Chapitre 2 :

75 1 8


Deux heures de cours sont passés, c'était l'heure de la récréation de 10h. Nous venions d'avoir 2h de cours de français avec M. Maggiar.

En sortant de la classe je dis à mes amies :

- Lola : Les filles on se rejoint à la cafétéria.

- Belinda : Ok Lola.

Une fois leurs avoir dit ça, je suis parti vers Alexandre.

- Lola : Alexandre, Alexandre !

- Alexandre (il se retourne) : Qu'est-ce qu'il y a ?

- Lola : Eh bien... en fait... euh... euh...

- Alexandre : Bon, si tu n'as rien à me dire j'y vais. Bye !

- Lola : Non, attend !

- Alexandre : Bon alors dépêche.

- Lola : Eh bien... je voulais te remercier de m'avoir aidé tout à l'heure en cours.

- Alexandre : Ah ça... ce n'était rien. Je n'attendais pas de remerciement.

- Lola : Bah quand-même. Merci.

- Alexandre : Avec plaisir !

- Lola : Bon je te laisse. Ciao !

- Alexandre : Ciao.

Je suis donc partie en direction de la cafétéria avec un grand sourire aux lèvres. J'ai toujours beaucoup de mal à lui parler.

Arrivé à la cafétéria, j'ai commandé pour moi et mes amies. Puis, nous sommes parties pour aller s'asseoir sur un banc. Et c'est à ce moment que Belinda me dit :

- Belinda : Alors ?

- Lola : Quoi ?

- Mélissa : Aller Lola... on sait que tu lui as parlé.

- Lola : Mais à qui ?

- Belinda : A lui... Alexandre !

- Lola : Ah... lui...

- Mélissa : Alors de quoi vous avez parlé ?

- Lola : De rien... je suis juste parti le remercier car en cours de français tout à l'heure, c'est lui qui m'a dit où était ma faute.

- Belinda : Ah d'accord, c'était donc lui...

- Lola : Pourquoi tu dis ça ?

- Mélissa : Voyons Lola... avec Belinda, on sait quand tu mens et quand tu es sérieuse.

- Belinda : Et quand tu as dit au prof que tu ne savais pas où était ta faute c'était vrai. Et d'un coup, dès que tu t'es retournée, tu as vu ta faute.

- Mélissa : C'était juste impossible.

- Lola : Eh bien, avant de me retourner, Alexandre m'a fait un signe et c'est là qu'il m'a aidé.

Une fois la conversation finis, nous avons vu que la cloche allait bientôt sonner.

Alors, nous sommes allées vers notre classe.

La journée passa, et il était déjà 4h. Donc la fin des cours. J'ai dit au revoir à mes amies et je suis rentrée chez moi.

Je rentre chez moi à pieds. En plus, ma maison est celle juste après Alexandre. Nous sommes voisins, donc on fait le même trajet. Malheureusement, nous ne parlons pas. Il ne m'attend même pas. Il est toujours devant moi et moi je suis toujours derrière lui. Après tout, cela ne me dérange pas. Je peux le voir à travers la fenêtre de ma chambre. Et oui, sa chambre est juste en face de la mienne. Donc on peut se voir à travers nos fenêtres.

Une fois que je suis rentrée chez moi, j'ai fait, comme toujours, mon cartable pour le lendemain. Puis, j'ai ouvert ma fenêtre pour aérer ma chambre.

Je me suis ensuite attaquée à mes devoirs. Je fais toujours mes devoirs sur mon lit, car je suis plus à l'aise que quand je suis sur mon bureau.

Pendant que je faisais mes devoirs, j'ai vu un message sur mon téléphone qui venait de Belinda. Je l'ai ouvert et il disait :

Coucou Lola,

Je voulais te transmettre une invitation de mes parents pour les tiens :

Vendredi, c'est férié alors on voulait savoir si ça vous direz de venir voir mon père faire de la moto dans une compétition. On partirait vendredi matin pour y arriver en début d'après-midi. On y reste jusqu'à dimanche. En fin d'après-midi, on rentre à Marrakech. Ça se passe à Agadir.

On attend votre réponse !

Et juste après, elle m'a envoyé :

En plus Lola... Il y a aura Alexandre à cette compétition, donc tu pourras 

le voir en train de faire de la moto ! 

; p

Je déteste vraiment quand elle dit des choses comme ça ! Mais, elle avait raison. J'étais heureuse de penser que je pourrais le voir en train de faire de la moto. D'habitude, les seules personnes qui peuvent le voir, sont sa bande, ils sont environ une quinzaine. Mais moi, là, j'aurais une excuse. Je pourrais dire que j'allais voir le père de Belinda.

Lola - TOME 1 - Ma vie, bouleversée à jamaisLisez cette histoire GRATUITEMENT !