Chapitre VI - Partie 2

17 0 0

23 Septembre 2177 après Theobran

Au petit matin, Gaerald, Morgane, Irau et Geldrog reprirent le chemin de Fjek dans une bonne humeur retrouvée. Cette fois-ci Gaerald et Irau partageaient la même voiture :

"Vois tu Gaerald, les mots de pouvoir ne sont pas de simples formules magiques. C'est presque comme une autre langue. Par exemple la racine Ke désigne le rapport à ta propre personne. Ainsi, Keo signifie Moi, et Keon signifie Mon, Ma ou Mes. Ainsi rajouter un n derrière un pronom indique l'appartenance.

- Comment dis-t-on tu Irau ?

- On dit Fe, mais attention à la prononciation, le mot se termine sèchement, pas besoin d'allonger la syllabe !

- Donc si j'ai bien compris, répondit Gaerald, Feo veut dire toi et Feon veut dire ton.

- C'est ça ! Le reste est plus une question de vocabulaire. Il n'y a pas de conjugaison, le sens du verbe est défini par le contexte de la phrase. Voici quelques exemples de verbes : Bdaed qui signifie aider, Glaed qui signifie soigner, Fectaed qui signifie brûler ou flamboyer, Solaed qui signifie garder ou protéger.

- Et donc le suffixe aed indique l'action ?

- Excellent Gaerald ! S'enthousiasma Irau, Bon, assez pour aujourd'hui."

Les deux attelages s'arrêtèrent vers midi au milieu d'une large plaine ensoleillée. Tous s'installèrent aux abords d'un bois pour déjeuner et Irau invita les cochers à les rejoindre. Gaerald et Geldrog se lancèrent un défi : celui qui rapporterai le plus de gibier, où le plus gros, en une heure. Ils s'élancèrent alors dans la forêt.

Gaerald dégaina l'une de ses épées et fonça silencieusement à travers la forêt, bondissant comme on le lui avait appris. Soudain il freine brusquement et demeura de marbre en tournant lentement la tête : un magnifique cerf paissait tranquillement à quelques lieues de là. Le meutier fit signe à Lyn de se diriger vers la gauche tandis que lui même irai vers la droite, afin de prendre l'animal en tenaille.

Le loup se mit à avancer calmement et bientôt les deux amis se retrouvèrent face à face, à quelques mètres l'un de l'autre. Entre eux : le cerf. Avec une synchronisation parfaite, Lyn surgit du fourré où il se cachait et Gaerald bondit du rocher le camouflant. Le cervidé, paniqué, s'élança vers le nord pour échapper à ses agresseurs. Lyn réagit rapidement et fila sur ses talons. Gaerald prenait un peu de retard mais il essayait d'anticiper la trajectoire de sa proie.

Le jeune homme eu soudain l'idée d'utiliser les mots de pouvoir. Il concentra toute son attention sur un buisson auprès duquel le cerf allait passer et prononça "Fectaed !" Le buisson s'enflamma en une immense gerbe de flamme. Surpris, l'animal bondit vers Gaerald qui le cueillit d'une lame dans la cuisse. Avant qu'il ait pu réagir, Lyn bondit et lui mordit furieusement l'échine.

Fier de sa chasse, Gaerald entrepris de jucher l'animal sur ses épaules. Mais il fut rapidement interrompu par Geldrog qui surgit bruyamment d'un fourré :

"Vite suis moi ! Le filles ont des ennuis!"

Gaerald bondit à sa suite. Les deux hommes traversèrent le bois en un temps record et s'arrêtèrent à la lisière de celui-ci.

"Grimpons à cet arbre, chuchota Geldrog, nous aurons une meilleure vue de la situation ! "

Ils s'installèrent sur une solide branche de chêne et observèrent. Trois calèches s'étaient arrêtées à quelques mètres de leur campement. Six hommes richement vêtus et quinze hommes armés se tenaient devant Irau. Celle-ci discutait calmement avec eux quand l'un des nobles commença à s'énerver. Un mercenaire bondit sur Irau, répondant à un ordre de son employeur.

