Chapitre 1

89 20 10

Cette nuit j'ai réfléchi. Ce qui n'est pas quelque chose de sain quand il s'agit de moi.
Et franchement, j'en suis venue à la conclusion que la vie c'est vraiment de la merde.

C'est peut-être dû au fait que  deux de mes colocataires étaient entrain de s'envoyer en l'air durant cette période de réflexion intense mais je ne peux plus supporter ça.

Il me reste moins de trente ans avant la ménopause. Il est urgent d'agir.
Aujourd'hui j'ai 23 ans. Vous vous rendez compte ?
Je ne suis même pas en prison ni au couvant, et pourtant je suis aussi prude que Marie-Madeleine.

Je déteste mon anniversaire. En plus demain je commence mon stage aux éditions Balbuzord. Je suis morte de trouille, en tant qu'ecrivain en herbe sans grand talent, l'édition et l'une de mes seules issues sérieuse.

Mollement je me tourne vers le réveil.
Encore 10 minutes et Mathilde devra se lever, 40 et ce sera à mon tour et à celui de Sam et pour finir dans 1h10 c'est Paul qui se lèvera.

Je ferme les yeux.

Bon. Lou. Tu n'as pas le droit à l'erreur aujourd'hui. Sérieux ma cocotte tu fous pas tout en l'air dès ton premier, laisse leur une ou deux semaines, le temps qu'ils s'attachent à toi. Un peu comme pour joie-de-vivre. Il a attendu que tu l'aimes bien pour vomir dans ton lit, c'est intelligent et indispensable.

C'est précisément ce moment que choisit mon chat joie-de-vivre pour faire irruption dans la pièce, miaulant comme si une souris s'était tartiné de sauce aux poissons, avait fait un striptease devant lui avant de le tabasser.

"_ Oui je sais tu as faim, je grommele, moi aussi figure toi mais je suis pauvre. "

En parlant de pauvreté il faut que j'envoie mon article demain si je veux être payée.

C'est avec la grâce d'une large que je me traîne avec ma couverture jusqu'à mon bureau pour envoyer l'article sur la fonte d'acier que je dois envoyer ce matin à un journal du Finistère. Je gagne ma vie en écrivant des articles pour plusieurs petit journaux.

J'avais essayé d'écrire des séries de nouvelles pour un journal, mais ça manquait de "50 nuances de grey", vraiment. Le monde va mal.

Joie-de-vivre gémit de plus bel.
J'envoie le mail, je m'étire et quand ma porte s'ouvre à la volée je cogne mon coude sur le coin de la table.

"_ Saperlipopette...

_ Lou ! Joyeux anniversaire, s'écrient mes colocataires en surgissant dans ma chambre. "

Sam n'a pas l'air réveillée, il tient une assiette de croissants.
Mathilde est accrochée à mon cou et semble rayonner, pendant sans doute à la soirée qu'elle va me faire ce soir.
Paul, lui, est devant la porte, inconfortable comme d'habitude et derrière lui...

"_ C'est qui eux, je murmure à l'intention de Mathilde.

_ Oh c'est les deux personnes que ce sont tapés les garçons hier. "

Je souris à l'intention de la jolie brune et du chétif blond qui sont en sous vêtements derrière Paul.

"_ Ah oui Lou je te présente Elena, et...

_ Alban, s'empresse de clamé le blond.

_ Voilà. Alban et Elena. ''

Je souris, embarrassée.

"_ Voilà voilà, continue Sam, on va te laisser te préparer.

_ Oui merci. "

Ils sortent. Joie-de-vivre mange ma chaussette.

******************************

Quand je finis de prendre ma toilette et que je rejoins les autres dans la cuisine ils sont déjà tous aglutinés autour de la table et entreprennent de se servir différents jus ou viennoiseries.

"_ Eh mais dis donc, fais Elena en se tournant vers moi, je viens de comprendre... C'est ton anniversaire ! "

Silence.

Quelqu'un a égaré son cerveau.

"_ Oui, je réponds en souriant, j'ai 23 ans...

_ Ah ouais... Moi j'ai 18 ans dans deux semaines. On est presque jumelles dis donc. "

Sam s'étrangle avec son jus, Mathilde lâche sa tartine et Paul soupire.

"_ Ah tu es mineure alors, souligne Mathilde, c'est très intéressant. Tu fais plus.

_ Oh ouais merci, c'est vrai ça m'aide à entrer en boîte. "

Alban tente de nourrir Paul à la béquetté, ce qui lui vaut un regard assassin de la part de ce dernier.

"_ Et tu fais quoi dans la vie Elena, demande Mathilde qui se prend un coup de pied de Sam.

_ Oh ben j'ai arrêté le lycée, je me cherche. J'en avais marre de cette société qui me dictait quoi faire. Quand me lever, quand travailler, quand manger. Tout quoi. C'est chaud.

_ Oui c'est honteux, poursuit Mathilde. "

Il y a un long silence, ponctué par les tintement de cuillère à café de chacun.

Un ange passe.

Je pète.

Elena se bouche le nez.

Paul rote.

On se lève de table.

****************************

Une fois dans le métro Paul semble se détendre.
Je décide de le taquiner.

"_ Alors ? Alban ?

_ Je l'ai ramassé dans un bar hier, soupire le petit brun.

_ il est mignon.

_ Il a un micro pénis. "

Ne sachant que faire de cette information je fixe les pieds. Tiens, il faut que je le rachète de nouvelles chaussures.

"_ Tu es stressée ?

_ Par ?

_ Ton stage idiote. "

Je prends un air détaché et réponds que ce n'est qu'un stage.

La vérité c'est que je suis tellement flippée que je suis constipée depuis une semaine.

Que j'ai hésité à porter une couche de peur de me pisser dessus et que j'ai appris leur site internet par cœur.

"_ Un simple petit stage, évidemment c'est important mais pas besoin de se faire un sang d'encre.

_ Ouais. Enfin, ça reste un an d'esclavage. En plus il paraît que la patronne est un monstre. Mais bon stresse pas.  Je descends là, à ce soir. "

D'esclavage ? Un monstre ? Mais un monstre gentil comme Bob Ravsoski ? Ou... Non. Je suis sûr que je vais travailler pour Voldemort.

Oh merde. Pour quoi j'ai signé ?

"_ Attends Paul ! Tu sais si elle a un nez ? "

__________________________________

Petit aperçu.

Alors voilà je viens de relire les deux tomes de LVSNDLP. Et je sais pas pourquoi je me suis dis : Et Lou dans la vie active ça donne quoi ?

Je vais essayer de ramener tous les anciens perso (enfin une majorité) et de finir surtout.

Je n'ai aucune idée de l'histoire, vraiment.

Du coup on se lance et on verra bien... Hein ?

La vie super naze de Lou Patheaux TOME 3Lisez cette histoire GRATUITEMENT !