— Tu nous a dit que les mages ne pouvaient pas nous entendre ni nous voir, intervint Yuna.

— Je peux maîtriser ce paramètre, petite. Je ne pouvais pas risquer qu'un mage intervienne et foute en l'air la trame du temps.

— Et parler à ta mère ? N'était-ce pas risqué ? s'inquiéta la prêtresse.

— Je ne lui ai rien dit d'extraordinaire. Elle était enceinte de ma sœur et j'étais avec elle, plus petite. Notre conversation n'a duré qu'une minute. Je voulais juste... avoir un échange avec elle.

Crystal essuya les larmes sur ses joues et se tourna vers la maison de Heita.

— Il est temps.

Elle disparut pour se matérialiser à deux pas du conseil des mages. Ils arrêtèrent de suite leurs consultations pour lui accorder leur attention. Sans pour autant dire un mot.

— Avez-vous élu un nouveau porte-parole ou bien Karonn est toujours celui avec qui je vais échanger ?

— Tu parleras avec moi !

Sa voix se voulait forte et assurée, comme plus tôt dans la journée. Mais elle avait tremblé lorsqu'il avait pris la parole. En l'absence de magie pour protéger son intimité, il devenait transparent pour l'ancienne gardienne qui décida pourtant de ne pas insister. Il avait eu son compte d'humiliation pour une vie.

— Je vous ai montré la réalité, reprit-elle sans marquer de réaction visible. Vous le savez et si vous en doutiez, je vous ai fournis la preuve de ma capacité avec cette scène très intéressante ici même, hier. Vous ne pouvez plus vous cacher derrière une supposée ignorance. Vous savez que les Frenniqs n'ont jamais débuté cette guerre. Vous savez que c'est l'un des vôtres, dévoré par la colère, la soif de pouvoir et la jalousie.

— Quelle jalousie ? cracha Karonn.

— Celle de ne pas être le leader du peuple qui a créé Khram. Celle de n'être que second malgré le pouvoir que possédait Khram et qu'il n'a pas pu déverrouiller. Mais là n'est pas le souci, tout ceci est du passé et ce n'est de la faute d'aucun de vous. Vous n'êtes pas coupable des actions de Ttrexs. En revanche, en continuant de tenir le peuple Frenniq à l'écart des civilisations, vous vous rendez coupables au même titre que lui. Si les mages sont si sages qu'ils veulent nous le faire croire, votre devoir est de les libérer et les déclarer libres, une fois pour toute.

Il y eut quelques cris d'approbations dans son dos. Difè, les chefs Frenniqs et quelques autres sorciers marquaient leur accord.

— Nous avons vus, en effet, gardienne. Mais nous doutons de ta bonne foi. Tu aurais pu nous berner avec une illusion. Tu en es certainement capable, non ?

Crystal hocha la tête. Elle en était tout à fait capable, bien sûr.

— Aussi, nous souhaitons vérifier en proposant à un des nôtres de reproduire l'expérience. Deux des vôtres pourront participer afin de valider la véracité de notre voyage temporel. Mais pas toi, gardienne.

— Au cas où je vous enverrais une nouvelle hallucination ? Vous allez un peu loin, les gars.

— C'est notre proposition pour éviter la guerre que tu redoutes.

— Je voudrais juste mettre les choses au point, coupa-t-elle un brin énervée. Je ne redoute pas la guerre. Je redoute votre disparition et celle des Frenniqs. Toi, à présent que tu n'es plus qu'un homme tigre ou je ne sais quoi, tu redoutes la guerre. J'accepte votre demande à la condition que mon apprentie fasse partie des deux visiteurs que vous proposez.

Karonn se tourna vers ses compères et obtint un hochement de tête généralisé. L'affaire fut donc conclue. Karonn précisa que le seul mage de leur connaissance capable de voyager dans le temps n'était pas parmi eux. Il fallait donc aller le trouver.

— Vous ne devriez pas en avoir pour longtemps, si ?

— En effet. Je vous laisse choisir votre deuxième témoin.

Crystal fit demi-tour pour rejoindre ses amis. Ils avaient tous entendu, malgré la distance. Elle n'eut aucun besoin de répéter ce qui avait été dit. Yuna était prête à rejoindre les mages dans ce voyage à travers le temps. Mais Crystal se méfiait de la tournure que pourraient prendre les événements.

