-I-

18 2 0

Parfois le soir, en marchant au milieu du vide, je le vois, à chaque fois que je tourne mon regard, il est là, il ne me semble pas me reconnaître, moi si, comme ce meilleur ami que vous avez perdu, après lui avoir promis que vous serez toujours là pour lui ; Son visage est lisse de toute douleur de la vie tout lui y est encore si innocent si simple. Il semble perdu venant d'une époque que je ne connais plus. Il y'a pas si longtemps de cela, j'avais 4 ans, je semblais un enfant comme les autres sauf pour les autres, j'étais seul, avec très peu d'amis pour jouer avec moi, alors mon père m'a offert le plus beau des amis, le cinéma. Il a commencé à m'y emmener tous les samedis. Le Tarzan de Disney, la menace fantôme planant sur la guerre des étoiles, seront mes premières expériences du grand écran, il m'achète ensuite des DVD, plein de DVD : Le livre de la jungle 2, Peter Pan... Puis le film, le DVD, quand nous sommes cet été chez mes grands-parents je n'en ai pris qu'une seule celle-là celle de Toy story, je suis devenu fou des aventures de « Woody » et « Buzz », leur amitié dysfonctionnelle dans un missile unique, leur évasion de l'emprise de « Sid », je ne m'en lassais jamais. Cet été à chaque fois que les adultes discutaient de choses trop compliquées pour moi, je fuyais dans la petite pièce où se trouvait une petite télé, où la poussière tomber sur les rideaux jaune et où je regarder les aventures de « Woody et Buzz » encore et encore... et encore.

En juin 2005, pour mon anniversaire, mon père me ramène regarder « Toy story 3 », j'ai encore à nouveau ce trop plein d'émotions, cette sensation de vivre l'histoire avec les personnages, qu'ils ne sont pas un film mais qu'ils sont là dehors, bien vivant ; L'enfant que j'étais ne peux pas imaginer que le monde dans lequel il vit n'est pas aussi incroyable que celui qu'il voit sur le grand écran, il souhaite que ce ne soit pas le cas, j'avais 10 ans. Plus tard je découvre les monstres du placard {Montres et compagnie, celui des sorciers Harry Potter l'enfant qui a survécu à celui dont on ne doit pas prononcer le nom et derrière l'écran le vrai monde s'écroule, la réalité est là, les monstres vivant par la peur existe bel et bien.

Je ne suis un plus enfant, l'horreur sur les visages, la violence à l'école, l'illusion de l'écran qui s'écroule me fait grandir beaucoup trop vite, j'ai 15 ans, les jours de mon enfance me propose une dernière aventure avant de partir et je ne peux pas manquer ça, dans la salle, je suis un adolescent qui vis encore le harcèlement scolaire tous les jours, humiliés parce que je crois aux jouets qui parle.

La lumière s'éteint, Woody et Buzz sont là, ils sont les mêmes que lorsque je les ai quittés, dans la salle obscure, je vois discrètement quelqu'un venir s'asseoir à côté de moi, - et je n'en reviens pas, l'enfant que j'étais, celui que j'ai abandonnais pour survivre à ce monde, il est là, il est aussi là comme moi pour dire au revoir, tell Andy à la fin du film, je l'ai laisser derrière moi pour mieux avancer, une dernière fois je redeviens comme lui, innocent du monde qui se trouve derrière l'écran, jusqu'à que la lumière se rallument et qu'ils disparaisse, un dernier film, un dernier au revoir.

Je regarde encore et encore !Where stories live. Discover now