35## No More

672 60 5

NDA : Vieu problème technique de wattpad, désolé pour ceux qui ont lu le chapitre 36 avant celui là, ça n'a pas trop de sens du coup pour ceux qui l'ont lu mais tout s'explique, le voilà le chap manquant ! Enjoy !

Vous savez, quand vous essayez d'entendre le moindre bruit, et que vous êtes tellement concentré que le sulience devient trop bruyant ?

Croyez moi jamais je pouvais croire que j'allais être cachée dans la penderie du garçon qui occupe mes pensées depuis son arrivée, accompagnée du foursome réunies. Nos cœurs battaient à la chamade, Cadi pleurait de la manière la plus silencieuse possible et Cécile serrait fort Amber dans ses bras.
On était couverte de sang sur nos belles robes de soirée qui étaient maintenant foutues. On venait de passer une nuit à la fois merveilleuse et totalement horrible.
Je tenais un bâton de fer entre mes mains pour pouvoir nous défendre et je priais comme je pouvais à travers mes larmes, pour que les anges viennent nous sauver encore une fois.

Le seul bruit qu'on entendait c'était nos respirations et nos sanglots. Du moins jusqu'à ce que Cécile entende quelque chose...

Cécile : Chut.

Cadi : Mon dieu... Sauve nous...

Cécile : Chuuut.

On s'est stoppé. Nos cœurs allaient exploser et on allait mourir là, dans une penderie, la penderie de Thomas Lacoste... C'était la fin, c'est sûr.

Cécile : Quelqu'un arrive..

On a entendu des pas sur la moquette du couloir, des pas qui se rapprochaient de plus en plus.

Cécile : Quelqu'un arrive !

- Les filles...

Cadi : Non Sienna, je t'en supplies n'y vas paaas... Je t'en supplies...

Je me suis levé sur mes jambes tremblantes. J'ai inspiré profondément, avant de regarder les filles pleines de détresses, c'était peut être la dernière fois que je les voyais ses princesses, puis j'ai lentement ouvert la porte, avant de me positionner debout dans le noir.

C'était maintenant ou jamais. Les pas se sont rapprochés et une silhouette s'est dessinée à travers la lumière du couloir...

A v a n t ...

Je prenais le temps de me réveiller avec la magnifique vu de la chambre de Tomas. On avait pas dormi ensemble bien évidemment.

Tomas : Bonjour...

Je me suis retourné pour voir son joli visage.

- Bonjour.

Laure : Prends de l'essence Tomas....

Tomas : Ouais Laure ça fait la cinquième ème fois que tu me le dit.

Laure : Ca va être fait ?

Tomas : Mais ouiiii....

J'ai souri à Laure avant qu'elle prenne son sac. Elle nous a dit au revoir avant de sortir.

Tomas : Je t'emmène bouffer poupée.

- Ne m'appelle pas comme ça.

𝐄𝐈𝐆𝐇𝐓𝐄𝐄𝐍.Là où vivent les histoires. Découvrez maintenant