RUBY (26) - 13 FEVRIER 2042

42 5 1
                                          

— C'est encore loin ? demandé-je pour la troisième fois de l'après-midi.

J'ai l'impression qu'on marche depuis des heures, nous enfonçant de plus en plus profond dans les entrailles de la terre, et je commence à me lasser de ces couloirs interminables.

— Encore un petit effort, m'encourage Samuel en tournant la tête vers moi, un sourire amusé sur les lèvres. Obtenir des réponses se mérite. Jabob est un génie, mais comme tout génie, il a ses excentricités. Chez lui, cela se manifeste par un rejet de toute compagnie humaine. C'est pour ça qu'il s'est installé là ou personne ne viendra nous déranger.

— Ce Jabob, tu crois qu'il va pouvoir nous aider ? l'interrogé-je, un brin dubitative.

Quitte à aller rendre visite à un barjo, interroger le Prophète nous aurait demandé moins d'efforts. N'en déplaise à Samuel, je suis sûre qu'il aurait pu nous apprendre des choses. J'ai étudié son calepin une bonne partie de la nuit et si celui témoigne sans aucun doute d'un esprit perturbé, il révèle aussi une minutie et un sens de l'observation hors du commun. Si l'on fait abstraction de leurs côtés un peu brouillons, ses notes regorgent de détails et de réflexions dont certaines ne sont pas si tordues que ça.

— Si lui ne le peut pas, personne ne le pourra, m'assure Samuel. C'est le plus grand pirate informatique que je connaisse. Il est capable de voir le lien entre des milliers de données d'apparence anodine, de les rassembler pour reconstituer le tableau initial. Aucun secret ne lui échappe.

— Et tu lui fais confiance ?

Il pousse un soupir de mauvais augure.

— Dans une certaine mesure. C'est quelqu'un d'intègre, mais qui a sa propre conception de la morale. Son monde est entièrement binaire. Avec lui, tout doit être noir ou blanc, vrai ou faux, méchant ou gentil. Il n'y a pas de niveaux intermédiaires, pas de compromis.

Et c'est mal ?

Samuel s'arrête si brusquement que je manque de le percuter. En essayant d'éviter la collision, je me tords la cheville et trébuche, atterrissant tout droit dans les bras de Sammy. Si son expression n'était pas si grave, je le soupçonnerais de l'avoir fait exprès.

— Ça va ? Tu ne t'es pas fait mal ?

Je secoue la tête, en jetant un coup d'œil nerveux par-dessus son épaule. Même en sa présence, je ne me sens pas à l'aise dans ces tunnels inconnus. Mon expérience malheureuse avec Toby m'a servi de leçon. Le danger, cela n'a rien d'amusant.

— Que se passe-t-il ? l'interrogé-je en constatant que rien ne semblait prêt à nous tomber dessus.

Samuel recule d'un pas en rougissant. En d'autres circonstances, je trouverais sans doute ça mignon comme tout, mais je viens de me taper je ne sais combien de kilomètres dans des souterrains lugubres et j'ignore combien il m'en reste encore à me farcir. Je ne suis donc pas d'humeur à jouer à se faire peur.

— Samuel, tu as intérêt à avoir une raison valable de m'avoir fichu la trouille, le menaçai-je.

Il baisse les yeux. Je lève les miens au ciel. Sa timidité commence à me taper sur les nerfs. Sérieux, je pensais qu'on avait atteint un stade où l'on pouvait tout se dire.

— Samuel...

Enfin, il se décide à me regarder en face.

C'est juste qu'avant de continuer, je voulais m'assurer que tu es bien consciente du danger. Jacob ne joue pas. S'il trouve quelque chose, il ira jusqu'au bout. Les groupes comme Genetech et leurs petits secrets ont toujours été une cible de choix pour lui. Il ne s'arrêtera pas avant d'avoir fait tomber toutes les personnes impliquées, quelles qu'en soient les conséquences. Si on lui demande son aide, on ne pourra plus revenir en arrière.

Le pays des enfants parfaits ( En cours de réécriture)Là où vivent les histoires. Découvrez maintenant