— Bon ! On rentre ! conclut-elle.

Jensy approcha et Yuna eut un regard moqueur envers sa formatrice. Crystal réalisait à quel point leur relation avait évolué. À quel point la Frenniq avait évolué, en vérité. Elle n'aurait jamais eu ce genre de mimique, deux ans plus tôt. Elle avait enfin laissé tomber toutes ses barrières et se permettait un peu de légèreté alors que son peuple n'était toujours pas sauvé et qu'une guerre se préparait. Que la petite gardienne ait retrouvé le sourire était en soi une victoire, décida Crystal en s'envolant sur son chedre.

Plus tard dans la nuit, alors que Crystal ne dormait toujours pas et déambulait dans les jardins de l'académie, Célina la rejoignit.

— Tu ne dors pas ?

— J'ai dormi deux ans. Il semble que mon corps a décidé que c'était assez...

— Tu veux dire que tu ne dors plus depuis ton réveil ?

Crystal sourit. L'expression avait de quoi faire rire et Célina sembla d'accord puisqu'elle étouffa un petit rire à son tour.

— Tu m'as comprise ?

— Bien sûr. Et non, je n'ai pas dormi depuis quelque chose comme deux semaines.

— Et tu ne ressens pas la fatigue.

— Comme je vous l'ai dit : j'ai une sorte d'énergie perpétuelle en moi dont je ne sais pas quoi faire. Et je n'ai pas l'impression de m'y habituer, contrairement à ce que dit Ascual.

— Tu sais, relativisa Célina, les connaissances d'Ascual ont une limite. Nous en avons pris conscience avec toi, il y a déjà longtemps. Mais encore régulièrement, nous découvrons de nouvelles choses. Parfois, nous nous rendons compte qu'une vérité qui nous paraissait absolue n'était en fait qu'un mirage.

— Comme les mages ?

— Exactement ! La puissance du livre semble atteindre des niveaux que nous ne sommes même pas capable d'appréhender. Il est possible que ton corps ne le supporte pas, tout simplement...

— Tu veux bien être plus précise et moins effrayante, s'il te plait.

— Je ne peux pas.

— Je vais mourir ?

Crystal n'avait capté que ce mot et une horrible sensation de peur. Célina avait pourtant un visage neutre, elle restait toujours aussi belle et affichait un sourire bienveillant. Mais Crystal avait vu avec une précision absolue dans son esprit. Ça lui avait sauté au visage, pour être exact.

— Non. Enfin... je n'en ai pas la moindre idée. Mais si cette puissance était effectivement trop importante pour ton corps et qu'il était incapable de la juguler, la seule issue serait celle-ci...

Crystal se sentit lasse, tout à coup. Ouvrir le livre était donc si dangereux ? Ou bien était-ce son corps d'humaine le problème ? Inutile de poser la question à Célina, elle venait d'avouer son incompétence sur le sujet. Ascual ne vaudrait pas mieux. Elle était seule face à l'inconnu.

— Quand je pense que je connais le sort de la jeunesse éternelle et que je vais crever parce que j'ai trop de pouvoir...

— Nous n'en sommes pas encore là, Crystal. Tu t'es débarrassée du livre, déjà.

— Pour ce que ça a changé... Je n'ai rien perdu de mon énergie vitale. Je crois même que j'ai encore augmenter un peu de niveau.

Il y eut un lourd silence et Crystal s'assit en tailleur dans les airs pour regarder les étoiles.

— Tu penses qu'il me reste combien de temps à vivre ?

— Je dirais que si tu ne fais pas de bêtise, comme aller affronter un adversaire plus fort que toi, ça devrait durer encore un bon moment, sourit Célina.

— Euh... Je ne comprends pas.

— Si ton corps continue de fabriquer de l'énergie, c'est qu'il peut supporter celle qu'il a à présent. Quel que soit son niveau. Tu n'es donc certainement pas en danger de mort. Ou en tout cas, pas dans l'immédiat. Rassure-toi.

— Si tu pouvais éviter de me faire peur comme ça, ce serait assez sympa, gronda Crystal.

— Désolée, mais si tu ne me dis pas tout, mes conclusions ne peuvent pas être correctes. La bonne nouvelle, poursuivit-elle, c'est que tu vas vivre jeune longtemps, si j'ai bien compris.

L'ancienne gardienne sourit à son tour. Célina lui posa encore quelques questions sur les sorts qu'elle maîtrisait à présent. Il y en avait tant selon Crystal, que faire la liste lui semblait impossible ? Elle parla de la création et de la duplication de vors qui était un sujet auquel elle réfléchissait beaucoup en ce moment. Elle envisageait sérieusement de dupliquer Walkier pour son apprentie. Elle parla de la création des mondes clos, tels que celui où Lanka avait l'habitude de se retrancher.

— Tu saurais créer un véritable soleil pour Frenn, du coup ?

— Évidemment ! Et sans passer deux ans dans les vaps ensuite, en plus.

— Et des planètes ?

— Un univers entier, si je veux, fanfaronna-t-elle.

— Comme Sennan, n'est-ce pas ?

— C'est ça. Ton idée est pas mal, mais ça ne règlera pas le problème des Frenniqs.

— Arrêtes de lire mes pensées ! sermona Célina. Où est le plaisir de la conversation sinon ?

— Arrêtes de me jeter tes idées à la figure alors, sourit l'ancienne gardienne.

La vérité était que Célina était si contente de son idée qu'elle ne pouvait contrôler ses pensées. Elle proposait que Crystal remplisse le monde vide de Frenn pour en faire un nouvel univers. Ainsi, ils auraient de nombreuses planètes sur lesquelles habiter et ils n'auraient plus l'impression d'être seuls dans le noir d'un monde vide.

— Sauf que ce qu'ils veulent, c'est retourner dans les mondes existants. Ils ne veulent plus être exilés. Ils seraient certainement contents d'avoir un monde à eux, précisa Crystal. Mais ils ne veulent pas y rester cloitrés.

— Dommage ! Mais du coup, ça ne t'empêcherait pas de créer ce monde ? Ça utiliserait un peu de ta phénoménale énergie et peut-être que tu retrouverais le sommeil.

Crystal réfléchit à la proposition. C'était une idée alléchante. Elle pourrait utiliser un sort extrêmement puissant que personne n'a vu à l'œuvre depuis des millénaires. Si en plus, ça lui permettait de réguler un peu son niveau énergétique, c'était d'autant plus intéressant. Elle décréta qu'elle réfléchirait à la question et cela sembla contenter la prêtresse. Après un long bâillement, elle prit congé de son amie pour aller retrouver son lit.

— Je n'ai pas cloné Khram, vois-tu. J'ai encore besoin de sommeil. À demain, Crystal.

— Bonne nuit, prêtresse, fit-elle avec un clin d'œil. 

Khram - Le Grand Livre 3Lisez cette histoire GRATUITEMENT !