Mercredi 31 Décembre - 4/4

7 2 1

Cinq minutes plus tard, Nathan retrouvait Elké qui faisait les cents pas devant la Twingo verte en se rongeant les ongles. Elle les aperçut avec soulagement et vint à leur rencontre pour aider Elvire.

— Qu'est-ce t'as foutu ? T'en as mis du temps !

— J't'expliquerai plus tard. Aide-la.

Elvire sanglotait toujours et tremblait de partout, en dépit de la pellicule de sueur qui couvrait son corps. La température était fraîche et elle ne portait qu'une petite robe rose trempée.

— Nath', passe-moi ton pull ! ordonna-t-elle.

Il s'exécuta aussitôt, puis ouvrit la voiture et bascula le fauteuil conducteur pour laisser entrer les filles. Ceci fait, il passa derrière le volant et démarra la voiture.

— Attends !

Il jeta un coup d'œil dans le rétroviseur.

— Elvire, c'est ça ? Écoute-moi bien, c'est très important que tu me dises la vérité.

Elle prit fermement son visage entre ses mains, pour forcer la jeune fille à la regarder dans les yeux. Ceux de l'adolescente de quinze ans étaient dilatés, traduisant moins un état de choc qu'une très mauvaise réaction à une prise de drogue.

— On ne parle bien que d'un mauvais trip ce soir, hein ? reprit Elké. Personne ne t'a touchée ? Ou ne t'a forcée à...

La sœur de Morgane secoua la tête, et déglutit péniblement entre deux sanglots.

— Tu es sûre ? Sûre sûre sûre ?

Elle acquiesça que rien d'aussi grave ne s'était produit durant cette fête. Rassurée d'éviter un arrêt au commissariat, Elké la prit dans ses bras et la serra fort.

— Tiens, bois un peu, dit-elle en lui donnant une bouteille qu'elle avait prise chez François-Xavier. Tu es déshydratée.

— Aaaah ! C'était ça le signe de tout à l'heure ? Bien vu ! Et celui du téléphone ?

— À ce propos, vaudrait mieux ficher l'camp pronto !

— Pourquoi ? demanda-t-il en démarrant le moteur.

Des voitures de police, tous gyrophares allumés et sirènes hurlantes, passèrent au bout de la rue. Un rictus victorieux traversa le visage de Nathan. Le coup de téléphone.

— Je te ramène chez toi, Elvire.

Prise de panique en l'entendant, elle jeta un regard horrifié vers Elké.

— Pas tout de suite ! Je veux pas que mon père me voie comme ça !

— Bon, repli chez toi, Nath'. Pas question de traîner dans ce quartier plus longtemps.

Phares éteints pour ne pas attirer l'attention du fourgon des forces de l'ordre qui passa au loin, Nathan fit demi-tour et choisit d'éviter le remblai pour retourner chez lui.

Teenage RiotLisez cette histoire GRATUITEMENT !