RUBY (27) - 13 FEVRIER 2042

29 6 3
                                                  

— Je n'arrive pas à croire que Franky soit le fils de Franck Goodfellar, lâchai-je tandis que nous quittons le repaire de Jacob pour nous diriger vers la Rose Rouge, la tête pleine de nouvelles interrogations.

— Je savais que ce type cachait quelque chose. Il a quelque chose de pas net dans sa façon d'être.

Je hausse les épaules. J'ignore pourquoi Samuel déteste autant Frank, mais cela commence sérieusement à m'agacer. C'est vrai quoi, excepté son côté petit con prétentieux, Franck est quelqu'un de plutôt sympathique. Du moins, quand il n'a pas un coup dans le nez, parce que dans ces cas-là, il devient un peu trop collant.

— Il ne nous a pas menti, c'est nous qui ne lui avons pas posé la question. Et si Frank Goodfellar était mon père, je n'irais pas non plus le crier sur tous les toits. Surtout à la Rose Rouge. Sérieux, la moitié des habitants des souterrains ont des griefs contre lui. C'est un coup à se faire buter.

— Ouais. Peut-être, grommelle Samuel. N'empêche, je ne crois pas que ce soit une bonne de l'impliquer là-dedans. Putain, c'est un Goodfellar. On ne peut pas lui faire confiance.

— Tu as entendu, Jacob. On n'a pas le choix. C'est le seul à pouvoir nous faire entrer dans les locaux de Genetech.

Samuel s'arrête et m'oblige à faire de même.

— Justement. Tu es sûre de vouloir faire ça ? Et si ça tournait mal ? Moi, je n'ai rien à perdre, mais toi, tu as toute la vie devant toi. Tu veux éviter à tes parents la perte d'un enfant, soit, mais tu ne crois pas que mourir en essayant est contre-productif. Tu es leur fille, merde. Ils ne voudraient que tu prennes tous ces risques.

Je le contourne et me remets en route. Mes yeux me brûlent. Je serre les poings. Surtout ne pas pleurer.

— Je sais que tu penses que tes parents ne t'aiment pas, insiste Samuel en m'attrapant par le bras pour m'empêcher de m'enfuir, qu'ils t'en veulent pour la mort de ta sœur, mais je crois que tu te trompes. Un père et une mère aiment toujours leurs enfants, et ce de façon inconditionnelle. Même s'ils ont parfois un peu de mal à le montrer.

Je me dégage violemment. Les mots s'échappent de ma bouche comme un torrent de lave.

— Qu'est-ce que tu en sais ? Tu n'étais pas là. Tu n'as pas vécu avec eux. Tu n'as pas vu la façon dont il me regarde, dont il regarde Tommy...

— En effet, admet-il d'une voix douce. Par contre, je sais ce que c'est de vivre avec quelqu'un incapable de témoigner de l'affection. Mais malgré tout ce qu'il a fait, je n'ai aucun doute sur le fait que mon père m'aimait, au moins un peu. Et je suis persuadé que tes parents aussi, quoique tu en penses.

Je plonge mon regard dans le sien, me noyant dans les eaux tranquilles de ses yeux. Je sens ma colère fondre comme neige au soleil. Comment s'énerver contre quelqu'un qui a vécu tellement pire que vous ? Qui s'inquiète sincèrement pour vous ? C'est tellement frustrant.

— Si tu le dis, maugréé-je avec une mauvaise humeur pas forcément très honnête. Mais je ne changerais pas d'avis. Genetech a fait trop de mal. Je ne peux pas supporter que ce connard de Goodfellar continue de jouer au gentil petit père des peuples alors que des parents en deuil pleurent la mort de leur enfant. Allons parler à Frank.

*

Quand nous arrivons à la Rose Rouge, nous trouvons Franky en compagnie de Toby, de Twitch et d'un groupe de néo-hippie. Sammy grince des dents en voyant les deux frères aussi proches. Je sais qu'il s'inquiète pour son ami, mais je crois qu'il devrait se détendre un peu et lui faire confiance. Dylan est un grand garçon, intelligent, et plus mature que certains adultes. Il ne se laissera pas entraîner par cet abruti de Toby si facilement.

Le pays des enfants parfaits ( En cours de réécriture)Là où vivent les histoires. Découvrez maintenant