| EMY | Chapitre 38

Depuis le début

La... la poignée vient de bouger.

Je cesse tout mouvement et tente de voir si j'entends quelque chose. Plusieurs personnes. Je dirais deux ou trois. Ils discutent entre eux. Et c'est là... tout ce que j'arrive à entendre.
On est pas rendu.

Je décide de ne pas bouger, ils vont sûrement débarquer d'une minute à l'autre. Tout mon corps commence à ressentir mon stress qui augmente au fil des secondes. Les battement de mon coeur se font de plus en plus rapides. J'ai l'impression d'exploser de l'intérieur.

Soudain, la porte s'ouvre. Si j'avais 80 ans, j'aurai déjà fais une crise cardiaque tellement je suis affolée. Un garçon d'environ du même âge que moi entre silencieusement. Avant qu'il ne ferme la porte, j'arrive à voir les deux autres. Et... rapidement, je comprends que nous ne sommes pas dans une maison. Qui aurait des poutres de la hauteur de plusieurs mètres dans sa maison ? En tout cas, c'est ce que j'ai pus conclure avec seulement 5 secondes pour voir ce qu'il y avait derrière cette foutue porte.

Je reste accrochée à mon lit, je ne cherche pas à entrer en contact avec lui. On ne sait jamais, peut être que c'est un taré. À l'inverse, lui, s'avance dangereusement.
Il prend une chaise qui était rangé dans un coin et la place en face de moi. Il s'assoit, relève la tête et vient ancré son regard dans le mien. Un large sourire vient éclairer son visage.
Il me faut les jetons...

- On va bien s'amuser nous deux. Je suis chargé de... te faire du mal, me chuchote t-il tout en souriant l'air dérangé.

Prise de peur,  je recule pour m'éloigner de ce mec complètement fou. Mon corps vient frapper les barres du lit. Je ne peux plus reculer, je ne peux plus rien faire.
Je suis coincée, dans cette pièce, avec quelqu'un qui me veut apparemment, beaucoup de mal.

Mon corps commence à trembler, le garçon le remarque et sourit de plus belle.

- Voilà, c'est ça, je veux de la peur. Mon boss qui obéit au bigboss m'a chargé de te rendre encore plus... folle, me déclare t-il tout en passant sa langue sur ses lèvres.

Je pense qu'ici, le plus fou de nous deux... c'est toi.

Enfin... pour le moment.

- Alors alors alors... par quoi vais-je pouvoir commencer ? Me demande t-il, comme si j'allais répondre. Tu sais... on m'a donné carte blanche...

Décidément, il m'a l'air vraiment dérangé. A chaque fois qu'il parle, mes poils s'hérissent et mon coeur ne cesse de battre à cent à l'heure. Je ne peux pas m'arrêter d'avoir peur.

J'ai trop peur... maman. S'il te plaît.

Soudain, alors qu'il réfléchissait seul sur sa chaise, l'air d'un fou, il quitte subitement la pièce.
Je reprends mon souffle comme une dingue après qu'il soit partie. J'avais l'impression d'étouffer quand il était là.

Je dois m'enfuir et vite ! Je ne dois pas rester là. Je ne sais pas ce qu'il compte me faire... mais je ne vais pas me laisser faire sans rien tenter. Je dois sortir d'ici. Et coûte que coûte. Avant qu'il ne soit trop tard...

Nerveuse, je cherche un moyen pour défaire cette putain de chaîne. Du regard, je ne trouve rien. Bon... et bien il ne me reste plus qu'une chose à faire. Je vais devoir l'enlever sans rien.

À l'aide de ma salive, j'essaye d'humidifier ce qui m'attache à cette chaîne, afin que je puisse l'enlever de mon poignet.
Puis, je tente de l'enlever. Je tire et tire, jusqu'à même le sang. Mais c'est beaucoup trop serré. Ma main ne passera pas. C'est impossible.

Impuissante, je me recroville sur moi même. Je n'ai plus d'espoir. Je ne peux rien faire. Je suis faible. Je pourrais tenter de prendre d'assaut le garçon et de lui piquer les clés, qui sont sûrement sue lui. Mais... vu sa masse corporelle, je ne ferai pas long feu avant que mon propre coup ne se retourne sur moi même.

The Seven Demons [TERMINÉE]Lisez cette histoire GRATUITEMENT !