\5/

195 33 4

Crystal était de retour parmi les vivants depuis moins d'une journée et en était déjà à sa deuxième convocation du chef des Frenniqs, Difè. Son statut si particulier lui permettait de se permettre cette fantaisie que personne d'autre sur la planète n'osait même imaginer. Habituellement, seuls les quelques membres de son conseil et les chefs des autres villages, lui demandaient audience. Crystal, elle, exigeait sa présence sans se soucier de son organisation personnelle.

Lorsque Difè arriva, bon dernier, dans la hutte de réunion qu'elle avait de nouveau faite apparaître, elle constata qu'il était d'humeur parfaitement égale. Être à la disposition de la gardienne du Grand Livre ne lui posait, semblait-il, aucun problème.

— Reprenons, si vous voulez bien, déclara alors Crystal. Comme je le disais : déclarer une guerre me semble une mauvaise idée. Mais puisque je n'ai pour l'instant pas d'alternative à proposer et que j'ai pu constater que tout le monde attend de pouvoir quitter ce monde vide, il faut bien commencer par faire quelque chose.

— Et ce quelque chose doit-être une guerre suicidaire ?

Tekka avait parlé sans la moindre agressivité, pourtant le regard que lui coula Crystal fut plus froid que jamais. Inutile de lire dans les pensées pour comprendre que Crystal ne la portait pas plus dans son cœur qu'avant son sommeil.

— Je n'ai pas dit que je proposais la guerre. Ce que je voudrais, c'est monter une armée.

— Une armée suppose une guerre, non ? insista Difè qui était venu seul cette fois.

— Une armée suppose avant tout des soldats. Que ce soit de simples guerriers ou des sorciers, il nous faut du monde.

— Quelle est ton idée ? intervint Slix.

— Leur faire peur...

Il y eut un léger silence.

— Aux mages ? Mais ces types n'ont peur de rien !

— Tu te trompes, Sly. Ils ne sont pas plus coriaces que la moyenne. Présente-leur une armée plus puissante que la leur et ils réfléchiront avant d'attaquer. Et nous n'avons pas besoin de plus que ça : du temps.

— Que feras-tu de ce temps, gardienne ?

— Négocier. S'ils nous pensent dangereux pour leur sécurité, ils seront probablement plus ouverts au dialogue. Je compte là-dessus, en tout cas.

— Mais il y a une faille de taille dans ton plan, glissa Yuna.

— Oui, en effet.

— Nous n'avons aucune armée.

— C'est ça ! Les Frenniqs ont beau avoir eu deux ans pour s'entraîner, vous êtes toujours loin, très loin, de rivaliser avec un mage. Votre niveau de magie n'est pas très élevé et votre technique de combat est tout simplement une blague. Vous n'avez aucune chance, en clair.

— Mais je croyais que tu avais la puissance nécessaire pour les vaincre à toi toute seule ?

— C'est exact, Tekka ! Mais je préfèrerais ne pas avoir à le faire. Ce serait répéter l'histoire. Même si j'avoue que l'idée d'anéantir tous ces adversaires à moi seule, me plait beaucoup.

Tekka échangea un regard inquiet avec Slix puis Yuna. Comme Crystal l'avait expliquée à la Frenniq plus tôt, c'était ce genre de pensée qui lui sautait littéralement à la figure. L'autre humaine craignait que la gardienne ne réitère les mêmes erreurs que le mage qui avait détruit un monde.

— Quelle est donc la solution, gardienne ?

— On en a deux, pas une de plus. Soit vous progressez de manière incroyable tout en vous reproduisant quasiment aussi vite, ce qui me semble difficilement concevable. Même si vous le faisiez, pour obtenir une armée conséquente, il vous faudrait au moins cinq ou six générations.

Khram - Le Grand Livre 3Lisez cette histoire GRATUITEMENT !