1a. Les tablettes sont-elles obsolètes ?

19 7 3


Les éditeurices de tablettes sont inquiet·ètes. Les ventes des acteurices majeur·es de ce secteur ont enregistré une chute record de 5% ce semestre. Les spécialistes y voient une corrélation immédiate avec la croissance à deux chiffres du secteur des nano-rétines et des audio-prothèses. Encombrantes, énergivores, les tablettes ne semblent plus séduire les consommateurices économes en quête de minimalisme.

« On risque toujours d'oublier sa tablette dans le Transurbain ou de fendre son écran par accident. Ces problèmes n'existent pas avec les nano-rétines » témoigne @Branwen_Citrus, concepteurice du camœil biomecatronique Lynx et utilisateurice du produit. « Les possibilités de personnalisation sont illimitées et instantanées, sans même parler du confort ! Lire dans le noir ou par fort ensoleillement sans être incommodé·e par un reflet est désormais possible. Vous n'avez plus besoin de vous briser les cervicales en cherchant désespérément la bonne position pour lire. C'est aussi une question d'intimité : personne ne peut lire par-dessus votre épaule. »

La mort de la tablette est-elle annoncée ? Pas si sûr. Les lecteurices sont encore nombreux·euses à privilégier cet outil, comme nous l'explique @Frigg_Kazinski :

« J'aime la tablette en tant qu'objet. Il n'existe pas de sensation plus agréable que de slider ou de scroller manuellement. C'est un vecteur de sociabilité que l'on peut se prêter, s'échanger. »

Les éditeurices de tablettes ne sont pas les seul·es à pâtir de la concurrence avec cette innovation. En effet, la combinaison des nano-rétines et des audio-prothèses offre une expérience immersive inégalable proche de la réalité augmentée, à tel point que la frontière entre les deux dispositifs tend à disparaître. Les lunettes VR s'en trouvent menacées.

« Nous vivons un tournant dans l'Histoire des supports numériques » renchérit @Branwen_Citrus. « Le suréquipement et la multiplication des supports ne sont pas viables. La nano-rétine signe la fin de l'ère des écrans. »

On estime aujourd'hui que 46% de la population est équipée d'au moins une nano-rétine ou d'une audio-prothèse. Un frein demeure néanmoins à la démocratisation de ces nouvelles technologies : leur prix. Il faut compter en moyenne 500WBU pour acquérir un camœil dernier cri, 300WBU pour une audio-prothèse à réduction de bruit active, sans compter le coût de la pose, de l'entretien et les suppléments optionnels. Un coût absolument inabordable pour la plupart des hyposapiens et un sacrifice pour certain·es hermaphrodeus.

« C'est un cercle vicieux ! » s'indigne cet·te hyposapiens qui a préféré rester anonyme. « L'obsolescence de nos outils nous isole. Certain·es choisissent donc d'investir dans ces gadgets. Iels se retrouvent sans unité, incapables de s'offrir un billet de Transurbain et finissent encore plus isolé·es qu'iels ne l'étaient ! »

La réaction des associations de soutien aux hyposapiens ne s'est pas faite attendre. Une marche symbolique est prévue demain sous les vitres de l'Acmé pour réclamer le droit à l'obsolescence. Un blocage de la voie piétonne et des perturbations sur celle des transports semi-autonomes sont à prévoir. Les usager·ères hermaphrodeus de ces voies sont nombreux·euses à de plaindre des manifestations des hyposapiens qu'iels qualifient d' « intempestives ». Le clivage entre nos deux races d'hominidés humanoïdes n'a jamais été aussi marqué et la tension est perceptible. Certain·es redoutent des émeutes.

« J'en ai assez de donner mes WBU à la Gouvernance pour réparer leurs dégradations ! » nous confiait un peu plus tôt un·e jeune centenaire.

D'autres s'inquiètent de la stratégie politique menée par la Gouvernance à travers la mise en place d'un impôt de responsabilité sociale commune suite à la recrudescence des altérations du mobilier public, comme cet·te étudiant·e : « La Gouvernance vise l'autorégulation de la population. Iels espèrent que les hermaphrodeus, excédé·es de payer pour les dégâts causés par les autres, trouveront comment canaliser les homosapiens. La Gouvernance ne veut pas se salir les mains, iels poussent les hermaphrodeus à se faire justice iels-mêmes. C'est honteux, et personne ne voit rien ! »

Si aucune mesure significative n'est prise par laGouvernance, ces innovations pourraient opérer bien plus qu'un shift dans noshabitudes de consommation textuelle : un schisme social. Pour l'heure, letemps est à la modération. LaGouvernance a lancé un appel au calme et menace de recourir à des descentesdans le Tréfonds.     

[ A partir de ce point, vous pouvez choisir de continuer à lire des articles de presse ou passer au chapitre 2. ]

AlcyoneLisez cette histoire GRATUITEMENT !