1

421 30 98


Je m'appelle Arthur, mais je ne suis malheureusement ou heureusement pas roi. Tout comme ce personnage légendaire, mes cheveux sont blonds. C'est à peu près les seuls points que nous avons en commun.

Il y a environ trois actions, trois passions plus ou moins ancrées en moi, trois engouements qui me caractérisent.
Grâce -notamment- à ma salle de sport, où je vais deux fois par semaine soulever de la fonte, je suis relativement musclé, je suis également beaucoup moins large que grand et j'en suis ravi. N'en déplaise à celleux qui voient partout de la grossophobie : je mesure un mètre quatre-vingt-seize et pèse quatre-vingt-neuf kilos. La Nature m'a doté de ce physique avantageux mais je ne suis pas au sommet de la popularité à l'école...

Cet endroit me prend le plus clair de mon temps mais ne m'empêche pas de faire quelques exercices de fitness le soir lorsque je rentre chez moi. Mon corps ne se plie qu'aux efforts modérés sur une longue durée et non à ceux qui demandent de l'intensité dans un court instant : je déteste le cardio. Selon moi, cette chose qui donne satisfaction qu'après coup est d'un ennui assuré.

La sculpture de ma personne n'est pas mon seul loisir, à la bonne heure ! J'aime beaucoup écrire : des poèmes mais aussi de la vulgarisation dans des sujets très divers. Cette curiosité m'incite à faire de vastes recherches et mon caractère m'oblige à les partager : je tiens un blog. Écrire me permets d'établir des connexions entre le monde, moi et l'information mais je ne me prends pas pour une synapse dans le cerveau qui est la Terre mère, je suis fait d'émotions que je partage, déverse et contrôle. L'écriture n'est cependant pas ma passion la plus intense : ce qui -par dessus tout- m'anime est la photographie.

Samuel, mon paternel, m'a un jour emmené chez un antiquaire, il voulait acheter un collier à ma grand-mère. Lorsqu'il a montré au vendeur le magnifique pendentif dont une minuscule pierre bleu ciel surélevait une ambre jaune dégradée, de huit fois sa taille, encagée par plusieurs fils de cuivres ornés de trois perles striées, j'aperçus un appareil photo du XXème siècle. A l'époque, je ne savais pas utiliser ces choses-là et mes connaissances dans le domaine de l'art photographique étaient proches du néant. Néanmoins, cette boîte noire métallisée et rectangulaire m'attirait comme un aimant et je sus qu'il était nécessaire que cette chose m'appartienne. Le caprice, que j'eus pratiqué en alternant chantage affectif, cris, pleurs, raisonnement logique et réclamations répétitives et acharnées, entraîna cet objet utile et merveilleusement admirable dans mes mains. Ce fut le premier appareil de mon étendue et éternelle collection. Cette journée restera à jamais gravée dans ma mémoire : j'ai déclenché une passion et une curiosité qui m'a probablement sauvé plusieurs fois la vie et j'ai compris que pour réussir, il fallait toujours singulariser les intérêts de son interlocuteur.rice. La photographie m'aide à respirer, me sentir vivant, ordonner ce qui m'entoure, fixer une image en mouvement, un temps, un lieu, un être...

L'importance de ce jour de septembre n'est pas suffisante pour qu'il soit celui qui fasse débuter mon histoire.

Héliosexuel [TERMINÉE]Lisez cette histoire GRATUITEMENT !