11

40 4 14

Nous prenons un bulliludus : je suis dans une bulle verte transparente, Pauline a pris la jaune et Boris la violette.

Toutes les bulles sont à la chaîne et se font tirer par un conducteur à l'avant. Ce système est génial je trouve : nous faisons du sport du fait que nous courons dans le cercle pour suivre la route -ce qui engendre de l'électricité et aide le chauffeur- et la transparence des bulles nous fait admirer le paysage de notre sublime patrimoine. L'écologie a vraiment du bon.

Je vois que Pauline ne veut pas faire de sport, elle a en effet appuyé sur le bouton faisant apparaître une sorte de planche lui permettant de ne rien faire sans être embêtée.

Quand on voit sa tenue, on comprend mieux. Mon amie est très élégante, chic et sexy : elle porte une robe grise en dentelle et cachemire, la robe a un joli décolleté plongeant qui surplombe une fine ceinture bleu canard en feuilles d'eucalyptus. Ses pieds sont vêtus d'escarpins de liège teints en rose. Pauline a vraiment raison d'oser les longs décolletés : sa petite poitrine est extrêmement bien mise en valeur.

Boris est vêtu d'une chemise verte, d'un short blanc, et de baskets noires. Quant à moi, mon humeur du jour m'a fait mettre une chemise bleu ciel sous un pull noir. Mes jambes sont couvertes d'un bermuda bleu en velours et mes pieds de bottines plates, blanches. Ceux-ci se stoppent devant le fameux accès, le temps que Boris et moi nous regardons, excités, tandis que Pauline, téméraire, appuie son pied droit entouré d'un escarpin rose bonbon sur le bord de la péniche. Elle nous observe furtivement et dans un sourire coquin, y entre complètement. La brunette s'enfonce peu à peu dans la foule puis, nous nous décidons à la suivre.

Pauline dit bonjour à tout le monde, nous faisons de même : contrairement à elle, nous ne sommes pas très sociables, surtout moi. Nous prenons exemple sur elle, et annonçons notre présence aux loufoques individus.

Malgré le temps hivernal, les jambes humaines sont de sortie.

La plupart des mecs sont en short, la plupart des filles sont en jupe ou robe. Tou.te.s sont belleaux, bien apprêté.e.s, semblent parfaits.

Plus on avance, plus il y a une odeur de sexe, de liberté, de lâcher prise. Je vois des bras se lever, des cheveux rebondir sur des épaules, des langues sortir, des sourires illuminer des visages, des joues rouges qui témoignent d'une excitation irréfutable...

Tout le monde paraît si heureux. J'aimerais savoir quels sont leurs vices.
Boris agite sa bouche, sa langue, son visage est pourvu d'expressions, je fais semblant de m'intéresser à ce qu'il me dit mais en réalité mes pensées sont dirigées vers la psychologie des gens qui s'amusent autour de nous. C'est vrai, je suis totalement certain que la plupart façonnent leur apparences pour masquer le fait qu'ils se sentent -et sont malheureusement- perdus dans la vie, entraînés par moult choix, certains pas forcément bons et d'autres réellement mauvais. Ils prennent un malin plaisir à faire croire aux autres que leur vie est lisse et enviable. Pour espérer y croire à leur tour.
J'acquiesce, sans avoir la moindre idée de pourquoi est-ce que je le fait. Il s'arrête ensuite de parler, bouge de plus en plus son corps et me laisse remuer mes nerfs optiques, mes bras, mes hanches et mes neurones. Si l'on prend une photo, peu importe de qui, peu importe à quel moment, le quelconque photographe serait stupéfait de voir une telle masse heureuse au plus haut point. Les apparences sont parfois trompeuses mais se risquer à retirer les masques fait parfois mal.

Héliosexuel [TERMINÉE]Lisez cette histoire GRATUITEMENT !