Chapitre 2 : quand il faut briser la glace

32 0 0
                                              

Engoncés dans leur uniforme bleu-blanc-rouge, une poignée de gendarmes escorte un chariot de congélation le long des couloirs de l'astroport de Montsou VI. Ils remontent le tunnel jusqu'à la salle de débarquement où les attendent les Vigiles du site, reconnaissables à leur combinaison orange.


— « Pour la Planète, l'honneur et le droit », récite fièrement le brigadier en charge de l'escorte.


— Bienvenu à Monstou VI.


— C'est lui : Étienne L9u5q2Z ? demande l'infirmier, seul civil, présent sur les lieux.


— Affirmatif. Une simple signature et nous vous transférons l'entière responsabilité juridique du déclassé Étienne L9u5q2Z.


— Où ça ?


— Ici, posez votre pouce. Très bien. Mission accomplie, gendarmes, retournons au fourgon.


— Déjà, vous ne souhaitez pas vous reposer ? Prendre un café avant de reprendre l'espace ?


— Ce serait avec plaisir, mais nous devons retourner sur le croiseur. Nous avons d'autres condamnés à livrer dans cette zone.


— Une autre fois alors.


— Avec plaisir, dit le brigadier en saluant son interlocuteur.


Les gendarmes pivotent sur leurs talons et rebroussent chemin. Le temps de rentrer à bord du fourgon, le brigadier ne peut s'empêcher de plaindre Étienne. Le condamné aurait dû accepter l'exécution. À la place, il a choisi la peine la plus longue et la plus douloureuse, mais il finira bien par mourir. Le sous-officier ne comprend pas pourquoi celui-ci, comme les autres, préfère crever comme un chien plutôt que s'éteindre dignement, le cœur touché par une injection fatale.


Tandis que le fourgon sidéral s'élève dans le ciel éternellement sombre de Montsou VI, les Vigiles emmènent le corps d'Étienne dans sa nouvelle demeure : une cellule individuelle d'accommodation. Là-bas, l'infirmier vérifie les signes vitaux du nouveau pensionnaire avant de déclencher la procédure de décongélation.


Dehors, alors que l'équipe de jour rentre se reposer, une nouvelle vague de Mineurs rejoint la fosse. Happés par sa large bouche du Voreux, ils vont à leur tour charbonner. Pour la plus grande satisfaction de la compagnie et de ses actionnaires. Car, quand la seconde section ressort à son tour du gouffre infernal après plusieurs heures d'un labeur éreintant, elle est relayée par une troisième unité qui va à son tour s'enfermer 8 heures dans les boyaux du Voreux. Le travail sur Montsou VI répond parfaitement aux lois fondamentales de la macronomie politique : minimisations des coûts, maximisation des ressources et des profits.


8 plus 8 font 16 heures. C'est le temps qu'il faut pour sortir Étienne de sa stase de congélation.


— Il est 06H00. Apprenti Mineur, vous devez vous réveiller, votre première journée de travail va débuter ! lui annonce Cartona.

Germinal No FutureLà où vivent les histoires. Découvrez maintenant