03 - All Monsters Are Human

12 3 0
                                                  

Previousment - Ri vint voleter autour de X-L, le regardant apparemment avec intérêt. L' "acteur" haussa les épaules avant de redescendre sans un mot de plus. Mince alors, ce qu'il pouvait être ennuyeux ...

Finalement, sa mère avait tant insisté pour qu'il descende manger qu'il avait fini par le faire, juste pour qu'elle le laisse ensuite tranquille avec le carnet de la mort après manger, enfin.

Avec sa chance, il s'était retrouvé à la seule place libre, juste en face d'Axel. La façon dont il se tenait courbé sur sa chaise avait quelque chose de dérangeant même si apparemment ça ne dérangeait personne d'autre que lui. Ses yeux profondément cernés de noir ne cessaient de le fixer entre deux bouchées de moisissures aux croûtons et Tai finit par froncer les sourcils et le défier du regard. L'insistance de son colocataire ne cessa pas pour autant et Tai fixa son assiette.

Heureusement, sa mère lui avait préparé un autre repas que cette immonde soupe et il avait eu le droit de manger un hamburger, sans fromage bien sûr. La viande était cuite à point. Si on pouvait reconnaître un talent à sa mère c'était bien celui de cuisiner convenablement. Malheureusement, elle n'en avait pas d'autre.

Sayuki, la petite soeur de Tai, discutait de façon animée avec sa mère. Quelle insupportable peste. Elle refusait de donner les vieux jouets dont, pour la plupart, elle ne s'était même jamais servi. En grinçant, le jeune homme finit son hamburger et ses pommes de terre frites avant de se lever, d'un bond. Son père le jugea du regard mais ne dit rien. Probablement fatigué de faire la loi toute la journée, il préférait laisser faire sa femme.

"Je n'ai plus faim, je vais dans ma chambre."

Sa mère lui accorda sa liberté d'une voix stridente et désagréable et le jeune homme sortit de la salle à manger kitch à souhait de ses parents d'un pas précipité. Il entendit Axel faire de même et quand l'acteur X la rattrapa au creux d'un couloir, l'adolescent poussa un soupir de ceux qu'on ne pousse plus une fois qu'on est devenu majeur et qu'on vit seul.

"Mais où avais-je la tête ? Bien sûr que je ne peux pas être tranquille !"

Axel secoua la tête et lui fit signe de rester en place. Sans trop savoir pourquoi, le jeune homme lui obéit et quand il sortit de sa chambre avec un paquet doré, Tai regretta aussitôt sa politesse. Oui, c'était son anniversaire mais on n'était pas obligé de lui mettre en pleine tronche qu'il se rapprochait dangereusement de la mort.

"J'espère que ça te plaira.

- A vrai dire, j'en doute."

Il prit quand même le paquet et l'emmena dans sa chambre, sans le remercier. Quand la porte de sa chambre claqua derrière lui, il se sentit libéré du poids que sa famille lui mettait sur les épaules à chaque fois qu'il était en leur présence. Franchement, sourire, être aimable, c'était si pénible. Il se demandait parfois s'il n'avait pas été adopté, parce que quelque chose le dérangeait honnêtement dans cette généalogie présumée.

Il jeta le paquet dans son panier à linge sale et s'assit à son bureau. Ri l'attendait en mangeant une nouvelle pomme, cette fois sans faire de tâche. Tai le soupçonnait de l'avoir fait exprès pour instiller la peur en lui.

"Bien ! Justice doit être rendue !"

Il s'arma de son crayon à papier et quelque chose lui vint soudain en tête. Cette fille de sa classe qui ne cessait de se prendre en photo pendant les cours et qui le distrayait. Elle arborait toujours ce chignon blond décoloré et aujourd'hui avait été le pompon avec cette tenue qui dévoilait son ventre et un piercing au nombril du plus mauvais goût. Sa jupe elle même était un objet de mode si esthétique et avant-gardiste qu'il en était devenu à vomir.

Ce soir, elle rencontrerait son triste sort : il allait lui donner une maladie de peau particulièrement horrible et purulente mais ses parents la forceraient à aller à l'école tout de même le lendemain. Ils ne le sauraient pas mais ils seraient sous son contrôle. Le jeune homme, une fois qu'il eut écrit son paragraphe complet, reposa son crayon d'un air satisfait. Il se tourna vers Ri qui hocha la tête et lui annonça qu'il allait se retirer. Exécutait-il la sentence lui même ?

Le cœur léger, Tai partit au lit, un sourire plaqué aux lèvres. Il ressentait quelque chose d'étrange au creux de son ventre mais ce n'était sans doute que cette odeur de champignons qui flottait encore dans la maison comme un nuage toxique.

***

Ri sourit en regardant par la fenêtre de l'adolescente qui conversait avec une amie au téléphone. Elle semblait se soucier de la fidélité de son petit-ami, apparemment volage. Eh bien ce n'était pas sa nouvelle malédiction qui allait arranger les choses.

"Il m'aime n'est-ce pas ?"

Ri se faufila dans la chambre par la fenêtre ouverte et lui souffla à l'oreille quelques mots blessants. Juste un soupir, à peine audible.

La gamine sursauta et elle fronça les sourcils devant le premier bouton qui venait de se former.

***

Le lendemain, Tai partit à l'école accompagné du corps massif de Ri, qui lui racontait quelque conte macabre. L'étudiant, transporté par le doute sur sa propre santé mentale, ne l'écoutait pas vraiment. Est-ce que ça allait vraiment marcher ? Et si la fille était inchangée, est-ce que Ri se foutait de sa gueule ? Est-ce qu'il existait seulement ? Après tout, cela semblait bien trop beau pour être vrai.

Arrivé à l'école, il remarqua tout de suite un attroupement et se précipita. D'habitude, il s'en fichait bien mais si c'était la fille qu'il avait punie hier sur le carnet, il voulait voir. Savoir s'il était encore sain d'esprit. En déglutissant, le jeune homme regarda la jeune fille, recouverte de pustules dans une tenue plus couvrante qu'elle n'en avait jamais porté. Comment avait-il pu faire quelque chose comme ça ... ?

Trial & GallowsWhere stories live. Discover now