Chapitre 12 - Le prix du sacrifice - Partie 3

171 35 33

Alix s'était installée en face de la cheminée pour la première fois depuis plusieurs mois. Elle s'était assurée que Pierre ne la dérangerait pas en dressant un sortilège autour du salon du manoir. Thé, petits gâteaux, livre au sujet léger... elle estimait avoir hier gagné le droit à un peu de repos.

Le livre lui avait glissé des mains, le thé était froid et les biscuits intacts. Elle dormait.

Naola apparut dans la pièce et s'arrêta, interdite devant ce spectacle tout à fait inédit. Alix qui dort innocemment dans une salle commune... Sans un bruit, la jeune femme s'installa dans le fauteuil en face. Elle avait passé une partie de la journée avec Mordret et l'autre au travail.

Le Maître ouvrit brutalement les yeux en brandissant son arme, chargée, en direction de l'intruse. En se rendant compte qu'il s'agissait de Naola, elle baissa sa main et laissa sa tête basculer en arrière.

« J'ai dormi, souffla-t-elle, étonnée. Désolée pour ça... Tu m'as surprise. »

La jeune sorcière rit, nerveusement, et poussa un long soupir.

« C'est bon de savoir qu'il y a encore des endroits sur terre où tu peux t'endormir sans y faire attention, commenta-t-elle. Y'a encore un peu de travail à faire au niveau du réveil, par contre.

— Il y a déjà du mieux... Le sort n'est pas parti...

— Et je t'en remercie sincèrement. »

Naola se pencha et attira à elle la tasse de thé chaud et bien infusé que venait de lui servir Honkey.

« Je suis passée chez Mordret.

— Ho ! Ça a marché ? »

Le regain d'intérêt d'Amalia se traduisit par une énergie soudaine qui lui donne la force de relever la tête.

« Il était assez... agacé. De toute évidence, il aurait bien misé son poids en écailles de dragon sur l'idée qu'Amalia Elfric aurait fait un Once tout à fait crédible. »

L'Once en question rit doucement et se détendit de nouveau au fond de son fauteuil. Elle ferma les yeux, persuadée que la discussion ne durerait pas. Son corps s'indignait toujours de la preuve qu'elle venait d'offrir au vampire de Stuttgart. Repenser à la sensation de toucher sa propre peau, à travers son double, lui donnait la nausée. La quantité de magie qu'elle avait dû brûler pour y arrivait dépassait l'entendement. Personne, pas même Mordret Boirbe, ne mettrait en doute la superbe photo du journaliste.

« Il était temps que je fasse taire ses trop justes suppositions... »

Naola perdit ses yeux sur le fond de sa tasse, laissant planer un long silence entre elles.

— Il m'a fait remarquer... reprit-elle finalement. Avant le procès de Mattéo... Avant la mort de Leuthar... On s'était déjà rencontrées. »

Alix poussa un soupir ennuyé. Fallait-il qu'elle décide d'en parler maintenant ? Naola, douze ans plus tôt, avait été arrêtée par la Police fédérale dans le cadre d'une enquête. Alors mineure, la jeune fille avait été traitée comme n'importe quel suspect et avait été soumise à un interrogatoire qu'Amalia avait conclu par une intrusion mentaliste non réglementée. Le vampire avait fini par sortir sa protégée des griffes fédérales.

L'Once fournit un effort visible pour se redresser et rouvrit les yeux.

« En effet. Même si je n'appellerais pas cela une rencontre, étant donné que tu ne t'en souvenais pas.

— Je revois très bien la scène. Je ne t'avais pas remise, c'est tout, répondit sèchement la jeune femme. Tu m'avais ratissé la tête ! Et j'étais mineur !

Les traitresLisez cette histoire GRATUITEMENT !