Chapitre 39-2

4.6K 656 101


Je perçus une légère hésitation dans la posture et le regard de l'inspecteur, mais il ne discuta plus et se contenta à son tour d'un simple hochement de tête sec et bref qui sembla contenter Nicolas.

— Maintenant que les problèmes de confiances et d'égo sont réglés, que fait-on pour lui ?

Nicolas ne révéla pas la petite pique de l'inspecteur, même si je le vis tiquer légèrement. Il retourna près de Cooper, vérifia une nouvelle fois ses signes vitaux avant de se relever vivement et de se diriger vers la porte par laquelle nous étions arrivés en me tendant le téléphone au passage.

— Garde-le. Si jamais il sonne et que c'est un numéro inconnu, décroche, ce sera certainement Ivory. Inspecteur, venez près de la porte. Refermez-là dès que je serais sorti et si quelqu'un d'autre que moi revient...sauvez-vous.

— Où vas-tu ? lui demandai-je, soudain paniquée à l'idée qu'il nous laisse seuls.

— M'assurer que la voie est libre, me répondit-il en effleurant rapidement ma joue du dos de sa main. Si tout va bien, je ne devrais pas en avoir pour plus de dix minutes. Veille bien sur Cooper, ajouta-t-il dans un murmure à peine audible à quelques centimètres de mon oreille. Au moindre signe de réveil, assures-toi d'être près de lui...je te fais confiance, tu sauras gérer, termina-t-il en déverrouillant silencieusement la porte avant de se glisser dehors, me laissant refermer derrière lui.

— Vous êtes ensemble ? me demanda Storm, une étincelle bienveillante et amusée dans le regard.

— Pas vraiment, lui répondis-je avec précipitation, sans réfléchir, amenant un petit sourire entendu sur ses lèvres.

— Ce n'est pas une réponse ça ! se contenta-t-il de dire en s'adossant au mur, non loin de Cooper, son arme toujours à la main.

— Vous croyez vraiment que c'est le moment de parler de ça ? Vous ne devriez pas rester là, ajoutai-je après une légère pause, d'un ton un peu plus vif que je n'aurais dû.

— Vous avez quelque chose de mieux à faire dans l'immédiat ? me répliqua-t-il d'un air caustique sans bouger d'un pouce. Vous avez peur de quoi au juste ?

— Qu'il vous attaque, s'il se réveille.

— Vous avez attaqué quelqu'un vous, à votre...réveil ?

— Moi c'était différent.

— Et en quoi était-ce différent ? Éclairez-moi.

J'avais bien conscience que l'inspecteur profitait de l'absence de Nicolas, plus que réticent à répondre à ses questions, pour tenter de me tirer les vers du nez. Cela m'irritait qu'il me considère comme un maillon faible, une personne facilement influençable mais d'un autre côté je ne pouvais pas lui en vouloir et j'en avais plus que marre des mystères et cachotteries inutiles.

— Moi j'ai eu le choix, je savais plus ou moins à quoi m'attendre et même comme ça...je m'en suis prise à Nicolas. Alors...imaginez la possible réaction de Cooper ! Si en plus c'est un dominant, il vaudrait vraiment mieux que Nicolas soit là quand il reprendra conscience.

— Si j'ai bien compris, vous êtes vous aussi une dominante, bien que je ne comprenne certainement pas totalement ce que cela veut dire.

— Bienvenue au club ! ne pus-je m'empêcher de commenter d'une voix ironique. Avec toutes ces histoires de révélations, tromperies, guerres imminentes, Nicolas n'a pas vraiment eu le temps de me faire un cours détaillé. Je sais juste que pour les femmes c'est différent.

Ombre Fauve (sous contrat d'édition )Là où vivent les histoires. Découvrez maintenant