29 : terres des Danois

768 99 29

Eldrid avait tâché de se faire la plus discrète possible durant toute la traversée. Elle savait que Thorsteinn comme Arnbjörn gardaient un œil constant sur elle. Leur vigilance s'accroissait davantage dès qu'elle s'approchait un peu trop près du bastingage, et elle avait éprouvé plus d'une fois l'envie de leur rappeler qu'elle n'allait certainement pas sauter par-dessus bord pour leur échapper. Quoique l'idée lui ait traversé l'esprit en arrivant en vue des côtes danoises, rien ne lui garantissait qu'elle rejoindrait le rivage en un seul morceau, si encore elle le rejoignait. Son saut dans l'eau glacée de l'Est-Anglie, quelques années plus tôt, lui avait amplement suffi pour qu'elle se risque à reproduire l'expérience.

Elle s'était donc montrée silencieuse, rappelant le moins possible sa présence à bord, aidant là où elle pouvait être utile. Ses pensées erraient souvent vers Godwin, ou s'envolaient vers le Danemark. Le soldat saxon hantait ses cauchemars la nuit, et ses rêveries le jour. Elle espérait ne plus jamais avoir à croiser sa route, et pourtant, lorsque la solitude lui pesait, elle aurait presque voulu rebrousser chemin. Retourner à ces quelques jours d'illusion où Godwin n'avait plus été l'ennemi qu'elle voyait en lui.

La question de savoir quelle aurait pu être sa vie si elle était restée auprès de lui ne se posait toutefois plus. Elle était partie, et si son geste était irrévocable, elle n'en ressentait ni soulagement ni regrets. Simplement une sorte de sérénité, parfois brouillée par les perspectives inconnues qui s'ouvraient devant elle. Car si elle avait pour objectif de rejoindre Sveinn, rien n'interdisait celui-ci de la libérer de sa condition d'esclave, et cette idée suffisait à ouvrir en elle un gouffre vertigineux. Elle ne pouvait se défaire de l'idée qu'elle avait vécue comme une femme libre en terre saxonne, malgré toutes les entraves que Godwin avait placées autour d'elle, malgré sa propre dévotion à Erling Bjarnason et à la cause danoise. Elle avait été esclave, prisonnière, épouse. Qui sait ce qu'elle serait lorsqu'elle foulerait le sol du royaume de Sveinn.

Bientôt, elle n'eut plus le loisir de s'interroger.

Ils arrivaient en vue des terres danoises.

~*~

Le navire venait d'être amarré. On déchargeait des marchandises, dans un va-et-vient continu et fébrile. C'était sa chance de descendre sans se faire remarquer.

Eldrid rabattit sa capuche pour dissimuler son visage et couvrir son collier. Vérifiant que personne ne faisait attention à elle, elle se glissa sur la passerelle qui menait au quai.

Elle se coula dans la foule qui se pressait sur le débarcadère, les jambes tremblantes, le cœur pulsant d'une appréhension fébrile. Elle était au Danemark. Et l'univers entier semblait flotter autour d'elle, irréel, vif et pâle à la fois, comme suspendu dans un instant de stupéfaction. Les sons, les couleurs, le vent glacé, tout l'enivrait et l'effrayait à la fois.

— Où crois-tu aller comme ça ?

Elle se retourna, le cœur serré. Arnbjörn.

— Je... dois rejoindre mon maître.

— Celui-là même qui est supposé nous payer pour ta traversée ?

— En effet. Laissez-moi aller lui dire que je suis arrivée, et il...

— Je crois plutôt que nous allons l'attendre ici.

— Quoi ? Mais...

— Je vais charger quelqu'un de le prévenir. Où est-il ?

Elle était prise au piège, et elle le réalisa si brutalement qu'elle en eut le souffle coupé. Sa supercherie allait être découverte d'un instant à l'autre. Son regard balaya les quais, à la recherche d'une aide, d'une possibilité de fuite...

Thraell 2 : Jusqu'à ce que sonne GjallarhornLisez cette histoire GRATUITEMENT !