27. Je vais voir

56 8 19
                                          

En musique : le thème de l'écho.

------------------------------




Quelle que soit sa nature, personne ne gagne une guerre.

Ceux qui affirment le contraire sont arrivés longtemps après, ils ont marché sur les ruines des maisons détruites et y ont fait bâtir leurs palais. Pour eux, la guerre est donc synonyme de palais.

Ryuji


Le Dragon solidifia un peu d'eau pour émerger des flots. La forme humaine lui était commode pour arpenter la Noosphère, aussi, par habitude, reconstruisit-il à l'identique le corps de Zara. Il leva la tête vers le phare.

« Cet endroit est difficile d'accès.

— Je ne tiens pas à ce que l'univers entier se presse à mes portes » protesta Caelus.

Un silence s'installa entre les deux immortels, à peine interrompu par les cris des oiseaux marins.

« Depuis combien de temps ne nous sommes-nous pas rencontrés ?

— Depuis notre chute, lâcha le Dragon.

— Viens. »

Caelus le guida le long de la plage.

« Je suppose que tu n'es pas venu faire la conversation.

— J'ai besoin que tu m'instruises.

— M'instruiras-tu en retour ? se hasarda le bibliothécaire.

— Toute l'histoire de Palm te sera contée. Elle est encore fraîche. Enferme-la dans tes livres avant que les souvenirs ne disparaissent. »

Ils passèrent l'arche monumentale de l'entrée. Caelus s'adossa à une étagère de bois.

« Tu as donc quitté ta retraite.

— Cela te surprend ?

— Je t'ai percé à jour. Tu attendais simplement que quelqu'un soit digne de ton pouvoir. La légende te donnait un fort mauvais caractère... parce que tu avais refusé tous les précédents.

— Ils ne méritaient rien. Tous sont allés chercher ailleurs. Tous sont allés trouver ailleurs les ferments de leur perte. »

Les rayonnages s'agitaient à l'intérieur du phare comme les branchies d'un poisson. Leur rotation produisait des lueurs changeantes. Une impression de vie régnait entre ces murs ; une telle concentration de savoir ne pouvait-elle pas acquérir une forme de proto-conscience ?

Ryujin chercha un rouleau du regard. Les étagères se déformaient pour le lui faire parvenir. En levant la tête, il aperçut des espaces vides anormalement placés.

« Quelqu'un a retiré des livres, expliqua le gardien des lieux. Il est entré et reparti sans se faire repérer. Je pense à Kaldor ou à Shani. »

Aussitôt les noms prononcés, une aura de mystère plana un instant entre Caelus et Ryujin.

« En fusionnant mon âme avec celle de Zara, j'ai accédé à l'intégralité de sa mémoire, reprit le Dragon. Je sais qu'elle a rencontré un humain particulier. Un divinateur de grande envergure. Une sorte de médiateur capable de révéler des vérités universelles.

— Quelqu'un l'avait placé là ?

— Te souviens-tu de la légende des neuf cent quatre-vingt dix-neuf sages de Kaldor ? En as-tu jamais retrouvé un seul ? »

Caelus croisa les bras, intrigué par l'indication. La plupart des peuples qui vouaient un culte à Kaldor, Kaldar ou un patronyme proche faisaient mention de ces sages envoyés pour leur révéler les vérités de l'univers et les guider sur le droit chemin. Il avait cherché des preuves. L'enquête périclitait.

« Ces sages... savent-ils qui les envoie ? Savent-ils qu'ils sont sages ?

— Je pense qu'ils l'ignorent et que c'est là l'intelligence de Kaldor, dit Ryujin. Où sont tes recherches sur le sujet ? Je ne retrouve rien.

— Je crois que c'était dans ces livres qui ont disparu.

— N'es-tu donc pas capable de veiller sur une bibliothèque ?

— Pas plus que tu n'es capable de veiller sur des mondes. »

Kaldor avait été omniprésent dans cet univers. Les temples à son nom s'étaient multipliés comme fleurs au printemps. Peut-être avait-il bien tenté d'infuser un peu de son savoir à tous ces peuples.

« Depuis que Kaldor s'est mis en retrait, qui est censé veiller sur ces mondes ? l'interrogea Ryujin. Nous sommes fort peu nombreux, aucun de nous n'a l'ubiquité. Tu te consacres à la bibliothèque, avec raison. J'essaie de comprendre le sens de notre histoire. Kaldor vieillit. Ses luttes, ou bien son règne, l'ont affaibli. Si c'est lui qui doit protéger l'univers, il est maintenant seul avec cette tâche titanesque.

— Il y a Diel.

— Depuis mille ans, je n'ai pas vu Diel éveillé une seule fois.

— Diel est plus grand. Il ne se réduit pas à un seul point du temps et de l'espace, il faut le comprendre comme un tout. »

Ryujin passa sa main évanescente sur le bois de l'étagère – qui n'aurait pas dû être vide.

« Ce que j'ai vu à Palm... j'ai vu des morts revivre. Pour la première fois, peut-être, depuis que nous nous sommes connus. »

Caelus lui tendit un rouleau de parchemin. Derrière son apparence triviale, l'objet cachait une structure creuse faite pour absorber, organiser et préserver la mémoire.

« Montre-moi. J'essaierai moi aussi de donner un sens à ce que nous avons vécu.

— Je te souhaite bien du courage. »

Comme Ryujin se dirigeait vers la sortie, celle-ci se déplaça jusqu'à lui.

« Où vas-tu ? l'interpella Caelus.

— Je retourne méditer. Pour une fois je ne suis pas seul. Je suis reparti de zéro. Peut-être vais-je comprendre quelque chose.

Et je vais voir si le soleil s'est levé de nouveau sur Palm. »


----------------


Bonsoir !

Ceci clôt à peu près LDJM, avec tout un tas de références subtiles à l'univers étendu de Nolim.

Si vous avez aimé le bouquin, tant mieux. La suite conseillée : La Colère du Roi, qui se passe dans le même univers (mais pas le même monde) quelque 1500 ans plus tard environ.

Zara, Ygdra et Ryujin sont également de retour dans Nolim !

Il est possible que, pris par l'inspiration, j'ajoute de nouveaux chapitres, etc. Mais rien n'est défini pour le moment.

Salutations !

CN

Le Dernier Jour de MeciaLà où vivent les histoires. Découvrez maintenant