Irau surprit tout le monde en bondissant en arrière à une vitesse ahurissante tout en emprisonnant le mercenaire dans une camisole de roche. A la vue de cette magie, les nobles prirent peur et firent signe aux calèches. Alors que des vagues de mercenaires en descendaient, Geldrog put distinctement voir apparaître un drapeau sur le véhicule : un crâne blanc sur fond noir et rouge.

Il demanda à Gaerald de ne pas bouger pour le moment et bondit vers le champ de bataille. Irau fit surgir du sol une gerbe de ronces dans lesquelles s'empêtrèrent les premiers attaquants. Geldrog les chargea alors par le flanc, maniant sa hache avec force.

Il dut faire face à une trentaine de guerriers solides. Il assena un premier coup par réflexe, qui fut paré par un bouclier de fer. L'homme bondit en arrière et feinta un second combattant qui tentait de le prendre à revers. Le mercenaire découvrit avec horreur la profondeur de la plaie sur son flanc. Geldrog se retourna à la volée et para un violent coup de masse. Il riposta sans attendre, faisant voler en éclat le bouclier de son adversaire. 

La chamane envoyait des gerbes d'eau bouillante ou de flammes dans tous les sens, faisant fondre les lames adverses. Elle gelait les combattants sur place et pulvérisait des boucliers à tout va. Pour palier leur infériorité numérique, elle créa trois guerriers de roche qui fracassèrent nombre des mercenaires menaçant Irau. Mais peu après, elle constata avec effroi qu'ils ne parvenaient pas à contenir le nombre d'assaillants.

Pour gagner du temps, Geldrog bu une fiole d'essence de feu et fit signe à Irau de s'éloigner. Lorsqu'il fut parfaitement encerclé, il bondit particulièrement haut et lança une sphère de feu sur ses adversaires. Morgane fonça dans la mêlée alors que les survivants reprenaient leurs esprits. Elle tailla quelques abdomens de ses dagues et bondit pour esquiver un coup de fléau. La jeune fille se jeta sur un guerrier mais lui saisit l'épaule et tournoya autour de son adversaire. Une de ses dagues trancha la gorge de son support alors que la seconde déchira le ventre d'un arbalétrier. Répondant à un cri de Geldrog, Morgane se retourna et fut projetée au sol par une hampe de hallebarde.

Lorsque Gaerald vit Morgane au sol, son cœur s'enflamma. Il n'eut plus qu'une pensée en tête : "Elle ne doit pas mourir." Alors que tout semblait perdu, Gaerald bondit de sa branche et hurla "Solaed !". Un grand rempart blanc et or se dressa entre ses amis et les lanistes. En voyant cela, Irau hurla :

"Gaerald, puise les mots dans ton pendentif !"

Sans comprendre, le jeune homme tenta de focaliser son attention sur le pendentif, profitant de la surprise des mercenaires. Il découvrit alors un répertoire complet des mots de pouvoir. Il laissa son esprit s'y baigner et prononça naturellement, tout en traçant d'étranges figures au sol avec sa faux :

"Drompra Falden Lad Keon Klader Drompreh Detie U Detesh Kôch Keon Gere !"

Des griffes d'ombre blanche et mauve surgirent de la figure tracée par Gaerald et vinrent frapper l'ensemble des assaillants en les paralysant de peur. Les plus hardis qui osèrent bouger tombèrent raides morts sur le sol poussiéreux.

"Furaed." prononça Gaerald d'un ton dédaigneux. Comme répondant à un ordre, tous les mercenaires tournèrent les talons et coururent vers la ville en hurlant.

Irau s'approcha d'un Gaerald chancelant et marmonnant. Le jeune homme put seulement entendre la vielle femme dire :

"Ombre déchue, par mes pouvoirs obscurs, mort et punition sur mes adversaires... Tu as été dur Gaerald." Il leva la tête et fixa Morgane dans les yeux avec un regard déterminé en disant :

"Il ne fallait surtout pas briser la paix." Il s'évanouit alors sur le corps du cerf qu'il avait chassé, surprenant un Lyn fier d'avoir rapporté le gibier.

Chroniques de la Mâ - Partie 1/Les paladins de BhaldërusLisez cette histoire GRATUITEMENT !