Chapitre 18.

Depuis le début

La réplique eu le mérite de faire se lever la jeune femme aux cheveux noir plus vite que si elle c'était prise une décharge électrique.

Elle détestait vraiment l'avion et le simple faites de penser à en reprendre un deuxième dans la journée et en plus sans ses petits pilules pour la calmer ne lui disait vraiment rien du tout.

- C'est bon, je suis prête, on peut y aller.

Elise eu le mérite de réussir à retenir un rire, tandis qu'elle laissait passer Kara devant elle dans l'allée, la suivant rapidement, tout en saluant le steward qui ne semblait pas vraiment comprendre ce qui venait de se passer devant lui.

- Ma Mère est censée nous attendre, elle a tenu à venir nous chercher elle-même. Je lui ai dit que nous pouvions prendre un taxi, j'ai cru qu'elle allait faire une crise cardiaque ou un AVC. Parfois elle est plus mélodramatique que moi et pourtant je suis celle qui est actrice dans la famille.
- Au moins tu sais de qui tu tiens ton côté pour jouer si bien.
- Au oui, de ce côté-là, elle ne peut clairement pas me renier, je suis sa fille, sourit avec toujours autant de bonne humeur Elise.

Elle n'avait pas encore touché terre qu'elle se sentait déjà plus que bien.

Elle était chez elle, là où tout le monde avait un accent que le reste du monde trouvait étrange, ce que la jeune femme ne comprenait pas vraiment, les Français eux avaient un accent bizarre si on lui demandait son avis, l'accent des Québécois lui, était charmant, toujours si on lui demandait son avis.

- Il est quelle heure ici ?
- 6 heures du matin, l'heure à laquelle nous sommes parties de l'Irlande, ce qui fait sonner ça comme si nous avions simplement fait un bond dans l'espace-temps. C'est plutôt cool.
- Dork ! Rétorquant avec amusement l'actrice, Mais voyons le bon côté des choses, au moins je serais bien reposée pour la journée, répondit Kara, pas toujours très réveillée, tandis qu'elle sentait l'air frais Québécois la frapper en plein visage, la faisant grelotter de froid, elle n'avait pas du tout pensé que la différence de température par rapport à l'Irlande serait aussi forte.

- Tu devrais mettre ta veste, plutôt que de la porter à ton bras et aussi mettre ton écharpe, nous sommes dans le grand-nord, ça serait dommage de tomber malade dès ton arrivée ici, sourit avec toujours autant de bonne humeur Elise, visiblement rien ne pouvait se mettre entre elle et sa bonne humeur, ce qui était plutôt une bonne chose à ce moment précis, parce que même si elle adorait sa Mère, elle savait aussi que leur retrouvaille n'allaient pas être de tout repos, surtout que toute sa famille allait maintenant rencontrer sa petite amie et qu'elle allait surement devoir faire la traductrice pour la moitié d'entre eux, ça allait être génial.

Il était maintenant de monnaie courante d'apprendre et le français et l'anglais à l'école, mais avant cela beaucoup de personnes aux Québec n'apprenaient que le français, ce qui voulait dire que ses grands-parents ne parlaient pas du tout anglais.

Ils avaient appris quelques mots en l'aidant à faire ses devoirs quand elle était elle-même à l'école, ou quand ils étaient venus lui rendre visite à Los Angeles, mais pas assez pour savoir faire des phrases élaborées.

- Ça fait longtemps que je ne t'ai pas vu sourire autant, retentit la voix de Kara, tandis qu'elles entraient dans le terminal de l'aéroport, Elise sautillant presque sur place, ce que la jeune avocate trouvait particulièrement adorable.
- Je ne m'étais pas rendu compte avant d'à quel point tout cela m'avait manqué. J'en suis même à me dire que le froid m'avait manqué.

- Et bien crois le ou non, moi ce n'est pas quelque chose qui me manquerait beaucoup. Je commence à comprendre pourquoi Tamara est si réticente à s'approcher de tout endroit où il fait froid dans ce monde.

Tome 0 : KaraLisez cette histoire GRATUITEMENT !