32 : Que gronde la rage

687 109 60

Enfin seuls, Sveinn et Erling se dévisagèrent longuement.

— Je te remercie pour ces renseignements, Erling. Ils me seront précieux.

— Vous la croyez ?

— Les Saxons auraient donné des informations précises s'ils avaient voulu nous tendre un piège, et non juste la vague rumeur d'une construction de navires. Je l'ai cru dès le début.

— Pourquoi, alors, lui avoir posé tant de questions ?

— Je devais savoir si elle pouvait m'être encore utile.

Sveinn lui adressa un rictus cynique, et Erling se crispa. Il prit une profonde inspiration pour maîtriser la colère qui bouillonnait en lui. Eldrid Sigrúnardottir était à lui, et elle le resterait. Il y avait plus important à traiter que de sa thraell.

— Nous allons donc attaquer l'ennemi ?

— Nous ? Je croyais pourtant t'avoir informé que notre collaboration était terminée.

L'ancien chef de clan se figea, poings serrés, mais il n'eut pas le temps de répliquer.

— Crois-tu vraiment que je vais te confier le commandement de mon armée simplement parce qu'une de tes thraellar vient de m'apprendre qu'Æthelred a fait ordonner la construction de navires, Erling ?

— Des vaisseaux de guerre.

— Pour répondre à ta question, fit Sveinn en ignorant l'interruption, le Danemark va se confronter aux Saxons. Nous allons les envahir, ils n'auront pas le temps de mener à bien leur projet, quel qu'il soit. Une flotte ne se construit pas en un claquement de doigts.

— Lever une armée non plus, bougonna-t-il. Les Saxons ont une longueur d'avance sur nous, ils...

— C'est là que tu te trompes. Voilà longtemps que je planifie notre assaut final. Mes troupes sont prêtes, et il est plus que temps d'en finir. Dans quelques jours, j'enverrais une grande armée de mercenaires. Leur flotte ne sera pas en mesure de nous résister. Et comme je l'ai dit précédemment, il va de soi que tu ne prendras pas part à cette attaque.

— Après tout ce que j'ai fait pour vous, comment osez-v...

— Tu en as bien trop fait. Trop de fois, tu as outrepassé mes décisions. Je ne peux souffrir d'être remis en cause par un guerrier incontrôlable. Tu ne prendras pas part à la guerre. Et si tu essaies de transgresser cet ordre, Erling, sois certain que tu périras de ma lame, et avec toi tout ce qu'il reste de ton clan. Suis-je clair ?

Erling le défia un instant du regard, envahi d'une fureur intense.

— Très clair.

~*~

La vie semblait morne.

Erling Bjarnason était sorti de son entrevue avec le roi, brûlant d'une colère intense. Il avait à peine considéré sa thraell, se contentant de l'entraîner vers la skáli.

Des jours s'étaient écoulés. Eldrid s'était tenue en retrait, elle avait observé, écouté, tâché de reprendre sa place parmi les siens. Elle n'avait pas réussi. Trop de temps était passé. De ceux qu'elle avait côtoyés, il ne restait plus que le chef du clan, son demi-frère et sa famille, ainsi que Sirgún. Eldrid s'était rendue à l'évidence : elle n'était plus tout à fait une thraell. Et elle n'était certainement plus la personne qu'elle avait été.

Au moins avait-elle retrouvé les siens, et encore, cette situation était loin de la satisfaire. Car l'ombre froide et maussade d'Erling Bjarnason planait au-dessus de la skáli. Une ombre qui ne la remerciait même pas. Qui ne la regardait même pas. Avait-il seulement eu la moindre pensée pour elle au cours de ces dernières années ? C'était peu probable.

Thraell 2 : Jusqu'à ce que sonne GjallarhornLisez cette histoire GRATUITEMENT !