2. Permis de vol (partie 1)

27 6 23


Je suis tiré·e de ma lecture par l'arrivée d'un·e nouvelleau voyageureuse dans notre capsule transurbaine à l'arrêt suivant. Iel porte une ceinture abdominale matricielle à gestation in vitro. Je suis interloqué·e. Il est rare que les hermaphrodeus portent ces appareils en public. Ils génèrent trop d'envie et de jalousie. Le modèle qu'a choisi notre covoitureureuse est d'autant plus provocateur qu'il n'arbore pas une paroi opaque mais transparente qui laisse voir le fœtus en formation dans son liquide amniotique, dépourvu de cordon ombilical. Je suis à la fois gêné·e et fasciné·e. J'aimerais détourner les yeux sans y parvenir. Ce spectacle me paraît tout à la fois répugnant et sublime. Un petit compteur sur la sangle de la ceinture indique qu'il s'agit de son septième mois.

Mapa m'a raconté·e que dans sa jeunesse, la moitié des enfants étaient encore conçus in utero. Les corps des hyposapiens, enfin, des humain·es, comme iel préférait les appeler, étaient et sont toujours sexué·es selon un spectre allant de femelle à mâle. Au siècle dernier, les personnes intersexué·es ou hermaphrodites étaient rares, tantôt pointé·es du doigt comme des monstres, tantôt érigé·es en divinités.

Tout à changé après la Coalescence. La survie des hominidés humanoïdes étant dépendante de nombreux facteurs, dont la mise en présence d'individus de type mâle et femelle, la Gouvernance a encouragé la population à autoriser certaines manipulations du génome humain. La plupart des enfants conçus après la Coalescence appartiennent à la race des hermaphrodeus et sont en conséquence dotés des appareils génitaux reproducteurs mâle et femelle.

Cela n'a pas plu à tout le monde, bien entendu. Certains individus prônant la supériorité du sexe mâle et du genre masculin qui lui était alors associé ont refusé de recourir à cette hybridation qu'ils jugeaient contre nature. « Différents mais égaux dans la complémentarité » était leur argument le plus récurrent. À force de dissensions, un schisme s'est produit. À une extrémité, les cyborgs, des hermaphrodeus favorables à l'hybridation humain-technologie, perpétuent l'historique quête de progrès pour parfaire leur race et, de l'autre côté, les hyposapiens conservateurs, fervents gardiens de l'état de nature, revenus à une conception primitiviste de l'existence. Bien entendu, la majorité de la population se situe dans un large spectre plus modéré.

Mapa iel-même ne possédait pas les appareils génitaux femelle et mâle. Iel était de type femelle à 87%, mais ne s'était jamais identifié·e au genre femme qui lui avait pourtant été assigné de force à l'échographie, avant-même qu'iel voit le jour. Né·e avant la Coalescence, iel n'avait pas souhaité recourir à une chirurgie douloureuse et à un traitement aux hormones pour remédier à son état.

« Prochain arrêt : aéroport de Jötunheim, cinquième arrondissement. Merci d'avoir voyagé sur nos lignes. Veillez à ne rien oublier sous votre siège ni dans les rangements situés en hauteur. La compagnie de transports transurbaine ainsi que le personnel de bord vous souhaitent une agréable journée. »

La voix de l'A.I.sistant·e de bord me sort brutalement de mes pensées. J'attrape mon gyropode par une anse et me prépare à quitter la capsule. Mêtis, constatant que l'effet de surprise m'a légèrement destabilisé·e, m'assure que je suis encore dans les temps pour ma dernière heure de formation. Un mélange d'anxiété et d'excitation m'étreint. Je sors de la station et me dirige vers une rampe pour rejoindre la voie réservée aux transports semi-autonomes. Je termine le trajet jusqu'aux pistes de décollage réservées aux deltaphores en gyropode.

« Bonjour Zéphyr ! me lance Ratri, mØn formateurice avec un sourire éclatant qui tranche avec sa peau noire. ImpatientØ ?

- Plutôt, oui, avoué-je.

AlcyoneLisez cette histoire GRATUITEMENT !