Chapitre 7 - Le souffle du passé

1.2K 72 24
                                                  

Assise à son bureau, face à son écran, Louise essayait de se concentrer sur ce qu'elle lisait. Mais ce n'était pas chose aisée. Virginie, Simon, Véronique et même Mathilde avaient tous essayé de l'empêcher de travailler depuis qu'elle était arrivée.

Virginie lui avait envoyé un texto auquel elle n'avait pas encore pris le temps de répondre. Véronique lui avait demandé quatre fois si elle savait à quelle heure comptait venir Simon. Ce dernier l'avait contacté par mail parce qu'il s'inquiétait de ce qui s'était dit le week-end. Et Mathilde discutait avec elle via les réseaux sociaux, comme elle avait pris l'habitude de le faire.

La fille de Simon essayait de savoir comment avait réagi son père et Louise se cantonnait à la rassurer et à l'inviter à avoir une discussion avec lui directement. Elle était devenue très rapidement la confidente que Mathilde n'avait jamais eue, mais elle ne voulait pas non plus empiéter sur le rôle de son père.

Elle terminait une publication promotionnelle sur Facebook quand la jeune fille posa une question qui la fit sursauter :

« Vous allez vous marier ? »

Louise réfléchit un instant si elle avait pu laisser entendre une telle chose avant de répondre.

« On n'en a jamais parlé, pourquoi tu me demandes ça ? »

« Comme ça, pour savoir. Tu voudrais ? »

« Je n'en sais rien ! Je n'ai pas envie de me poser la question pour le moment. »

« Ce serait bien pourtant. »

« Je comprends ton point de vue, mais ça ne te regarde pas. »

Elle agrémenta sa dernière réponse d'un petit smiley qui lançait des clins d'œil à la chaîne, histoire d'éviter de paraître brutale dans sa réponse.

« OK »

Et Mathilde de quitter la conversation sans plus prévenir.

Louise haussa les épaules ; les ados pouvaient être déroutants, parfois.

***

La soirée de samedi s'était terminée dans un état d'ébriété si avancée que personne ne put rentrer chez soi. Léo avait bu pour oublier les turpitudes de sa femme, Simon pour accepter que sa fille grandît, Louise et Virginie pour s'amuser et se rire d'eux. Si l'alcool rendait Simon apathique et brumeux, il transformait Léo en pitre touchant et à l'humour moins gras qu'à l'état sobre.

Simon avait fini la soirée en ronflant sur son lit, si bien que Louise avait rejoint Léo et Virginie dans le salon où ils se partageaient le canapé-lit. Ils étaient à moitié en train de rire et de dormir, elle n'avait pas voulu les déranger et s'était endormie sur une couette posée à même le tapis.

Ils avaient passé le dimanche tous ensemble, réveillés par les griffes du chaton qui voulait s'amuser avec leurs orteils et par la musique électrique de Mathilde. Ce fut une journée longue et douloureuse pour le crâne des quatre adultes, agrémentée des moqueries de la fille de son chéri devant leur tête d'ahuris.

Au final, Simon n'avait pas pu avoir la discussion qu'il attendait et elle en était soulagée. Elle n'avait pas voulu ni le gêner ni le vexer quand elle avait parlé de son manque de virilité, mais il avait semblé le prendre particulièrement mal. Elle n'avait peut-être pas choisi les bons mots. Simon était un amant hors pair, attentionné, musclé, doué, sensible et elle adorait faire l'amour avec lui. Elle avait d'ailleurs eu de puissants orgasmes dans ses bras ! Mais il y avait ce petit truc, ce petit manque, cette envie qui la titillait par moment. Elle voulait qu'il soit davantage expressif, davantage dominateur, qu'il la prenne, la malmène. Elle savait que cela la ramènerait immanquablement à son histoire avec Christophe, mais elle espérait justement que Simon pût lui faire oublier. Elle avait essayé de lui faire comprendre avec son alter ego, Cécilia, et il avait vite pris le pli. Elle allait peut-être devoir rejouer la même carte. Surtout qu'elle était passablement excitée et se sentait frustrée de n'avoir eu aucun moment de libre la veille pour sauter sur son bel auteur.

Simon - Tome 2 : mots-croisésLà où vivent les histoires. Découvrez maintenant