit Gaerald en secouant la tête

- Rassure toi, tu t'es juste évanoui de fatigue, tu n'es pas malade."

Gaerald resta muet et cligna des yeux. Après quelques instants il finit par se relever totalement. Il explora son corps et se sentit entier. C'était déjà ça. Soudain, il fut projeté à terre par Lyn. Ce dernier jappait de joie en retrouvant son maître. Gaerald reçut de nombreux coups de langue mais était heureux de retrouver son ami.

Le groupe finit de se préparer et reprit la route, à pied. En effet, les chevaux avaient été effrayés par la bataille, et les cochers étaient allés les rattraper. La journée passa tranquillement au milieu des herbes basses. Le soleil d'automne peinait à réchauffer les voyageurs mais personne ne bronchait. Ils avaient chacun leur but en tête.

Irau devait guider le groupe aux épreuves, l'avenir en dépendait, elle le savait au fond d'elle, même si elle ne voulait l'admettre. Gaerald voulait à tout prix découvrir qui était l'assassin de la famille de Dorian. Malgré cela, le jeune homme ne pouvait pas s'empêcher de penser à Morgane. Il sentait comme une force incontrôlable le pousser à la protéger. En soit cela ne le dérangeait pas plus que ça : être meutier signifiait protéger la population, mais Gaerald ne comprenait pas pourquoi il avait cette obsession pour sa sécurité à elle.

Geldrog gardait en tête la mission qui lui avait été confiée voilà 15 ans : le père mourant de Morgane lui tendant l'enfant au milieu des flammes. L'homme n'oublierait jamais ses mots "Protégez-là, je vous en prie. Je sens qu'elle est importante. Je vous en prie monsieur". Geldrog avait vu la bonté d'un père aimant dans ses yeux emplis de larmes, et il voulait lui faire honneur.

Morgane, quant à elle, était pleine de questions. Qu'était cette voix qui la poussait à tuer pour... le bien ? Pourquoi l'entendait-elle et pas les autres ? Elle prenait son mal en patience et faisait de son mieux pour aider, en attendant des réponses. Pourquoi suivait-elle ce groupe ? Elle n'avait nulle part où aller, et puis l'histoire de Dorian l'avait touchée. Elle pensa "Tous sont sympathiques à leur manière. Mais je ne comprends pas pourquoi Gaerald est si sombre et anxieux avec moi ? Serait-il amoureux ?" Elle étouffa un fou rire et se remit à marcher de plus belle.

Le soir commença à tomber et ils s'installèrent pour la nuit à l'ombre d'un grand If aux larges branches. Ils y trouvèrent du bois en grand nombre et il suffit d'une goutte d'essence de salamandre à Geldrog pour faire brûler un feux chaleureux au milieu du cercle de pierre. Lorsque Gaerald et Morgane revinrent chacun de leur côté avec des lièvres dodus, Irau se leva et se mit à psalmodier en agitant gracieusement les bras.

Bientôt, un solide mur de roche et de bois se dressa autour de leur campement. EN se rasseyant elle dit :

"Je n'ai jamais vu les lanistes dans cet état, cela m'inquiète. D'habitude les seuls gladiateurs qui ne leurs sont pas abandonnés viennent de trafiquants indépendants. Jamais ils ne se sont salis les mains." Personne ne put lui répondre et ils mangèrent dans un silence reposant.

Morgane et Geldrog s'endormirent rapidement mais l'évanouissement de Gaerald et son entrainement rigoureux de meutier lui permettaient de ne pas être très fatigué. Irau lui fit signe de se lever et de s'éloigner du feu. Ils s'installèrent loin de leurs amis endormis. D'un claquement de doigt, Irau fit venir de nombreuses lucioles autour d'eux.

"Tes défenses ont l'air efficaces Irau, même si je doute de leur discrétion

- En effet, rigola Irau, j'ai essayé de leur donner l'aspect d'un buisson pour tout autre personne mais un buisson de plusieurs mètres de haut est peu commun."

Chroniques de la Mâ - Partie 1/Les paladins de BhaldërusLisez cette histoire GRATUITEMENT !