Prélude - iXiar

88 16 3

     "-Ton corps est trop minuscule et ne pourra
     Pas supporter longtemps toutes les blessures
     Que ton trop intense Esprit t'a infligées.
     - iXiar, la douleur me brise l'échine."
La Terre s'est apaisée et dans les branches,
Souffle un vent frais et délicat,
Des oiseaux sifflent une mélodie franche,
Elle comprend ce que sa mort détermine :
Leur dualité deviendra unité.
Mais l'Élue ne lutte pas. Des craquelures
Le sang jaillit et s'écoule pas à pas.

iXiar recueille l'âme souveraine
Et sans l'effrayer, ce qui serait commettre
La faute impardonnable, son ascension
Prochaine lui révèle. La mise à nue
Est totale, et pour que les idéaux
Soient atteints, il assimile l'Âme humaine
Au sein de son Cœur animal. En cristaux,
Il se change. Le Corps de l'Élue n'est plus
Mais en iXiar, la réincarnation
De son Âme subsiste et devient le Maître-
Gardien de la Terre-Mère, leur domaine."

Pages arrachées au manuscrit perdu SAEVITIA - Origine inconnue.
Traduction approximative effectuée et détenue par le Cercle de la Palingénésie.

L'Enfant-Double [En pause pour le temps du NaNoWriMo]Lisez cette histoire GRATUITEMENT !