23. Le dernier jour de Mecia

31 7 0
                                          

En musique : le thème du Dragon.

----------------------


Ils émergèrent au sommet de la plus haute pyramide de Mecia, dans le temple de Kaldar. Celui qui guide.

Zara les guidait.

Dans son sillage, Ygdra se demanda si le Méditant qu'elle jurait avoir rencontré n'était pas Kaldar lui-même, le dieu de sagesse qui aurait pris une forme intermédiaire pour interagir avec l'humaine.

Les jardins étaient silencieux et couverts de poussière. Le regard sévère, Zara fit le tour des monolithes du temple, estima la résistance du plafond de pierre, prit des mesures rapides et, enfin, se tourna vers le front de la tempête.

Passé la muraille, à un kilomètre de la pyramide, les bourrasques bouillonnaient tout près de Mecia. Les Gardiens s'agitaient vainement sur les remparts. Des détonations étouffées par le vent claquaient, des coups de semonce, ou des essais vains.

« Ici, nous sommes exposés » dit Ygdra.

Zara refusa cette remarque d'un hochement de tête.

« D'ici, vous les verrez venir, dit-elle en désignant l'inconnu derrière le brouillard.

— Qui ?

— Les sept dragons de Sitrim Gar'niota. »

Elle leva la tête, comme si l'air lui apportait une odeur instructive.

« Le Méditant pense que Sitrim doit être déjà mort à l'heure qu'il est. Si tel est le cas, ses esclaves sont libres. Ils ne s'arrêteront pas à Mecia.

— Alors, comment, et quand... intervint un des samekh.

— Il faudra arracher leurs membres, les dévorer, écraser leur crâne et maudire leur nom. Cela devrait suffire. »

Le naturel dans sa voix coupait net leurs questions naissantes. Le Méditant avait échappé à une guerre plus terrible encore ; il se trouvait ici dans son élément.

« Ne perdons pas de temps, dit-elle. Je dois retourner dans le monde supérieur, quérir le corps du Dragon. Une fois de retour, j'affronterai les monstres de Sitrim. Si vous en avez l'occasion, fuyez. D'ici là, j'ai besoin de votre meilleure torsion. Pour protéger ma passerelle de retour, à savoir ce corps, mais aussi pour ralentir l'écoulement du temps.

— Entendu » dit Ygdra.

Sans considération pour la sacralité du lieu, Zara s'assit sur le monolithe couché du temple, un autel sur lequel les habitants de Palm avaient procédé à des rituels millénaires. Tout dans ses actions attestait de sa désinvolture vis-à-vis d'un monde promis aux ténèbres. Cette pyramide serait détruite. Le culte de Kaldar, oublié.

Le front de la tempête avança vers Mecia. Un grondement d'orage l'accompagnait, tout à la fois le roulement d'une vague et les tambours d'une armée en marche. Toute la lumière du soleil ayant été oblitérée, le ciel et le sol de Palm se rejoignaient entre quelques éclats de pâleur ocre.

Zara avait fermé les yeux et pétrifié son corps dans une posture méditative.

Ygdra et les derniers Architectes tracèrent des torsions et les associèrent dans une seule bulle d'espace augmenté. Tant que leur magie maintiendrait cette déformation, rien n'atteindrait Zara. Toute matière entrant dans la sphère ressortirait de l'autre côté, en subissant d'irréparables dommages causés par les distorsions locales de l'espace.

Les minutes avançant, la vérité cheminait dans leurs esprits. Une vérité capable de les détruire : Palm sombrait. Les habitants qui fuyaient la cité des Architectes ne courraient pas assez vite pour échapper aux ténèbres galopantes. Oui, Sitrim Gar'niota avait sans doute trouvé la mort, ses esclaves libérés dansaient désormais comme des ombres de cauchemar.

Le Dernier Jour de MeciaLà où vivent les histoires. Découvrez maintenant