SAMUEL (15) - DIX-SEPT ANS, QUATRE MOIS ET DEUX JOURS

18 3 0
                                          



J'ai dû déployer des trésors de persuasion pour convaincre Seth de nous rejoindre à l'intérieur. Et même maintenant, il se tient juste à côté de la porte pour pouvoir fuir au premier signe de danger. Son regard fuyant passe de Ruby au carnet que tient Jacob. Je vois bien qu'il aimerait le récupérer sans oser le demander. Il me fait de la peine. Bien qu'il soit probablement le membre le plus âgé du groupe, il ressemble à un enfant apeuré.

— C'est toi qui as dessiné ça ? lui demande Jacob en lui montrant les plans.

Seth acquiesce timidement, les yeux baissés pour ne pas croiser le regard de son interlocuteur.

— Tu sais de quoi il s'agit ?

— C'est leur laboratoire, acquiesce Seth sans cesser de fixer le sol en béton. C'est là qu'ils font leurs expériences secrètes.

— Leurs expériences sur les enfants ? le questionne Ruby avec douceur.

Le prophète lève brusquement la tête vers elle. Son visage exprime une terreur sans bornes. Pauvre gars...

— Je ne sais rien. Rien du tout. Je dois y aller, dit-il en se précipitant vers la sortie.

— Eh, pas si vite, mon pote, lui rétorque Frank en bloquant le passage. On a quelques questions à te poser.

Mauvaise idée. Comme un animal pris au piège se sent obligé d'attaquer, Seth le repousse avec une force étonnant au vu de sa silhouette décharnée. Surpris, Frank finit sur les fesses tandis que son agresseur s'enfuit sans demander son reste. Je soupire et me dirige à mon tour vers la porte. Vraiment, je n'avais pas prévu de courir après Seth aujourd'hui.

— C'est malin, lançai-je à Frank en passant devant lui. Avec tes conneries, il doit être persuadé qu'on est du côté des méchants. Je ne sais pas si je vais réussir à lui faire entendre raison maintenant qu'il est en pleine crise.

Malgré les complications que cela entraîne, je ne suis pas mécontent de le voir ainsi ridiculisé devant Ruby. Peut-être qu'elle ne le regardera plus avec autant d'admiration après ça.

— Je viens avec toi, dit Ruby en m'emboitant le pas.

Je l'arrête d'un geste.

— Pas question. Seth me connait. Il a confiance en moi. Si quelqu'un d'autre m'accompagne, cela risque d'empirer la situation.

— Tu as raison, tranche Jacob avant qu'elle n'ait le temps de protester. Vas-y. On t'attend ici.

*

Je rattrape Seth quelques mètres plus loin. Il bafouille des propos incompréhensibles, s'emportant parfois contre des interlocuteurs invisibles, avant de se remettre à chuchoter nerveusement. Comme je le craignais, le stress lui a fait perdre pied. Tout ça à cause de cet imbécile de Franck qui a voulu jouer les héros. Si seulement il pouvait s'en aller comme il souhaitait le faire quelques minutes plus tôt.

— Jacob, c'est moi Samuel. Arrête-toi, s'il-te plaît, il faut qu'on discute, l'appelé-je.

Il obéit, mais continue de marmonner en fixant le sol avec obstination. Je répète plusieurs fois son prénom. C'est le seul moyen que j'ai trouvé pour attirer son attention, le ramener dans le monde réel. En revanche, je me garde bien de le toucher. Quand il se met dans cet état, le moindre contact physique est synonyme pour lui d'agression. Toutes ces petites astuces, je les ai apprises au fil du temps, en le côtoyant régulièrement. Communiquer avec lui nécessite une patience infinie. Une simple erreur peut anéantir des mois de progrès. Ruby et Jacob se bercent d'illusions en pensant réussir à tirer quelque chose de lui malgré sa folie. Je le sais, j'ai essayé à une certaine époque, quand je croyais encore pouvoir changer les choses.

Peu à peu Seth semble s'apaiser. Il se met à se balancer d'avant en arrière, les yeux mi-clos, comme s'il écoutait une berceuse.

— Je suis désolé, dis-je avec une infinie précaution. Frank n'aurait pas dû réagir de cette façon. Il t'a fait peur...

Seth m'attrape brusquement par le bras. Il a relevé la tête et plonge dans le mien son regard rempli de terreur.

— Tu ne comprends pas. Ils vont tous nous tuer. Ils sont déjà parmi nous. Des espions... Ils ont des espions dans toute la ville. La fille. Elle est bizarre. Pas comme nous. Elle fouine partout, interroge mes amis. Elle a pris mon carnet. Elle joue la gentille, mais je vois clair dans son jeu. Tu dois me protéger d'elle, Samuel, m'implore-t-il d'une voix plaintive. S'il-te plaît, ne la laisse pas m'approcher.

J'ai du mal à croire ce que je viens d'entendre. C'est Ruby qui lui fait si peur. Ruby et ses quarante kilos toute habillée. Ruby qui sauverait le monde entier si elle le pouvait. Je retiens à grande peine mon envie de rire.

— Seth, Ruby n'est pas une espionne. Elle ne te veut pas le moindre mal. Au contraire, vous partagez les mêmes buts. Elle te croit. Elle aimerait t'aider à ce que la vérité éclate au grand jour.

— Tu es sûr ?

— Sûr et certain. Tu te rappelles que tu croyais que le General était envoyé par le gouvernement pour planifier l'éradication des habitants des souterrains, ajouté-je devant son air dubitatif. Ça n'a jamais eu lieu. Au contraire, il a aidé chacun d'entre nous quand on en a eu besoin. Tu te souviens, il a fait la leçon à ce groupe de gosses des rues qui étaient descendus se mettre à l'abri sous terre l'hiver 2040 pour qu'ils arrêtent de te persécuter. Ils ne t'ont plus jamais embêté après ça. Et la fois où tu as accusé l'Eboueur d'être un homme en blanc infiltré ? C'était faux aussi. Le pauvre en a pleuré tellement il était peiné que tu puisses croire ça. Il t'a gardé les meilleures pâtisseries qu'ils trouvaient pendant plus d'un mois pour gagner ta sympathie. Et elle n'était pas empoisonnée, n'est-ce pas ?

— Elle ne me veut pas de mal, alors ?

— Non. C'est juste une fille normale qui traverse des moments difficiles. Comme nous tous.

— Elle ne me veut pas de mal, répète-t-il comme s'il essayait de s'en convaincre. Elle ne me veut pas de mal.

— C'est ça, approuvé-je. Elle ne te veut pas de mal. On peut rejoindre les autres maintenant ?

Il répond d'un hochement de tête, mais alors que je m'apprête à partir, il me retient par la manche.

— Et l'autre ? Celui qui a essayé de m'attaquer ?

Je soupire.

— Celui-là, c'est un con, dis-je avant d'ajouter rapidement pour éviter que Seth se monte un film, mais il est aussi de notre côté. Lui non plus ne te fera pas de mal. Allez, viens ! Tout le monde nous attend. 

------------------------

Chers lecteurs et lectrices, j'espère que ce nouveau chapitre vous a plu. Si c'est le cas, n'hésitez pas à voter, commenter ou vous abonner

Le pays des enfants parfaits ( En cours de réécriture)Là où vivent les histoires. Découvrez maintenant