Chapitre 15 - La bénédiction - Partie 2

181 31 33

Mattéo laissa Naola rejoindre Mordret et supporta Pierre cinq minutes de plus avant de lui donner le livre qu'il attendait. Il prit brusquement congé et gagna la salle d'entraînement, dans laquelle il s'enferma. Il se changea et, d'un geste habitué, bascula le gymnase en configuration «musculation». Deux bancs et une succession d'artefacts mécaniques prirent leur place dans la pièce aseptisée.

S'il n'avait craint que Pierre ne se décide à courir avec lui, Mattéo aurait opté pour une course autour du lac du manoir. Il voulait se vider la tête ; passer des heures creuses à transformer son angoisse en foulée l'y aurait très certainement aidé.

« "En plus, Xâvier ne sera pas là"... Putain, Xâv... T'es sérieux, mec ? », souffla-t-il tout bas.

Son ami aurait pu se montrer plus discret. Pierre avait un don affirmé pour la bourde et ne réussissait pas tenir sa langue. Sa capacité à dire précisément ce qu'il ne fallait pas au moment le moins opportun relevait presque de la magie. Xâvier le savait, alors pourquoi avait-il été lui parler de son absence !

Mattéo s'allongea sur l'un des bancs, le cœur encore battant de la remarque de Naola. Il usa d'un charme pour charger les haltères à portée de ses mains. Il avait deux heures devant lui, deux heures avant qu'elle ne le rejoigne pour l'entraînement ; deux heures pour se calmer.

Alix ne serait pas là, il avait menti.

Il avait profité de l'absence de son Maître pour mettre à exécution son plan. Xâvier le savait. Il s'était foutu de sa gueule, mais, en bon ami, avait pris la responsabilité de sécher la session pour lui laisser le champ libre.

Là aussi, il avait menti.

Mattéo ferma les yeux, souffla, puis s'abima dans la mécanique de sa poussée pour ne plus penser.

L'entraînement s'avéra peu efficace. Mattéo passa d'un exercice à l'autre sans parvenir à atteindre la sérénité qu'il poursuivait, incapable de focaliser son attention sur autre chose que le Témoin de Promesse et les bagues cachées au fond de son sac. Le temps s'écoulait trop vite et trop lentement à la fois, saccadé par son angoisse. Cinq minutes avant l'arrivée de Naola, il rangea son matériel, se lava d'un sortilège, puis se changea en trois mouvements de poignet.

De façon tout à fait incompréhensible, son cœur s'emballait encore. L'appréhension et le stresse, qu'il savait pourtant maîtriser d'une simple inspiration, lui collaient à la peau et l'engluaient dans un état désagréable.

Il fouilla dans son sac, puis, la main serrée sur le Témoin de promesse, ferma les yeux et tenta une ultime, mais toujours aussi inefficace, respiration.

Elle n'allait pas refuser. Elle n'avait aucune raison de refuser.

Le jeune homme croisa son propre regard à travers l'un des larges miroirs de la salle. Il constata avec effroi que, tout a son angoisse, il avait mécaniquement enfilé une impeccable chemise noire. Il jura et la remplaça par un t-shirt de même couleur, conçu pour les combats à la magie.

Si Naola l'avait vu vêtu de la sorte, elle se serait doutée de quelque chose, or il voulait que sa surprise soit totale.

*

Naola passa la porte du gymnase à l'heure précise de leur entraînement. Déjà en tenue, cheveux remontés, le visage sérieux, la jeune femme traversa le bâtiment d'un pas rapide et déterminé. Si elle mettait beaucoup d'application à suivre les garçons dans le programme que leur imposait leur maître, elle n'arrivait jamais au bout et finissait toujours exténuée, assise sur le côté à les regarder terminer la série inhumaine d'exercices prévue par l'Once.

Les traitresLisez cette histoire GRATUITEMENT !