Lundi 21 Décembre - 1/3

4 2 2

« Been dazed and confused for so long it's not true »

Envoyées à volume presque maximal dans son casque, les premières paroles de Dazed and Confused de Led Zeppelin n'auraient pu être plus appropriées pour définir l'état d'esprit de Nathan. Place du centre-ville, assis sur le rebord d'une fontaine vide, l'attente se faisait pénible par cette température, ridiculement basse pour un mois de décembre au bord de la côte. Être en retard était l'apanage de Morgane, pas celui d'Elké. Le mois tirant sur sa fin, il n'avait même plus de magazines à lire pour s'occuper. Il s'était réchauffé comme il avait pu en faisant deux fois le tour de la place et des cabanes en bois soi-disant venues du Canada à l'occasion du traditionnel Marché de Noël. À moins de vouloir offrir du saucisson ou du vin chaud, ce dernier n'allait être d'aucun secours pour l'aider à remplir les chaussettes de sa famille et de ses amis. Il ne pouvait même pas profiter des rares illuminations de Noël pendues ci et là dans les rues du centre-ville. D'une part, les tristes décorations à ampoules vertes et rouges étaient recyclées d'année en année, agencées aux mêmes poteaux et façades ; d'autre part, le jour était encore trop clair pour déclencher l'allumage automatique. Il soufflait un petit vent de dépression sur la morne place et Nathan n'y était pas insensible.

Vingt minutes après l'heure fixée en tout début d'après-midi, sa meilleure amie daignait enfin faire son entrée. Il l'accueillit d'une humeur en accord avec le mercure :

— T'étais où ? Je commençais sérieusement à m'inquiéter !

En son for intérieur, sa remarque initiale était ponctuée d'un « bordel » et deux autres gros mots. Comme toujours, il se retint au dernier instant d'étaler le fond de sa pensée. Après tout, elle avait peut-être une bonne excuse...

— Ça va, on n'est pas aux pièces ! Détends-toi !

— Bon, on peut y aller ?

— Attends ! fit Elké en lui retenant le bras.

— Quoi ?

— T'as bien tout ce qu'il faut ?

— Bah non, j'ai rien justement, c'est pour ça qu'on devait se retrouver ici. À treize heures trente !

— Tiens.

Elle lui tendit une liste manuscrite tirée d'une poche d'un épais blouson vert.

— Comme t'as jamais d'idées, voici une liste pour Cyrille et moi. Comme toujours, entre vingt et cinquante francs, pas plus.

— C'est bon maintenant ? s'impatienta le garçon aux pieds congelés.

— Olala, Monsieur Grognon aujourd'hui !

— Je suis pas grognon !

— Avoue que t'es pas hyper jouasse sous ton bonnet non plus !

Étrangement, malgré l'humeur massacrante de Nathan, Elké restait joyeuse. Lui-même trouva ce fait pour le moins suspect :

— Il se passe quoi ? demanda-t-il.

— Rien. Pourquoi ?

— Je sais pas. Un : t'es pas à l'heure. Deux : tu me remets pas en place parce que je m'énerve tout seul. Et trois : t'arrêtes pas de regarder partout autour de toi. C'est le même marché de Noël moisi qu'on se tape tous les...

Elle se mit soudain à faire des grands gestes en regardant par-dessus l'épaule de Nathan. Son sourire s'élargit encore un peu plus.

En se retournant, il vit approcher Morgane, emmitouflée dans une très longue écharpe bleue en laine qui faisait plusieurs fois le tour de son cou avant d'aller pendre jusqu'aux genoux. Le garçon ne put retenir un long soupir, à défaut encore une fois d'exposer clairement le fond de sa pensée.

— Sans déconner ? Morgane ? Je croyais qu'on avait dit « une aprèm tous les deux » ! rappela-t-il en mimant les guillemets.

— Oh ça va Monsieur Grognon ! Elle avait pas ses cadeaux non plus. Je me suis dit que ça pourrait être marrant à plusieurs, dit-elle en ignorant complètement le ton exaspéré de son ami. T'es pas d'accord ?

— Tiens, salut Nath' ! fit Morgane en arrivant près d'eux. Qu'est-ce tu fais là ? (À Elké :) Je croyais qu'on se faisait une aprèm entre filles ?

— Oh, tu sais, je me suis dit que ce serait sympa d'avoir un homme fort pour porter nos paquets ! intervint Elké avant que l'intéressé ait pu ouvrir la bouche.

— Un homme fort ? s'étonna Morgane en détaillant de pieds en cap l'homme en question.

— Bah une paire de bras, c'est déjà ça, non ?

— Tant que la paire de bras reste en dehors des magasins de sous-vêtements !

Seule Elké semblait aux anges. Morgane s'embarquait dans cette aventure mi-figue mi-raisin mais décida de faire contre mauvaise fortune bon cœur en ignorant Nathan pour se consacrer à son après-midi filles. Le garçon aurait voulu rentrer chez lui en envoyant promener sa meilleure amie pour ses plans foireux. Les spectres d'un Noël sans cadeau et d'une engueulade vaine le poussèrent à leur emboîter le pas. En revanche, s'il se résignait à faire le caddie, le sourire resterait définitivement une option.


Teenage RiotLisez cette histoire GRATUITEMENT !