— Je n'ai pas confiance en eux, fit-elle à mi-voix. Tiens-toi prête à toute éventualité. D'accord ?

Yuna acquiesça avec témérité, mais ignorait ce qui pourrait tourner mal. Elle n'était pas rassurée. Credol se porta volontaire pour être le second témoin. La vérité était qu'il était particulièrement curieux de vivre un voyage temporel. Il avait toujours entendu dire que plus aucun sorcier ne maîtrisait cette technique depuis des siècles et des siècles. Découvrir que la gardienne en était capable ne le surprit qu'à moitié. En revanche, savoir qu'un mage, étranger au conseil, de surcroit, en était capable, l'étonnait au plus haut point.

— Il me semblerait plus logique qu'un Frenniq fasse partie de cette expédition, contra Crystal.

Cependant, aucun Frenniq ne souhaitaient vivre la disparition de sa planète. Ils laissèrent donc la place au directeur de l'académie de magie.

— Je suis certainement le plus puissant de nous tous après toi et ton apprentie, argumenta-t-il. Si quelque chose tourne mal, je pourrai lui venir en aide.

— Soit, concéda Crystal.

Crystal sentit alors une nouvelle personne arriver. Le mage voyageur, pensa-t-elle avant de se retourner et de découvrir le nouveau venu avec un sourire. C'était un homme renard, tout comme Slix. À peine plus vieux. Elle eut du mal à cacher le sourire qui naquit sur son visage en le découvrant. Karonn le présenta, il se nommait Podz.

— Enchanté, fit-il en serrant la main verte de Crystal puis celles de Yuna et de Credol. On m'a dit que je devais voyager loin dans le temps pour remonter jusqu'à l'origine du conflit nous opposant aux Frenniqs.

— Un peu plus de sept mille ans, précisa Crystal. Tu en seras capable ?

— C'est un sacré voyage, en effet. Mais cela ne pose pas plus de problème que cela. Il me faudra savoir où et quand exactement, en revanche.

— Si je t'y emmène, tu sauras y retourner, n'est-ce pas ?

— Tout à fait.

— Une minute ! intervint Karonn. Si elle t'emmène, elle pourrait te faire visiter une illusion, non ?

— Si nous ne voyageons pas dans le temps, je le saurais aussitôt, répondit l'autre sans hésitation. Elle ne pourrait pas me duper sur ce sujet.

Un des mages fit alors venir Karonn a lui et ils discutèrent un instant à mots couverts. Il fut décidé que Crystal emmènerait de nouveau le groupe afin de gagner du temps. Credol fut tout de même le bienvenue et Yuna préféra rester chez Heita. Crystal téléporta le conseil, Credol et Podz à la même réunion, au même instant que quelques minutes plus tôt. Le nouveau venu se concentra un bref instant, sous le regard inquisiteur des membres du conseil mage.

— Nous avons effectivement voyagé dans le temps, confirma-t-il à voix basse, comme craignant de troubler la réunion qu'ils observaient.

Credol, ne put s'empêcher de jeter des coups d'œil dans toutes les directions. Il était si excité par le voyage que Crystal en fut assailli de pensées parasites.

— Sommes-nous réellement sur Frenn, il y a sept mille cinq cents ans ? demanda Karonn.

— J'ignore totalement où nous sommes, répondit l'homme renard. Toujours dans Sennan, c'est une certitude, bien que la force émanant du monde soit bien plus puissante qu'aujourd'hui. C'est ainsi que je peux également confirmer que nous avons fait un sacré voyage en arrière. Sept mille cinq cents ans est un nombre qui me semble tout à fait probable.

Podz essuya une perle de sueur à son front. Sa concentration était extrême, constata Crystal malgré le brouhaha incessant de Credol dans son esprit. Il n'avait jamais voyagé aussi loin. Il était habitué à se déplacer sur le long fil du temps et pouvait s'y repérer avec une finesse qu'il pensait sans égale. Cependant, il n'avait jamais effectué de bonds plus grands qu'un ou deux siècles. Se repérer à soixante-quinze siècles de distance devait être un exercice délicat.

— Cela n'a rien d'une illusion, conclut-il. Vous pouvez la croire.

— Très bien... rentrons.

Ils disparurent.

Khram - Le Grand Livre 3Lisez cette histoire GRATUITEMENT !