Chapitre 15 - La bénédiction - Partie 5

242 37 16

Mattéo déposa Naola dans leur lit avec délicatesse. La jeune femme grogna et se retourna, pour se protéger de la lumière déjà vive dans leur chambre. Mattéo esquissa un sourire attendri et tira les rideaux d'un geste du poignet. Il la borda d'une couverture moelleuse, puis laissa à sa portée une carafe d'eau, un verre et une série de biscuits apportés par Honkey.

Le sorcier retint un soupir et se massa la nuque, tendu. Il fouilla dans ses poches pour en sortir les bagues, ainsi que le témoin de promesse, qu'il déposa avec précaution sur le chevet.

Mattéo resta quelques secondes les yeux fixés sur la fine bijouterie. Il sourit, bêtement, puis se renfrogna. Ils ne seraient réellement fiancés qu'une fois les anneaux passés aux doigts de leur choix.

Peu lui importait. Elle avait dit oui.

Mattéo se glissa à pas de loup hors de la chambre, rejoignit le salon et trouva son bracelet de cuir disposé sur un petit plateau, à portée de main. Honkey, comme toujours, se montrait d'une prévenance à toute épreuve. L'élève s'accorda quelques minutes de répit avant de porter le bijou devant sa bouche.

« Mordret m'a contacté, je viens de ramener Naola à la maison », se contenta-t-il de dire.

Il n'attendit pas longtemps. Son Maître se transféra devant lui et se laissa tomber dans son fauteuil. Elle lui adressa un sourire fatigué et ne s'encombra pas de politesse.

« Montre-moi ça. »

Mattéo hocha la tête en guise d'approbation. Il baissa ses défenses mentales et sentit son Maître les enjamber. Il repensa sa discussion avec Mordret et visualisa la scène avec force précision. Quelles avaient été les attitudes du Vampire ? Qu'avait-il senti ? La tâche était relativement simple : la créature n'avait fait montre que d'un nombre de sentiments et réaction très limité.

Alix quitta l'esprit de son élève avec un soupir tendu.

« Il t'a laissé trop d'information. Il doit être en colère contre Fillip. J'espère que ça nous sera profitable...

— Tu as plus détails sur l'émeute ?

— L'Ordre l'a revendiquée, mais je n'en sais pas beaucoup plus pour l'instant. »

Le sorcier hocha la tête puis revint sur Mordret :

« Je crois que je ne risque rien.

— Hum ?

— Avec Mordret. »

Alix haussa un sourcil intrigué. Elle tourna lentement le poignet droit et un verre se matérialisa entre ses doigts. Le Maître huma l'Armoric, satisfaite, avant d'en prendre une gorgée.

« En quel honneur ? demanda-t-elle. Il vient de t'annoncer qu'un de ses passe-temps était d'essayer de mettre des preuves sur tes assassinats, et tu viens me dire que tu ne risques rien... Il va falloir être convaincant...

— Sa façon de se comporter avec Naola. Il ne veut pas qu'on lui fasse du mal. Tant que nous serons ensemble, il ne s'en prendra pas à moi.

— C'est un vampire, Mattéo. Il ne ressent rien hormis la rage, la colère et la curiosité. Je doute qu'il considère Naola comme autre chose qu'une simple possession. Indépendamment du fait que tu te sois bien débrouillé avec lui, c'était complètement inconscient de le retrouver seul.

— Je ne l'ai pas retrouvé lui, je suis venu chercher Naola.

— C'est ça. Et tu vas me faire croire que tu n'avais pas déjà identifié l'état de Naola et son entourage ? »

Mattéo pinça les lèvres et Alix se releva, son verre demi-plein à la main.

« N'essaye pas de me mentir, Mattéo. Tu savais très bien que le Vampire serait là. Tu as cherché cette entrevue. C'était dangereux et complètement irresponsable.

— Dangereux, irresponsable... mais il m'a quand même laissé repartir », fit-il remarquer, un sourire provocateur au coin des lèvres.

Elle le fixa, immobile, sans réagir à sa bravade.

« Mais il t'a quand même laissé repartir », répèta Alix.

Songeuse, elle se marcha dans le salon à pas lent. Mattéo n'ajouta rien. Il se contenta de l'observer prendre en compte la nouvelle donne que lui offrait le vampire.

« S'il considérait Naola uniquement comme un objet lui appartenant, il ne t'aurait pas laissé repartir avec le Témoin. Il ne t'aurait pas laissé repartir tout court. Un vampire qui mime l'affection ? Une façon de combler l'ennui en émulant des sentiments ? »

Elle interrompit sa réflexion d'un tapotement du doigt sur son verre.

« Intrigant, ce vampire... »

Le Maître prit une petite gorgée du liquide ambré, puis se retourna vers son élève.

« Un pari risqué, mais pourquoi pas...

— Alors on peut dire que j'ai réussi, tenta Mattéo.

— Si tu attends de moi des félicitations... »

Le jeune homme sourit. Bien sûr, Xâvier et lui n'en recevaient jamais.

« Félicitations, le détrompa le Maître. Félicitation pour cette merveilleuse annonce de mariage. Sur les toits, en pleine émeute, entre deux explosions... C'était parfait ! »

 C'était parfait ! »

Oups ! Cette image n'est pas conforme à nos directives de contenu. Afin de continuer la publication, veuillez la retirer ou télécharger une autre image.
Les traitresLisez cette histoire GRATUITEMENT !